Actualités


Le sionisme : de la théorie de la séparation au suprématisme

Par Pierre Stambul. Publié dans l’Émancipation et par Solidaires.

La Knesset, le Parlement israélien, vient de voter « qu’Israël est l’Etat-nation du peuple juif dans lequel il réalise son droit naturel, culturel, historique et religieux à l’autodétermination ». Accessoirement, il a aussi voté que « L’Etat considère le développement d’implantations juives comme une valeur nationale et fera en sorte de l’encourager et de le promouvoir. »


Georges Ibrahim Abdallah doit être libéré. Rassemblement à Lannemezan Samedi 20 octobre 2018 à 14h

Le 24 octobre prochain, Georges Ibrahim Abdallah entamera sa 35ème année de détention au centre pénitentiaire de Lannemezan (Hautes Pyrénées).

Georges, militant communiste libanais, qui a lutté contre l’invasion du Liban par Israël, au côté de la résistance palestinienne, a été condamné à la détention à perpétuité pour complicité de l’assassinat d’un attaché militaire étatsunien et d’un agent du Mossad israélien, sur le sol français.


Quizz

Dans quel journal pouvait-on lire le 27 août dernier :

« Entre nous, qui pense vraiment que ces migrants sauvages franchissant les frontières (Ceuta, Espagne) vont de venir des bons Européens ?
Qui pense vraiment que ces peuples vont « s’intégrer », travailler et s’adapter à nos mœurs et à notre civilisation ? Qui pense vraiment qu’ils feront de bons voisins, de bons citoyens, de bons maris, de bons travailleurs ? Qui pense vraiment que ces sauvages qui se sont déjà rendus coupables d’actes de barbarie, de prises d’assaut, de franchissement illégal de frontière et qui sont prêts à tout, même à tuer, vont se transformer en agneaux et respecter les lois et les droits ? »


L’Alyah, une aberration du XXIème siècle qui en dit long sur notre régression sociale et internationale

Par Valérie Cabanne (UJFP).

L’Alyah, c’est l’application de la théorie de la séparation, qui a fondé le sionisme, en affirmant que Juifs et non Juifs ne pouvaient pas vivre ensemble. L’Etat d’Israël entretient cette théorie par un appel aux Juifs du monde, à venir consolider la présence juive en Israël face au défi démographique que représentent les Palestiniens.


Oublier l’hegemon I. Vers de nouvelles alliances judéo-arabes

par Joëlle Marelli

Oublier l’hegemon I. Vers de nouvelles alliances judéo-arabes [3]

La peur, l’hystérie

Quand on parle de ce qui s’est passé, se passe et se passera – dans l’hypothèse où le futur n’est pas radicalement hypothéqué – en Israël/Palestine, on met le plus souvent deux termes en regard : les Juifs, les Arabes – palestiniens et/ou autres ; ou encore les juifs, les musulmans, selon que le « conflit » est pensé en termes nationaux ou religieux. Les autres instances (l’Europe, les États-Unis) sont abordées le plus souvent comme des arbitres, des observatrices plus ou moins bienveillantes, plus ou moins investies, plus ou moins mal à l’aise. Et, bien sûr, toujours désintéressées. Ces instances occupent la position du tiers raisonnable qui assume la tâche de la médiation et de la facilitation entre ces enfants impossibles que seraient les Juifs et les Arabes, les juifs [4] et les musulmans, les Israéliens et les Palestiniens.


En France, l’Union juive française pour la paix fait entendre une autre parole juive

Par Hassina Mechaï. publié le 9 octobre sur le site de Middle East Eye.

Depuis 1994, l’UJFP construit sa voie sur la question de l’antiracisme politique et la dépossession des Palestiniens. Des causes à contre-courant des positions officielles françaises, et surtout du discours du CRIF, réputé proche d’Israël


À Paris, manifestation contre le déni de justice (pour Adama Traoré)

Communiqué : Non au mensonge d’État.

Adama Traoré « a pris le poids de nos corps à tous les trois », il répétait « je n’arrive plus à respirer » selon les gendarmes dans leur déclaration.

La famille Traoré attendait depuis 1 an ce rapport d’expertise, la quatrième expertise en 2 ans de lutte pour réclamer la vérité et la justice.


Le camp des Milles, c’est notre mémoire, pas celle de l’apartheid israélien !

L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) est une association juive qui perpétue la tradition de ces nombreux/ses Juives et Juifs qui considèrent que leur émancipation en tant que minorité opprimée passe par l’émancipation de toute l’humanité.


Interview de Pierre Stambul et Sarah Katz sur la radio RVR

4/10/2018

A CIEL OUVERT Jean Pierre Deroire interview Pierre Stambul président de l’union juive française pour la Paix et également Sarah Katz militante et en juillet dernier était présente dans la flottille pour forcer le blocus de Gaza. Tous deux venus à Tarare à l’occasion de la sortie du film "le char et l’olivier " de Roland Nurier réalisateur.


[MANIFESTATION] Rassemblements citoyens pour l’Aquarius

Le 06/10/2018 de 14:30 à 17:30
Palerme, Berlin, Bruxelles, Paris, Marseille, Lyon, Nantes, Montpellier, Bordeaux, Grenoble, Lille, Brest, Toulouse, Saint-Etienne, Rennes, Concarneau, Biarritz ...

Sauvons l’Aquarius et le sauvetage en mer !

SOS MEDITERRANEE appelle à une mobilisation citoyenne à l’échelle européenne, afin de demander à tous les Etats d’Europe :

De prendre toutes les mesures nécessaires pour permettre à l’Aquarius de reprendre sa mission de sauvetage le plus rapidement possible ;

De faire respecter le devoir d’assistance aux personnes en détresse en mer ;

D’assumer leurs responsabilités étatiques en établissant un véritable modèle de sauvetage en Méditerranée.

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Tournée en France du Théâtre de la Liberté de Jénine en novembre, avec sa pièce Retour en Palestine.

dimanche 14 octobre 2018

Retour en Palestine est une production originale du Freedom Theatre du camp de réfugiés de Jénine, jouée par six jeunes acteurs accompagnés de deux musiciens, sur un petit espace délimité au sol, « aussi petit que ce qu’il reste de la Palestine ». C’est l’histoire de Jad, né en Amérique de parents palestiniens, qui vient en Palestine pour la première fois de sa vie, désireux de connaître son peuple et son identité ; la réalité se révèle bien différente de celle imaginée !
Peu de mots ; mais sur un mode sarcastique, tragi-comique, les acteurs créent un lieu, des personnages et même leur propre espace émotionnel, jouant en virtuoses de leur corps.



À Gentilly (94), 8h de solidarité avec la Palestine

vendredi 12 octobre 2018

Organisée par le Comité France Palestine Solidarité de Gentilly.

Thème : de Chatila à Gaza, des prisons à ciel ouvert.

Projection-débat du film "de Chatila, nous partirons", d’Antoine Laurent.



A Strasbourg, présentation du livre La Nakaba ne sera jamais légitime, suivie d’un débat avec son auteur, Pierre Stambul

mercredi 10 octobre 2018

Organisée par d’ailleurs nous sommes d’ici 67.



À Paris le 16 octobre 2018, projection-débat de Wajib - L’Invitation au mariage

mercredi 10 octobre 2018

Organisée par le Comité Justice et Paix en Palestine et au Proche-Orient du 5e (CJPP5).

Dominique Vidal, journaliste et écrivain, auteur de « Antisionisme = antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron » (Libertalia, 2018), animera le débat qui suivra la projection du film.



Annulation de la participation de l’UJFP en tant qu’association, à la soirée du 12 octobre 2018 à St Ouen

mercredi 10 octobre 2018 par le Bureau national de l’UJFP

Invitée à participer à la soirée du 12 octobre à Saint-Ouen, l’UJFP a eu connaissance que l’équipe du site Investigaction, dirigé par Michel Collon était responsable de l’organisation, et que lui-même sera présent à la tribune.

En raison de la diffusion sur le site Investigaction d’auteurs dont les positions sur l’antisémitisme sont incompatibles avec la ligne politique de notre association et son travail sur l’antisémitisme nous sommes dans l’obligation d’annuler toute représentation de l’UJFP à cette soirée.

Le Bureau national de l’UJFP



Festival Regards sur la Palestine 2018 – 10ème édition

lundi 8 octobre 2018

Du 4 octobre au 22 novembre
Bures/Brétigny/Orsay/Palaiseau/Villebon

Cycle de films, débats, exposition, théâtre. Découvrez la vitalité culturelle d’un peuple qui n’aspire qu’à mener une vie normale...

Proposé par le Collectif Palestine Nord-Essonne

Le collectif soutient ou propose des projections, débats, témoignages sur le quotidien d’un peuple soumis à l’occupation, au blocus, à l’exil ou à l’apartheid.

Le collectif est composé de citoyens et d’associations qui veulent œuvrer pour une paix juste et durable dans l’égalité des droits.



Dites non au transfert forcé des Palestiniens !

jeudi 4 octobre 2018

1er octobre 2018 - Appel de B’Tselem

Ce lundi 1er octobre 2018 marque la date limite de l’ultimatum posé aux habitants de Khan Al Ahmar par l’armée israélienne. Celle-ci avait ordonné aux habitants de démolir leurs propres habitations avant cette date, mais à Khan Al Ahmar, on continue de résister.



La Clef du Sol - La Grande Marche du Retour

jeudi 4 octobre 2018

En 2016, Annie Fiore (journaliste indépendante) et Muriel Jacoub (réalisatrice) partent au Moyen-Orient. En Jordanie, en Cisjordanie, à Jérusalem elles rencontrent des réfugié.es de 1948 originaires de villages des districts de Gaza, Ramla et Jérusalem. En Galilée (district de Nazareth), dans le petit Triangle (district de Haïfa), des déplacé.es internes témoignent des villages détruits ou vidés de leur population. Au retour à Marseille, nouveaux entretiens avec des palestinien.nes réfugié.es au Liban et en Syrie, déplacé.es plusieurs fois par les guerres civiles qui ont ravagé ces deux pays. Syrie, Liban, Jordanie, Palestine occupée en 1948 ou en 1967, ces incroyables rencontres disent le lien toujours étroit qui lie toutes les générations de réfugié.es et déplacé.es internes palestinien.nes à leur terre d’origine qui ont en commun le même désir : retourner à la maison, ou a minima, voir leur droit de retour reconnu. Pour projection et débat autour du film et du livre, voir les contacts ci-dessous.



Benjamin (Benito) Netanyahou : « Au Moyen Orient il n’y a pas de place pour les faibles… »

jeudi 4 octobre 2018 par Michel Warschawski

« Au Moyen Orient et dans de nombreux autres endroits du monde, une vérité simple s’impose : il n’y a pas de place pour les faibles. Les faibles s’écroulent, sont massacrés, sont effacés de l’histoire, et les forts, pour le meilleur et pour le pire, sont ceux qui survivent. Les forts on les respecte, avec les forts ont fait des alliances, et finalement c’est avec les forts qu’ont fait la paix. » Non, l’auteur de cette saillie n’est pas Benito Mussolini, même si l’on trouve chez le Duce plusieurs déclarations étonnamment similaires. Cette apologie de la force, c’est de la bouche de Benjamin Netanyahou qu’elle est sortie, au cours de la cérémonie de nomination de la « Cité de recherche [sic] du nucléaire » au nom de Shimon Peres, le 29 Aout dernier. « La force fait le droit » – slogan fasciste par excellence, dont le gouvernement israélien a fait sa feuille de route, tout comme le fait également le violent clown qui lui sert de mentor a la Maison Blanche.



Déclaration de Salah Hamouri

jeudi 4 octobre 2018 par Salah Hamouri

3 octobre 2018

Cher·e·s ami·e·s,

Me voici enfin libéré, après 13 mois de détention, dans une sombre prison de l’occupation. 13 mois sans jamais connaître le motif de ma détention. 13 mois sans savoir quand je retrouverai la liberté.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3635317