Actualités


Covid-19 - Ce qui se passe en Palestine

Par Michel Ouaknine

La plupart des informations rapportées ci-dessous proviennent d’un entretien (via Skype) que Jean-Guy Greilsamer et moi, tous deux militants à l’UJFP, avons eu avec Samah Jabr le 29 juillet dernier. Samah Jabr, psychiatre et psychothérapeute à Jérusalem, est Chef de l’unité de santé mentale au sein du ministère palestinien de la santé, elle gère 14 centres et un hôpital médico-psychiatriques et, en ce qui concerne la pandémie, elle a un rôle de conseil en tant que responsable de la stratégie nationale de santé mentale liée au Covid-19. Je lui adresse mes plus sincères remerciements.


Israël, État d’apartheid ?

Par René Backmann. Publié sur le site de Médiapart, le 1er août 2020 (publication sur le site de l’UJFP avec l’aimable autorisation de l’auteur).

L’organisation israélienne de défense des droits humains Yesh Din a analysé le régime d’occupation imposé par Israël en Cisjordanie à la lumière des définitions de l’apartheid fournies par les Nations unies et la Cour pénale internationale. Conclusion : le crime contre l’humanité d’apartheid est perpétré en Cisjordanie. Les auteurs du crime sont israéliens et les victimes sont les Palestiniens.


LA BOMBE PETER BEINART « Je ne crois plus en un État juif »

C’est une bombe dans son propre milieu intellectuel et affectif qu’a lancé, au début juillet, l’universitaire américain juif Peter Beinart en publiant coup sur coup deux articles dans lesquels il remet en question l’existence même de l’État d’Israël. « Yavneh : A Jewish Case for Equality in Israel-Palestine » (Yavneh : un plaidoyer juif pour l’égalité en Israël-Palestine) est paru le 7 juillet dans le trimestriel progressiste Jewish Currents dont Beinart est rédacteur en chef.
Le second, sous un titre plus provocant : « I No Longer Believe in a Jewish State » (Je ne crois plus en un État juif), est sorti le lendemain dans le New York Times.


La sauvagerie comme politique de l’État vis-à-vis des enfants de l’Autre.

De nombreuses associations viennent de lancer un appel pressant pour que soient pris en charge plus d’une centaine de jeunes mineurs isolés qui campent actuellement aux abords de la place de la République à Paris.


Les forces d’occupation israéliennes arrêtent Mahmoud Nawajaa, coordinateur de BDS, au cours d’un raid nocturne

Par Palestinian BDS National Committee (BNC), le 30 juillet 2020.

Ramallah occupé, 30 juillet 2020 – À environ 3h30 du matin, des dizaines de soldats d’occupation israéliens, accompagnés d’au moins un chien, ont fait irruption au domicile de Mahmoud Nawajaa, le Coordinateur général du comité national palestinien de BDS (BNC), près de Ramallah, l’ont menotté, lui ont bandé les yeux et l’ont emmené loin de sa femme et de ses trois jeunes enfants.


Oslo : le jour d’après – (Edward Saïd)

Cet essai hautement critique et d’une lucidité très actuelle, a été écrit par Edward Saïd à l’automne 1993, dans la foulée des accords dits d’Oslo, et publié dans la London Review of Books datée d’octobre de la même année.


NOUS DEMANDONS LA JUSTICE POUR LA FAMILLE KILANI ET LA FIN DE L’IMPUNITÉ D’ISRAËL EN ALLEMAGNE

Pour signer la pétition

Anne Paq a lancé cette pétition adressée à German Federal Public Prosecutor.

En 2014, lors de l’offensive israélienne sur la bande de Gaza nommée « Bordure protectrice », sept membres de la famille d’Ibrahim Kilani, dont cinq enfants, ont été tués dans une attaque israélienne lancée dans la ville de Gaza. Parce qu’Ibrahim avait passé vingt ans de sa vie en Allemagne et s’y était marié, il avait obtenu la citoyenneté allemande, pour lui-même ainsi que pour quatre de ses enfants décédés dans l’attaque.


« Mort aux Juifs » : infiltration dans un camp d’été fasciste

Ronan Mael — 27 juillet 2020 [Épisode 1] Chez Jeune Nation, l’effort et la sueur sont les atouts idéaux pour parfaire l’endoctrinement des volontaires.

Tous les étés, des nationalistes organisent leurs camps sur le modèle du scoutisme. Nous vous proposons trois épisodes immersifs pour cerner la vie au quotidien des membres d’un groupe identitaire.


GISÈLE HALIMI (1927-2020) : UNE VOIX QUI NE S’EST JAMAIS TUE FACE AUX INJUSTICES ET A LA VIOLENCE DU MONDE

"Un peuple aux mains nues – le peuple palestinien – est en train de se faire massacrer. Une armée le tient en otage. Pourquoi ? Quelle cause défend ce peuple et que lui oppose-t-on ? J’affirme que cette cause est juste et sera reconnue comme telle dans l’histoire. Aujourd’hui règne un silence complice, en France, pays des droits de l’homme et dans tout un Occident américanisé. Je ne veux pas me taire. Je ne veux pas me résigner. »

déclarait-elle dans les colonnes de l’Humanité au lendemain de l’agression israélienne contre Gaza pendant l’été 2014.


Gaza Stories Saison 2 - Épisode 21 : "Khuza’a"

25 juillet 2020

Voici 4 ans, l’UJFP a lancé une grande souscription pour élever un château d’eau afin d’aider les agriculteurs du village de Khuza’a. Une fois construit, un autre besoin s’est fait sentir, raccorder des fermes au château d’eau ; une nouvelle souscription organisée par l’UJFP a rapidement permis, dès décembre 2018, d’installer plus de 5 km de canalisations afin de raccorder une centaine d’exploitations.

Articles les plus récents


Articles les plus récents


Non au détournement de la lutte contre l’antisémitisme

mercredi 17 juin 2020 par Coordination nationale de l’UJFP

Samedi 13 juin 2020, la place de la République déborde des dizaines de milliers de manifestants qui ont répondus à l’appel du collectif Justice pour Adama pour marcher pour la justice et la vérité, contre les violences policières et le racisme structurel.

Premier acte : la marche, d’abord autorisée par le préfet de police Lallement, se révèle être un piège. Vers 14h, la préfecture fait volte-face, interdit le rassemblement et nasse toute la place.



HONTE AUX DIRIGEANTS DU CRIF !

mardi 16 juin 2020 par Dominique Vidal

Dominique Vidal, le 15 juin 2020.

Hier, tout était confus. Un observateur de bonne foi aurait pu croire que des manifestants samedi, place de la République, avaient crié "Sales Juifs !". Vingt-quatre heures plus tard, il s’agit d’un mensonge qui n’a aucune excuse.



L’hommage de ses enfants à Maurice Rajsfus

dimanche 14 juin 2020

Maurice n’est plus.

Il nous a quittés le samedi 13 juin 2020, à 92 ans,

après un dernier combat inégal contre la maladie.



“Soi-disant la France, les droits de l’homme, nous on les a pas vus.” //

samedi 13 juin 2020

Communiqué de prisonniers du CRA de Oissel (Rouen).

Les prisonniers racontent que le CRA de Oissel est désormais plein, qu’il y a des transferts punitifs avec celui du Mesnil-Amelot (CRA dans lequel ont eu lieu pas mal de révoltes les deux dernières semaines), que les juges bâclent plus que jamais les procédures, que la préfecture enferme des mineurs.. Un groupe de prisonnier a décidé de nous faire parvenir un communiqué pour raconter tout cela. Ils sont aussi au courant des luttes contre les violences policières et de sans-papiers qui ont court en ce moment à l’extérieur et expriment leur solidarité.



En soutien au comité Adama et contre les coups de pression de la police

samedi 13 juin 2020 par Houria Bouteldja

Publié le 12 juin 2020. Par Houria Bouteldja, membre du PIR

Une odieuse campagne d’extrême droite a été lancée, soutenue par le Figaro et tous les « chiens de garde » de l’ordre colonial contre la famille Traoré. Ils entendent la salir à travers le passé judiciaire d’une partie de la fratrie. Cette carte est souvent utilisée comme un joker entre les mains du pouvoir pour justifier la répression et la mort des nôtres, pour discréditer et faire pâlir la solidarité autour du Comité alors que celui-ci lutte pour faire la lumière sur une mort entre les mains de la gendarmerie. Cette tentative de disqualification est nulle et non avenue pour ne pas dire obscène.



Rien ne nous empêchera de boycotter Israël, cet État criminel

vendredi 12 juin 2020 par Coordination nationale de l’UJFP

Un crime colonial continu se déroule sous nos yeux : l’écrasement et l’effacement de la Palestine avec son cortège d’assassinats, de dépossessions, d’emprisonnements, de tortures, de négations.

Tout le monde le sait, le nier c’est du négationnisme pour employer un terme qui est très douloureux pour notre mémoire juive.



20 juin : contre la logique coloniale de Macron !

jeudi 11 juin 2020 par Marche des Solidarités

16 JUIN 2020 | PAR MARCHE DES SOLIDARITÉS | BLOG : LE BLOG DE MARCHE DES SOLIDARITÉS

De nouveaux collectifs de Sans-Papiers qui se construisent, des manifestations dans toute la France, la CGT qui appelle à participer aux manifestations… le samedi 20 juin, aux côtés de milliers de Sans-Papiers, contre le racisme et les logiques coloniales, soyons toutes et tous au rendez-vous !



VICTOIRE DE LA CAMPAGNE BDS SUR LE BOYCOTT DES PRODUITS ISRAÉLIENS : LA FRANCE CONDAMNEE PAR LA CEDH

jeudi 11 juin 2020 par Campagne BDS France

Publié le 11 juin sur le site de la Campagne BDS France.

Condamnation des autorités françaises : selon la CEDH, l’appel au boycott des produits israéliens est protégé par la liberté d’expression.

La campagne BDS France se réjouit de l’arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme (affaire Baldassi et autres c. France, requêtes n°15271/16 et autres) rendu le 11 juin 2020 qui condamne la France pour avoir violé le droit à la liberté d’expression de militant-e-s associatif-ve ayant appelé au boycott de produits israéliens dans des magasins.



Orly Noy : discours contre l’annexion (6 juin 2020) à Tel Aviv

jeudi 11 juin 2020 par Orly Noy

(traduction de l’hébreu par MB).

Regardez le visage d’Iyad Al –Hallaq : c’est le visage de l’annexion.

Quand des milliers de personnes manifestent aux U.S.A, en proclamant : « Black lives matter » (« La vie des noirs compte » ), nous devons, ici aussi, leur faire écho à la suite de l’assassinat d’Iyad Al-Hallaq, et face au plan d’annexion, en affirmant haut et fort : « La vie des Palestiniens compte », devant les barrages militaires, devant chaque maison palestinienne qu’Israël détruit, face à tout village qu’Israël expulse.



Gaza Stories Saison 2 - Épisode 14 : "D’Alep à Gaza"

jeudi 11 juin 2020 par Iyad Alasttal

Wareef Kassem s’est enfui d’Alep il y a 8 ans pour échapper à la guerre en Syrie. Cuisinier expérimenté, il aurait pu essayer d’émigrer en Europe ou même en Afrique, en Amérique… comme beaucoup de Syriens, et trouver du travail sans trop de difficulté. Wareef connaissait la situation et les difficultés qui y règnent mais c’est la Bande de Gaza où il a choisi de s’installer "pour vivre cette expérience" explique-t-il.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 5470509