« Ils ont tiré sur son fils dans ses bras et l’ont forcée à jeter son corps » : témoignages de la marche de la mort dans la rue Salah al-Din

De multiples témoignages recueillis auprès de Palestiniens déplacés du nord de Gaza révèlent les horreurs du « passage sécurisé » de l’armée israélienne dans la rue Salah al-Din.

Par Tareq S. Hajjaj 30 novembre 2023

témoignages de la marche de la mort dans la rue Salah al-Din — Ils ont tiré sur son fils dans ses bras et l'ont forcée à jeter son corps
Des Palestiniens fuyant le nord de Gaza sur la rue Salah al-Din dans le district de Zeitoun, le 26 novembre 2023, au troisième jour du cessez-le-feu temporaire entre Israël et le Hamas. (Photo : Ahmed Ibrahim/APA Images)

Pendant le cessez-le-feu temporaire, j’ai pu visiter plusieurs abris hébergeant des personnes déplacées venues du nord de Gaza, principalement à l’Hôpital européen et dans une école gérée par l’UNRWA à Khan Younis. Les histoires que j’ai entendues de la part des personnes hébergées dans les différents abris sont difficiles à croire, même maintenant, après tout ce que nous avons vu. La plupart des récits portent sur la façon dont ils ont évacué le nord et ont été expulsés vers le sud, y compris le voyage pénible sur la rue Salah al-Din, qui a été désignée comme un « passage sûr » par l’armée israélienne. Il est apparu clairement dans les témoignages que j’ai entendus que cette route n’était pas conçue pour faciliter la fuite des civils, mais pour les humilier, les dégrader et, dans certains cas, les tuer. Tout le monde n’a pas survécu au voyage vers le sud et, aujourd’hui encore, la rue Salah al-Din est jonchée de dizaines de corps – hommes, femmes et enfants – dans différents états de décomposition.

L’image qui se dégage n’est pas celle d’une « route humanitaire », mais celle d’une marche de la mort. Voici quelques-uns des témoignages que j’ai recueillis auprès de dizaines de témoins oculaires.

« Le soldat m’a ordonné de ramper à travers le poste de contrôle ».

Dans une petite pièce d’à peine plus de deux mètres de large, deux jeunes hommes sont allongés sur des matelas séparés. Ils sont arrivés ensemble à l’hôpital, mais l’un d’eux, qui s’appelle Ayman, a raconté une histoire qu’on croirait sortie d’un roman de guerre.

Sa maison a été bombardée dans le nord de la bande de Gaza et sa famille de 21 personnes s’y est retrouvée. Quatre d’entre eux ont été tués dans le bombardement – son père et trois de ses frères et sœurs, faisant de lui le seul jeune de la famille. Ayman a été blessé et transféré à l’hôpital, son pied droit ne tenant plus que par les muscles et la peau, les os de son tibia droit ayant été totalement brisés. À l’hôpital, on lui a posé des plaques sur tout le pied et la jambe, jusqu’au genou. Son cousin Mahmoud est resté avec lui à l’hôpital. Lorsque l’armée israélienne a fait irruption dans l’hôpital indonésien la semaine dernière, Mahmoud a également reçu une balle dans le pied et les médecins lui ont également posé des plaques de métal.

Pourtant, lorsque le moment est venu d’évacuer l’hôpital, l’armée a forcé toutes les personnes présentes à marcher à pied vers le sud. C’est alors que le cauchemar d’Ayman a commencé à se dérouler.

« Je marchais avec des béquilles, et deux ambulanciers qui avaient fui vers le sud avec nous m’aidaient tout au long du chemin », a-t-il expliqué à Mondoweiss. « Parfois, ils me portaient ou me permettaient de m’appuyer sur eux pendant que nous marchions.

Lorsqu’ils ont atteint le poste de contrôle militaire israélien qui avait été érigé sur la rue Salah al-Din, un soldat l’a appelé de loin et lui a ordonné de marcher seul et de jeter ses béquilles avant de se présenter au poste de contrôle pour être fouillé.

« Je n’étais toujours pas en mesure de poser mon pied sur le sol ou d’exercer une quelconque pression sur lui », a déclaré Ayman. « Mais le soldat continuait à m’ordonner de marcher sans mes béquilles.

« Dès que j’ai posé le pied par terre, je suis tombé, incapable de supporter la douleur », a-t-il poursuivi. « Mais le soldat a continué à insister et m’a dit de me lever ».

Ayman a déclaré qu’il ne pouvait pas supporter l’humiliation que le soldat lui imposait. Pour la deuxième fois, il a essayé de se relever et de faire un pas de plus.

La plaque de sa jambe s’est brisée. Il s’est effondré, hurlant de douleur. Le soldat n’a rien fait, se contentant de lui ordonner de ramper pour passer le poste de contrôle et de poursuivre son chemin. Ayman n’a pas eu d’autre choix que d’obéir, se traînant jusqu’à ce qu’il atteigne l’autre côté, où des personnes l’ont pris en charge et l’ont aidé.

Ayman se trouve maintenant à l’hôpital européen de Khan Younis et doit subir deux interventions chirurgicales. La première consiste à réparer la dislocation du genou causée par le bris de la plaque – à le regarder, sa jambe est pliée en forme de U artificiel – et la seconde consiste à lui poser une nouvelle plaque métallique. Le problème est que les médecins de l’hôpital européen n’ont pas été en mesure d’effectuer l’opération et qu’il a besoin d’être transféré hors de Gaza pour la réparer, compte tenu de l’épreuve qu’il a subie et des doubles lésions compliquées qu’elle a causées.

« Je n’avais rien d’anormal », a déclaré Ayman. « Si seulement le soldat m’avait laissé passer avec mes béquilles ou avait laissé les ambulanciers me porter, rien de tout cela ne serait nécessaire aujourd’hui.

Il insiste sur le fait que les soldats mettaient un point d’honneur à humilier les réfugiés, ajoutant une nouvelle couche de souffrance à leur voyage. Ils semblaient prendre plaisir à se venger, dit-il.

Témoignages de soldats « tirant sur des enfants » à distance et forçant les parents à abandonner leurs cadavres

Certaines histoires sont tellement répandues que plusieurs personnes racontent la même chose. Dans certains cas, la personne qui a subi l’épreuve n’a pas fait le voyage vers le sud, mais son histoire a été racontée par de nombreuses autres personnes qui l’ont fait. Mondoweiss n’a pas été en mesure de vérifier ces récits de manière indépendante.

Un incident qui m’a été rapporté par plusieurs personnes rencontrées dans une école de l’UNRWA raconte l’histoire d’une femme portant son enfant et marchant le long de Salah al-Din. Son enfant pleurait bruyamment pendant qu’elle le portait, m’ont dit plusieurs personnes, qui ont toutes répété les mêmes détails et raconté la même séquence d’événements qui allait suivre : un soldat, agacé par les cris de l’enfant, « l’a visé » de loin et lui a tiré une balle dans la tête alors que sa mère le portait. Le soldat a ensuite pris son mégaphone et lui a ordonné de le jeter sur le bord de la route et de continuer à marcher.

Sous le choc, la femme s’est lamentée et a pleuré, mais elle a finalement été contrainte d’obéir aux ordres des soldats sous la menace de leurs armes, qui l’entouraient de côté et étaient également perchés sur le toit d’un char d’assaut. Tout le monde m’a dit la même chose : la femme a été forcée de déposer son enfant sans vie et de continuer, en criant et en pleurant tout le long du chemin.

Ce n’est pas la seule histoire de ce genre que j’ai entendue. Muhammad al-Ashqar, réfugié dans une école de l’UNRWA à Khan Younis, m’a raconté qu’un membre de sa famille portait sa fille de 4 ans sur ses épaules et qu’un soldat lui a tiré dessus de loin et l’a tuée. De la même manière, ils lui ont ordonné au mégaphone de se débarrasser d’elle et de continuer à marcher vers le sud. Lui non plus n’avait pas le choix, sinon lui et le reste de sa famille seraient également fusillés.

Ces récits sont confirmés par les vagues de réfugiés qui continuent d’arriver du nord et qui déclarent avoir vu des dizaines de cadavres joncher le « passage sûr » désigné par Israël, des vieillards et des jeunes qui pourrissaient sur le bord de la route. De nouveaux réfugiés arrivés avant-hier ont rapporté que certains des corps avaient commencé à être mangés par des animaux errants.

Il y avait d’autres détails. L’armée israélienne avait donné aux réfugiés en fuite des instructions strictes : ne ramassez rien par terre si vous l’avez laissé tomber, ne vous retournez pas et ne regardez pas ailleurs qu’au sud, ne parlez à personne avec vous, ne désobéissez pas aux ordres d’un soldat. Vous serez abattu si vous enfreignez ces règles.

De nombreuses personnes déplacées affirment que les soldats ont forcé les gens à emprunter des itinéraires dégradants destinés à les humilier davantage. Une femme âgée m’a raconté qu’il y avait une fosse profonde creusée dans le sol où s’entassaient des cadavres d’hommes, de femmes et d’enfants, et que lorsqu’un soldat voulait terrifier une personne, il la forçait à se déshabiller et à descendre dans la fosse. Les soldats en tuaient certains et ajoutaient leurs corps à la pile, tandis qu’ils laissaient la vie sauve à d’autres en les obligeant à s’asseoir nus parmi les corps jusqu’à ce qu’ils soient satisfaits. Ensuite, les soldats leur ordonnaient de se lever et de continuer à marcher vers le sud.

Les jours à venir révéleront encore plus d’horreurs car, comme me l’a dit une femme à l’école de l’UNRWA, il ne s’agit pas d’une guerre ordinaire ; elle englobe de nombreux types de guerre menés contre la population de Gaza. L’une des formes de guerre les plus dépravées et les plus dégradantes qu’Israël a employées contre eux est le voyage vers le sud lui-même et le passage par le point de contrôle de Salah al-Din, un soi-disant « passage sûr » qui était, en réalité, une marche de la mort.

Dans la catégorie : GazaTémoignages
Voir tous les articles dans GazaTémoignages
Voir le-s sujet-s Témoignages de Palestine
Tous les dossiers