Vingt-huit députés de gauche appellent à la libération de Georges Ibrahim Abdallah

TRIBUNE. Emmenés par la députée LFI Sylvie Ferrer, ces députés exigent la libération de Georges Ibrahim Abdallah, militant de la cause palestinienne condamné à la perpétuité depuis 1986 et 1987 pour possession d’un faux passeport et complicité dans l’assassinat des deux diplomates israéliens et américains.
Sylvie Ferrer
Vingt-huit députés de gauche appellent à la libération de Georges Ibrahim Abdallah
Vingt-sept députés signent un appel en faveur de la libération de Georges Ibrahim Abdallah, militant palestinien condamné en France à la perpétuité. Hans Lucas via AFP / © Riccardo Milani

Voici leur tribune. « Georges Ibrahim Abdallah a eu 72 ans ce 2 avril. Ce défenseur de la cause palestinienne, combattant l’invasion du Liban, son pays, par les forces israéliennes, est arrêté en 1984 puis incarcéré pour possession d’un faux passeport. Il est ainsi condamné à perpétuité pour complicité dans l’assassinat des deux diplomates israéliens et américains.

Son procès à la Cour d’assises spéciale se déroule 2 ans plus tard à Paris, alors théâtre d’attentats sanglants commandités par l’Iran, qui ont manifestement conditionné sa condamnation à perpétuité en 1987 alors que la peine demandée par l’avocat général était de quinze ans. Georges Ibrahim Abdallah dépose alors successivement neuf demandes de libération conditionnelle, toutes refusées malgré l’appui des autorités libanaises. En 2012, il est transféré au centre pénitentiaire de Lannemezan où il est détenu actuellement.

La suite après cette publicité

Libérable depuis 1999

En droit français, Georges Ibrahim Abdallah est libérable depuis 1999. Et pourtant, il est toujours emprisonné, alors que la justice s’est prononcée pour sa libération ! Cela fait de Georges Ibrahim Abdallah le prisonnier politique le plus ancien dans une prison française, et à l’exception de l’Italie, probablement en Europe. Par deux fois, en 2003 et 2013, alors que la justice d’application des peines avait décidé la libération de Georges Ibrahim Abdallah, les ambassades des Etats-Unis et d’Israël, et même Hillary Clinton en 2013, alors secrétaire d’Etat des Etats-Unis, sont intervenues pour peser sur le cours de la justice de notre pays, et obtenir qu’il ne soit pas libéré et renvoyé au Liban. C’est Dominique Perben qui une première fois s’y oppose, puis Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, qui, à leur demande, refuse de signer l’arrêté d’expulsion de Georges Ibrahim Abdallah vers le Liban.

Nous le réaffirmons : ce n’est ni aux Etats-Unis, ni à Israël de dicter la justice en France. La condition posée par la justice est maintenant qu’un arrêté d’expulsion de Georges Ibrahim Abdallah vers le Liban soit signé. Le Liban a déjà dit qu’il était prêt à l’accueillir, et même demande cette expulsion. Nous demandons donc que le président de la République et ses ministres de l’Intérieur et de la Justice signent l’arrêté d’expulsion, et que Georges Ibrahim Abdallah soit enfin libéré, « expulsé » et puisse rejoindre sa famille au Liban ! Notre pays, porteur des principes universels des droits de l’Homme depuis la Révolution de 1789, peut et se doit à présent de permettre à Georges Ibrahim Abdallah âgé de 72 ans, emprisonné depuis 39 ans, de retrouver son pays. Aujourd’hui la France doit se montrer à la hauteur des idéaux universels d’égalité et de justice qu’elle porte. »

La liste des signataires : 

Sylvie Ferrer, Mathilde Panot, André Chassaigne, Charlotte Leduc, David Guiraud, Léo Walter, Hendrik Davi, Sylvain Carrière, Christophe Bex, Martine Etienne, Ségolène Amiot, Ersilia Soudais, Andrée Taurinya, Sophia Chikirou, Gabriel Amard, Thomas Portes, Loic Prudhomme, Adrien Quatennens, Michel Sala, Karen Erodi, Elisa Martin, Farida Amrani, Eric Coquerel, Jean-Paul Lecoq, Tematai Le Gayic, Soumya Bourouaha, Hubert Wulfranc, Aurélien Taché