Entre silence et action : pourquoi j’ai décidé d’entamer une grève de la faim pour Gaza

Depuis le début de la guerre, les citoyens palestiniens sont paralysés par la terreur de la persécution et assistent au massacre de notre peuple à Gaza. Je refuse de laisser la peur me paralyser. Une grève de la faim est le moyen non violent mais le plus radical d’être solidaire avec eux.

https://www.mekomit.co.il/

Par : Yara Shahin Grabella 4.1.2024

pourquoi j'ai décidé d'entamer une grève de la faim pour Gaza. Une tentative transcendantale de ressentir la douleur. Une famille fait du pain au milieu des ruines à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 décembre 2023 (Photo : Abed Rahim Khativ / Flash90)

Une tentative transcendantale de ressentir la douleur. Une famille fait du pain au milieu des ruines à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 28 décembre 2023 (Photo : Abed Rahim Khativ / Flash90)

Il y a une semaine, j’ai décidé d’entamer une grève de la faim limitée dans le temps, qui a commencé le 25 décembre et devait se terminer le 29 de ce mois. Après réflexion et suite à des conversations avec des personnes qui me sont chères, j’ai décidé de poursuivre la grève jusqu’au mercredi 3 janvier, avec un appel communautaire à une journée de grève de la faim/jeûne en solidarité avec notre peuple à Gaza, et en incluant une campagne sur les réseaux sociaux sous le hashtag : #Grève de la faim pour Gaza.

Il m’a fallu deux mois pour réaliser que je n’avais plus d’autre choix que cette décision, qu’elle devait être placée dans un contexte plus large, ce qui était vrai même avant le déclenchement de la guerre : depuis deux ans, et en particulier depuis que j’ai été convoqué à l’enquête du Shin Bet.

J’ai alors été convoqué pour être interrogé parce que j’avais organisé une manifestation contre le greenwashing, c’est-à-dire la plantation d’arbres dans le but de déraciner les familles bédouines de Sawa, un village bédouin non reconnu dans le sud du Néguev. Je me suis rendu compte que pendant deux ans, j’avais été déplacé de la « rue », de l’espace public auquel je m’identifiais. Au cours des deux années qui ont suivi l’enquête, la dissuasion et la peur ont affecté mon activité politique, qui a pris de nouvelles nuances et a ouvert une fenêtre sur ce qui n’est pas « la rue », que je ne connaissais pas auparavant.

La peur m’a paralysée, mais j’ai créé de nouvelles façons de faire. J’ai suivi la méthode « trouvé et désiré », à laquelle je ne croyais pas tellement dans le passé, mais qui m’a aidé à cartographier et à examiner ce qui existe, ce qui n’existe pas et ce que je peux faire. J’ai trouvé des moyens supplémentaires et nouveaux de poursuivre le travail, notamment en guidant des visites politiques, en participant à des clubs de conversation et à des débats politiques, à des réunions binationales et à des journées de bénévolat dans divers lieux et organisations sociopolitiques. Cela m’a aidé à gérer la peur, mais pas à l’expier.

Le 7 octobre, nous, les Arabes-Palestiniens de l’État d’Israël, avons été soumis à un traitement et à un régime encore plus stricts de la part de l’État, qui a adopté une politique draconienne et arbitraire comprenant des citations à comparaître pour des enquêtes, des arrestations sauvages et soudaines de tous ceux qui osaient s’exprimer et afficher des messages pro-palestiniens ou même exprimer leur douleur et leur identification à Gaza, ainsi que des convocations disciplinaires pour poursuivre les étudiants palestiniens, une supervision ethno-mcarthyste et des persécutions politiques également de la part des membres de la classe. Cette politique s’est intensifiée au fur et à mesure que la guerre se poursuivait.

On peut considérer qu’il s’agit d’un gouvernement militaire non déclaré. Nous ne savons pas ce qui est autorisé, parce que tout est interdit et qu’il vaut mieux ne pas être intelligent pour les nombreuses raisons que j’ai énumérées plus haut. Il se trouve que pour la première fois, nous n’avons vraiment rien fait, car la peur est mythique et bien réelle. En pratique, nous avons aidé le pays à remodeler notre image de soi ; nous avons absorbé et intériorisé la peur sans nous poser de questions.

Un mystère humain, un problème non résolu

Au début de la guerre, il était clair qu’il s’agissait d’une décision tactique et stratégique : deux fronts, ou « sections », suffisent (sud et nord), nous n’avons pas besoin d’une autre section à l’intérieur d’Israël, c’est-à-dire nous. Lentement, et avec la douloureuse prise de conscience que la guerre est probablement là pour durer, notre image a été remodelée, ces Arabes palestiniens qui sont un mystère humain en Israël et un problème non résolu.

Mais de tout cela ressort l’énorme importance du sens inhérent à la politique de silence et d’intimidation : la volonté de l’État d’abolir les liens qui existent entre les Palestiniens de l’État d’Israël et ceux de Gaza. Cette annulation se fait, entre autres, par le silence, la délégitimation et la désactivation, à la fois de nos pensées et de nos actions. En d’autres termes, il est impossible de s’identifier à quelqu’un qui n’est pas israélien et, en général, il est impossible d’exprimer sa douleur pour notre peuple et la situation à Gaza.

Il s’agit d’une grave incapacité de l’État israélien à accepter et à contenir le fait que beaucoup d’entre nous ont un lien de sang, une famille, des connaissances et des amis à Gaza, tout comme la société israélienne gère actuellement la tragédie des 1 400 personnes assassinées, alors qu’il semble qu’il y ait une personne dans chaque famille en Israël qui gère la perte de quelqu’un qui était présent à la fête B Nova’, ou qui a été assassiné à cet endroit ou dans les colonies du sud.

Ce n’est pas pour rien que je mentionne dans ce contexte l’enquête à laquelle j’ai été convoqué et la peur qui m’a accompagné et qui s’est intensifiée depuis lors. Elle incarne un maintien de l’ordre profond, qui conduit à l’intériorisation de la paranoïa, de l’hystérie et à l’affaiblissement de la sécurité et de la confiance dans les personnes qui nous entourent. Quelque chose qui, pour le moins, paralyse et désintègre au niveau individuel, et au niveau du groupe et de la collectivité, démontre comment la politique du « diviser pour régner » fonctionne pour « organiser » la fragmentation du peuple palestinien à l’intérieur des frontières de la ligne verte, de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de la diaspora.

Entre silence et action : pourquoi j'ai décidé d'entamer une grève de la faim pour Gaza. Un maintien de l'ordre profond qui conduit à l'intériorisation de la paranoïa et à l'affaiblissement de la confiance dans ceux qui nous entourent. La police arrête un étudiant palestinien à l'université de Tel-Aviv lors d'un rassemblement commémorant le jour de la Nakba, le 15 mai 2022 (Tomer Newberg / Flash 90).

Un maintien de l’ordre profond qui conduit à l’intériorisation de la paranoïa et à l’affaiblissement de la confiance dans ceux qui nous entourent. La police arrête un étudiant palestinien à l’université de Tel-Aviv lors d’un rassemblement commémorant le jour de la Nakba, le 15 mai 2022 (Tomer Newberg / Flash 90).

C’est l’une des raisons qui m’ont poussé à entamer une grève de la faim par défaut : la nécessité de ne pas céder à la peur. Je fais la grève parce que j’ai peur d’avoir peur à nouveau sans trouver de réponse. Il s’agit d’un besoin, et non d’un simple désir, de reprendre le contrôle de ce que je peux encore faire.

Une grève de la faim est un moyen non violent de protester et de résister en s’abstenant manifestement de manger et de boire. La grève est généralement menée sur fond d’injustice personnelle, sociale, politique, etc. Elle est souvent déclarée comme une étape désespérée, extrême et ultime de la lutte afin d’attirer l’attention du public et des autorités ou de provoquer un changement de politique.

La deuxième raison est le privilège que j’ai encore ici et l’accès aux ressources vitales de base : la nourriture, l’eau, la boisson, l’électricité, une maison, un toit au-dessus d’un toit. C’est la première fois de ma vie que je traverse une crise existentielle profonde et que je réalise que ma vie vaut plus que celle des autres. J’ai également décidé d’entamer une grève de la faim pour m’opposer à la politique de famine et à son utilisation en tant qu’outil de guerre légitime. Bien que le mot « moralité » soit étranger à la guerre actuelle, il faut néanmoins s’opposer fermement à la politique de famine qu’Israël applique aux habitants de Gaza.

Le siège et les combats à Gaza ont provoqué une forte baisse de l’approvisionnement en électricité et en carburant, rendant impossible le chauffage et la préparation des aliments ou le transport de la farine et des produits de base vers les boulangeries. Fin octobre, l’UNRA signalait déjà qu’un cinquième des boulangeries de la bande de Gaza ne pouvaient pas fonctionner faute de carburant et de farine, ou parce qu’elles avaient été bombardées. Une semaine plus tard, début novembre, l’ONU a indiqué qu’il n’y avait plus de boulangeries en activité à Gaza. Selon les rapports d’Oxfam, Israël utilise la « famine » comme arme de guerre contre les civils de Gaza depuis le début de la guerre, alors que seulement 2 % des denrées alimentaires censées entrer dans la bande entrent en raison du renforcement du blocus.

En conséquence, des millions de citoyens de Gaza sont soumis à une punition collective devant le monde entier. La situation s’aggrave de jour en jour. Les enfants de Gaza souffrent de graves traumatismes dus aux bombardements constants, leur eau potable est contaminée ou limitée, et bientôt les familles ne pourront plus du tout nourrir leurs enfants.

Au cours des deux premiers mois de la guerre, il était impossible de protester contre l’attaque de Gaza. Aujourd’hui, il existe des organisations, mais aucune initiative indépendante émanant de la société palestinienne à l’intérieur d’Israël n’a encore été présentée. La question du silence ou de l’action m’a accompagné depuis le début de la guerre et plus particulièrement au cours des deux dernières semaines. Au moment où j’écris cet article, j’en suis au neuvième jour de la grève de la faim que j’ai entamée. Mon action est née de la peur de succomber au silence. C’est la forme la plus non violente mais la plus radicale de solidarité avec mon peuple à Gaza.

Pour moi, c’est la tentative la plus extrême de m’unir et de m’unir (en arabe du mot « تلاحم » chair) avec les fils et les filles de mon peuple à Gaza. Je considère cette grève comme une tentative transcendantale de ressentir la douleur. Il ne s’agit pas d’un besoin masochiste ; j’essaie de m’élever au-dessus du contexte actuel et de me connecter à ce qui se passe à Gaza, mais aussi de ressentir la douleur des centaines de milliers de personnes affamées et de celles qui sont déjà mortes de faim et d’autres raisons politico-climatiques sous les auspices d’Israël.

(traduction J et D)