Les alliés d’Israël accélèrent le génocide en gelant les fonds de l’UNRWA

 

Maureen Clare Murphy

28 janvier 2024

Un garçon dans un campement de Palestiniens déplacés dans une école de l’UNRWA à Deir al-Balah, au centre de la bande de Gaza, le 11 janvier. Naaman Omar APA images

Plusieurs alliés d’Israël ont suspendu le financement de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) à la suite d’allégations selon lesquelles 12 de ses employés auraient été impliqués dans les attentats du 7 octobre menés par le Hamas.

Les allégations israéliennes semblent se fonder sur des aveux faits par des détenus palestiniens, probablement dans des conditions de torture. Les experts en droits de l’homme avertissent que la suspension de l’aide à l’UNRWA constitue une violation de la Convention sur le génocide de 1948.

L’UNRWA est le principal fournisseur d’aide humanitaire et le deuxième employeur de la bande de Gaza, où les deux tiers des 2,3 millions de Palestiniens sont des réfugiés.

Israël empêche les réfugiés palestiniens d’exercer leur droit au retour sur les terres qu’il occupe actuellement car cela « modifierait le caractère démographique d’Israël au point de l’éliminer en tant qu’État juif », comme l’a déclaré la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale dans un rapport de 2017.

L’UNRWA affirme que la suspension du financement par certains de ses plus grands donateurs mettrait en péril son travail d’aide à Gaza, où la famine s’installe car Israël utilise la nourriture et d’autres produits essentiels à la vie comme armes de guerre.

Plus de 150 des 13 000 employés de l’UNRWA à Gaza ont été tués depuis le 7 octobre. Il s’agit de la plus importante perte de personnel au cours d’un conflit en 78 ans d’histoire des Nations unies.

Les Palestiniens qui cherchaient protection sous le drapeau de l’ONU ont été tués alors que les installations de l’UNRWA ont été frappées à plusieurs reprises. La semaine dernière, plus d’une douzaine de Palestiniens ont été tués après que des tirs de chars israéliens ont touché un bâtiment dans un complexe de formation de l’UNRWA à Khan Younis où 30 000 personnes s’étaient réfugiées après avoir été déplacées d’autres zones de Gaza.

Plus de 26 000 Palestiniens ont été tués à Gaza depuis le 7 octobre et des milliers d’autres sont portés disparus sous les décombres des bâtiments détruits, tandis que beaucoup d’autres sont morts de faim et de maladie après qu’Israël a imposé un siège total sur le territoire.

Ces derniers jours, des manifestants israéliens ont empêché des camions d’aide d’acheminer une assistance urgente par le point de passage de Kerem Shalom. Les Nations unies affirment qu’Israël refuse systématiquement l’accès humanitaire à des centaines de milliers de Palestiniens dans le nord de la bande de Gaza, où la population est de plus en plus affamée.

Michael Fakhri, rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation, a déclaré qu’avant la suppression du financement de l’UNRWA, « la famine était imminente » à Gaza. Avec la « punition collective » pour « les actions présumées d’un petit nombre d’employés », a ajouté M. Fakhri, « la famine est maintenant inévitable ».

Philippe Lazzarini, le directeur de l’agence en difficulté, s’est dit choqué par la suspension du financement après que l’UNRWA a mis fin aux contrats des membres du personnel accusés. Il a ajouté que « la plus haute autorité d’enquête du système des Nations unies a déjà été saisie de cette affaire très grave ».

M. Lazzarini a déclaré qu’il était « immensément irresponsable de sanctionner une agence et toute une communauté qu’elle sert en raison d’allégations d’actes criminels à l’encontre de quelques individus ».

« La vie des habitants de Gaza dépend de ce soutien, tout comme la stabilité régionale », a-t-il ajouté.

L’ONU doit coopérer dans les poursuites judiciaires

António Guterres, le secrétaire général de l’ONU, a déclaré dimanche que « sur les 12 personnes impliquées, neuf ont été immédiatement identifiées et licenciées » par l’UNRWA. L’un des employés de l’UNRWA « est confirmé mort, et l’identité des deux autres est en cours de clarification », a-t-il ajouté.

Il a indiqué que les Nations unies étaient prêtes à coopérer dans la poursuite des personnes accusées.

La décision de suspendre le soutien à l’UNRWA affecte pratiquement tous les Palestiniens qui subissent la campagne militaire brutale d’Israël à Gaza, dont la Cour internationale de justice a déclaré vendredi qu’elle constituait vraisemblablement un génocide.

Cette décision risque également de porter préjudice aux millions de réfugiés palestiniens vivant en Cisjordanie, au Liban, en Jordanie et en Syrie, qui dépendent de l’agence, chroniquement sous-financée, pour obtenir des services de type gouvernemental.

Les États-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Australie, l’Allemagne, l’Italie, les Pays-Bas et la Finlande ont fondé leur décision de suspendre le financement de l’UNRWA sur des informations fournies par le Shin Bet, l’agence d’espionnage nationale d’Israël, et par les services de renseignement militaire.

Un haut fonctionnaire israélien anonyme a déclaré au journaliste d’Axios Barak Ravid, lui-même réserviste militaire israélien fréquemment informé par les agences d’espionnage du pays, qu' »une grande partie des renseignements provient des interrogatoires de militants arrêtés lors de l’attaque [du 7 octobre] ».

Il y a donc lieu de s’inquiéter sérieusement du fait que les pays susmentionnés refusent d’apporter à des millions de Palestiniens l’aide dont ils ont cruellement besoin, sur la base de renseignements obtenus sous la torture.

Le ministre israélien de la sécurité nationale (extrême droite), Itamar Ben-Gvir, a déjà admis que des mesures pouvant s’apparenter à la torture étaient utilisées contre des membres présumés du commando Nukhba des Brigades Qassam, l’aile militaire du Hamas.

Les déclarations de Katy Perry, directrice de l’administration pénitentiaire israélienne, et d’autres responsables laissent fortement entendre que les Palestiniens soupçonnés d’être affiliés à la force Nukhba sont systématiquement torturés.

Torture

Le mois dernier, la chaîne israélienne Channel 12 a fait état d’un « rapport classifié de haut niveau du ministère des affaires étrangères » qui décrit un processus en trois étapes par lequel l’UNRWA serait expulsé de Gaza. La première étape « implique un rapport complet sur la coopération présumée de l’UNRWA » et « l’enchevêtrement » avec le Hamas, a rapporté le Times of Israel.

Dans cette dernière attaque contre l’UNRWA, qu’Israël cherche depuis longtemps à diffamer et à détruire, Tel-Aviv pourrait à la fois suivre ce plan du ministère des affaires étrangères et opérer à partir d’un manuel de jeu familier.

En 2016, Israël a arrêté Mohammed El Halabi, un travailleur humanitaire de l’organisation caritative chrétienne internationale World Vision, sur la base d’accusations forgées de toutes pièces concernant l’acheminement de l’aide internationale vers le Hamas.

Dans leur décision classifiée rendue en 2022, un panel de juges israéliens a basé son verdict presque entièrement sur une confession qu’El Halabi aurait faite à un informateur après avoir été battu par des interrogateurs israéliens.

Le bureau des droits de l’homme des Nations unies a « constamment exprimé de sérieuses préoccupations » dans le cas d’El Halabi au sujet de « traitements cruels, dégradants et inhumains pouvant s’apparenter à de la torture ».

Le gouvernement australien, qui a fourni environ un quart du budget de World Vision à Gaza entre 2014 et 2016, a commandé un audit externe qui « n’a trouvé aucune preuve de détournement de fonds et aucune preuve matérielle qu’El Halabi faisait partie du Hamas ou travaillait pour lui. »

Malgré cela, l’Australie a suspendu son financement à World Vision à Gaza, qui a à son tour suspendu ses opérations dans le territoire.

World Vision a soutenu El Halabi et a déclaré lors de sa condamnation en 2022 que « l’arrestation, le procès de six ans, le verdict injuste et la peine de [12 ans] sont emblématiques des actions qui entravent le travail humanitaire à Gaza et en Cisjordanie ».

De la même manière, Israël a criminalisé plusieurs organisations palestiniennes importantes de défense des droits de l’homme et de services sociaux, y compris trois groupes engagés dans l’enquête de la Cour pénale internationale en Palestine. Israël a qualifié ces groupes d’organisations « terroristes » dans le but de les priver du financement des donateurs européens.

L’UNRWA a tenté de protéger ses opérations à Gaza en licenciant sommairement les employés qu’Israël accuse d’être impliqués dans les attaques du 7 octobre.

« Tout employé de l’UNRWA impliqué dans des actes de terrorisme devra répondre de ses actes, y compris par des poursuites pénales », a déclaré M. Lazzarini vendredi, des propos repris dimanche par le secrétaire général de l’ONU.

L’analyste Mouin Rabbani a déclaré dans un entretien avec le journaliste Owen Jones que l’ONU avait « commis plusieurs erreurs » dans sa réponse aux accusations d’Israël. Selon lui, le licenciement des employés de l’UNRWA « peut être interprété comme une validation » des accusations d’Israël et peut être considéré par les États-Unis et d’autres comme un « aveu de culpabilité ».

Le fait que les accusations israéliennes semblent être basées sur des aveux obtenus sous la torture « devrait soulever des questions en attendant une enquête plus approfondie », a ajouté M. Rabbani.

Trois éminentes organisations palestiniennes de défense des droits de l’homme – Al-Haq, Al Mezan et le Centre palestinien pour les droits de l’homme – accusent les autorités israéliennes de torturer et de maltraiter les personnes arrêtées arbitrairement à Gaza.

L’Observatoire Euro-Med des droits de l’homme, basé à Genève, affirme également avoir recueilli des témoignages « concernant la torture systématique et les traitements inhumains infligés aux détenus palestiniens dans les camps de l’armée israélienne » après leur disparition forcée à Gaza.

« Violation directe de la convention sur le génocide

Les États-Unis ont annoncé qu’ils suspendaient leur soutien à l’UNRWA immédiatement après que la Cour internationale de justice de La Haye a rendu un arrêt provisoire très attendu ordonnant à Israël de mettre fin aux actes de génocide à Gaza.

La Cour internationale de justice a pris plusieurs mesures provisoires en attendant d’examiner l’ensemble du dossier présenté par l’Afrique du Sud, qui accuse Israël de violer la convention sur le génocide de 1948.

L’une des six mesures provisoires ordonnées par la Cour exige qu’Israël « prenne des mesures immédiates et efficaces pour permettre la fourniture des services de base et de l’aide humanitaire dont la population a un besoin urgent ».

En vertu de la convention sur le génocide, les États ont le devoir de prévenir les actes de génocide.

En sanctionnant l’UNRWA, les États « punissent collectivement des millions de Palestiniens au moment le plus critique », a déclaré samedi Francesca Albanese, rapporteur spécial des Nations unies pour la Cisjordanie et la bande de Gaza.

Ce faisant, a-t-elle ajouté, ces pays « violent très probablement leurs obligations au titre de la Convention sur le génocide ».

Elle a ajouté que la suppression du financement de l’UNRWA « défie ouvertement l’ordre de la Cour internationale de justice d’autoriser une aide humanitaire efficace « pour remédier aux conditions de vie défavorables des Palestiniens à Gaza » ».

« Cela entraînera des responsabilités juridiques – ou la disparition du système juridique international », a déclaré Mme Albanese.

Francis Boyle, premier avocat à avoir plaidé avec succès une affaire de génocide devant la Cour internationale de justice, a déclaré que les États allaient au-delà de l’aide et de la complicité à l’égard d’Israël en interrompant le financement de l’UNRWA.

M. Boyle a déclaré au journaliste Sam Husseini que « ces États violent désormais directement l’article 2(c) de la Convention sur le génocide : ‘Soumettre délibérément le groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle' ».

« Essayer d’éliminer complètement l’UNRWA »

« Israël a toujours détesté l’UNRWA », a déclaré Craig Mokhiber, ancien haut fonctionnaire de l’ONU, lors d’un entretien avec la journaliste Katie Halper.

« L’UNRWA représente une bouée de sauvetage qui les empêche de détruire totalement la vie civile à Gaza », explique Mokhiber, ce qui constitue « une menace pour le plan ethnonationaliste d’Israël pour le territoire occupé ».

Il a ajouté que les survivants du génocide à Gaza « compteront sur le bon fonctionnement de l’UNRWA. C’est ce qui fera la différence entre la vie et la mort aujourd’hui et pendant de nombreux jours, semaines et mois à venir ».

Comme l’a écrit l’universitaire Dalal Yassine dans The Electronic Intifada l’année dernière, « depuis des décennies, Israël et ses partisans aux États-Unis ont pris l’UNRWA pour cible ».

Benjamin Netanyahu, le premier ministre israélien, a demandé le démantèlement de l’UNRWA parce qu’il « perpétue le problème des réfugiés palestiniens ».

« L’administration Trump a adopté une rhétorique similaire et a cherché à modifier la définition d’un réfugié palestinien », a observé Yassine.

L’administration Biden a renouvelé le financement de l’UNRWA qui avait été supprimé par Trump, mais « a lié le financement à un certain nombre de questions liées à l’identité et aux droits nationaux du peuple palestinien », selon M. Yassine.

L’éminent auteur et historien palestinien Salman Abu Sitta a déclaré l’année dernière à l’Electronic Intifada que les États-Unis et Israël « essayaient d’éliminer complètement l’UNRWA en transférant ses activités à d’autres agences ».

« Cela signifie que les Palestiniens n’auront pas le droit de rentrer chez eux et qu’ils ne pourront que chercher de la nourriture et un abri ailleurs, loin de leur patrie », a-t-il ajouté.

L’UNRWA a reçu un coup de grâce potentiel, car 1,3 million de Palestiniens sont désormais concentrés à Rafah, le long de la frontière méridionale de Gaza avec l’Égypte. Le bureau des droits de l’homme des Nations unies a exprimé sa « vive inquiétude » quant au fait qu’ils « pourraient être contraints de quitter Gaza » en cas d’escalade des hostilités dans cette zone, ce qui pourrait être imminent.

Signe d’une division croissante entre les pays européens concernant la campagne militaire d’Israël à Gaza, au moins deux États ont déclaré leur intention de continuer à financer l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).

Au lieu de sanctionner l’UNRWA, le gouvernement norvégien a réaffirmé son soutien au peuple palestinien par l’intermédiaire de l’agence.

« Nous devons faire la distinction entre ce que des individus ont pu faire et ce que l’UNRWA représente », a déclaré samedi le bureau de représentation de la Norvège auprès de l’Autorité palestinienne.

« Les dizaines de milliers d’employés de l’organisation à Gaza, en Cisjordanie et dans la région jouent un rôle crucial en distribuant de l’aide, en sauvant des vies et en préservant les besoins et les droits fondamentaux », a ajouté le bureau norvégien.

De même, le ministre irlandais des affaires étrangères a déclaré que le pays, qui a fourni 19,5 millions de dollars en 2023, « n’a pas l’intention de suspendre le financement du travail vital de l’UNRWA à Gaza ».

(traduction J et D)

?>