logo UJFP

Soutien à la population du Haut-Karabakh – Non à tous les nettoyages ethniques

Au moment de l’éclatement de l’URSS, les frontières des nouveaux États ne correspondaient pas, comme souvent, aux réalités historiques et communautaires des populations. On en meurt encore aujourd’hui. Les habitants de l’Azerbaïdjan et de l’Arménie ont été plusieurs fois déplacés d’un côté à l’autre par les prétentions territoriales des deux États. Le précédent cessez-le-feu (1994) a vu la victoire de l’Arménie qui a annexé sept districts entourant le Haut-Karabakh.

Le 27 septembre 2020, l’armée de l’Azerbaïdjan a attaqué le Haut-Karabakh. Elle a bénéficié d’une aide militaire très importante (terrestre et aérienne) de la Turquie d’Erdogan, faisant renaître la mémoire du génocide arménien qui n’a été reconnu par aucun des différents gouvernements turcs depuis 1915. Elle a aussi bénéficié de la livraison par Israël de drones et d’armes à sous-munitions (roquettes de type LAR-160 officiellement interdites, mais déjà utilisées contre la population de Gaza).
Cette guerre a fait plusieurs centaines de morts dans une région peu peuplée. L’armistice signé le 10 novembre à Moscou entérine une défaite de l’Arménie et l’installation de troupes russes dans la région. Officiellement ce sont des troupes d’interposition. En fait, elles permettent à la Russie de reprendre pied dans cette partie du Caucase.

L’UJFP dénonce l’agression qui vient d’avoir lieu et ses complices.
Elle appelle à soutenir la population du Haut-Karabakh qui subit un massacre et un nouveau nettoyage ethnique.
Elle appelle à soutenir les mouvements des sociétés civiles des deux pays, Arménie et Azerbaïdjan, qui, comme le HCA (Helsinki Citizens Assembly) ont mis en place des réseaux de dialogue et de coopération entre familles de disparus, anciens combattants, jeunes, femmes, disparus … Ils s’opposent aux logiques nationalistes de guerre. Leurs voix, trop souvent étouffées, sont la seule issue pour que cette guerre soit la dernière.
Il n’y a pas d’autre alternative que le « vivre ensemble dans l’égalité des droits », là-bas comme ailleurs.

La Coordination nationale de l’UJFP le 23-11-2020