Gaza balle au pied

Gaza balle au pied – Tournée en France passée par Clermont et ça continue

2 OCT. 2021 | PAR GEORGES-ANDRÉ | BLOG : VIVRE DEBOUT ! …

Connaissez-vous l’équipe de footballeurs amputés de Gaza ? Iyad Alasttal, documentariste palestinien, a filmé cette récente équipe à Gaza et en France, « Gaza balle au pied ». Ils sont en France en tournée jusqu’au 28 octobre. Une soirée rencontre et débat pour connaître le quotidien des gazaoui·es qui est souffrance et vie. « Exister c’est résister » (Iyad). En Palestine et partout ailleurs.

1 – Iyad, Fouad, Naji, Gaza football handisport

2 – La tournée en France avec « Gaza balle au pied » et çà continue

3 – Gaza stories, la vie des gens à Gaza

Pour participer (avec multiples informations sur la tournée en France) :  https://www.helloasso.com/associations/association-france-palestine-france-solidarite-afps/collectes/tournee-gaza-balle-au-pied

Vous ne connaissez pas l’équipe de foot-ball handisport de Gaza…. pour le moment. Avec cent-vingt footballeurs amputés dont une trentaine de moins de seize ans, les gazaouis ont largement pu monter une équipe de jeunes hommes en dépit de tous les obstacles de cette région sous blocus israélien, la surveillance constante par drônes et des incursions épisodiques.

En juin 2019, à l’initiative du Collectif Palestine de Martigues, une équipe de footballeurs amputés de Gaza était accueillie en France pour des rencontres amicales avec l’équipe de France de footballeurs amputés. Iyad Alasttal, réalisateur palestinien de Gaza Stories et de multiples courts métrages, a suivi avec sa caméra l’équipe gazaouie dans ses préparatifs à Gaza et lors de ses déplacements en France. Il a ainsi réalisé le documentaire « Gaza, balle au pied » (voir synopsis bas de page).

Du 21 septembre au 28 octobre, Iyad Alasttal effectue une tournée en France dans 29 villes avec le responsable de l’association footbalistique gazaouie Fouad Abou Ghallion, et des footballeurs amputés tel Naji NAJI pour projeter dans des soirées son dernier film documentaire « Gaza, balle aux pieds », la balle de foot opposé à la balle de fusil d’assaut. Un titre qui en dit long sur la volonté de montrer autre chose de Gaza que cet éternel enfermement ponctué d’interventions armées.

  • « Les drones israéliens ne quittent jamais le ciel de Gaza. On dit que Gaza est une prison à ciel ouvert. C’est pire. C’est une prison à ciel fermé. Le ciel est entièrement contrôlé par l’armée israélienne. »

Ce 30 septembre, Clermont-Ferrand a accueilli ces personnalités à la maison de l’Oradou pour une « rencontre-débat sur la situation du football et du sport à Gaza, où 2 millions de personnes subissent un blocus israélien depuis 15 ans, et dont une partie des habitants et des sportifs sont gravement mutilés par l’armée israélienne lorsqu’ils manifestent pour leurs droits. ». A l’issue des projections, a lieu un débat au cours duquel il est question de comment continuer à vivre, à travailler, à créer, à pratiquer du sport, à sauvegarder culture et patrimoine, en un mot de résister aux conditions dramatiques dans lesquelles vit la population de Gaza soumise à 14 ans de blocus israélien.

Peu avant la séance … © Georges-André Photos

Peu avant cette soirée, à l’invitation de l’AFPS63, nous avons rencontre Iyad, le réalisateur, Faoud , le responsable de l’association et Naji, un des footballeurs amputés. Voici les réponses à nos questions qui permettent de mieux comprendre le sens de cette tournée et du travail du réalisateur, les difficultés et l’énergie nécessaire pour monter cette équipe, l’entraîner, l’équiper, la faire vivre, une équipe qui n’ose se voir en 2024 à Paris pour les jeux paralympiques. Pourquoi pas ? Aux dernières jeux paralympiques de Tokyo, un lanceur de poids palestinien a bien concouru !

Lire : « le premier championnat de foot-ball pour les amputés de Gaza »

Iyad, Fouad et Naji – Gaza football handisport

Iyad ALASTTAL, réalisateur

« Il y a Gaza côté souffrance mais il faut également se rappeler qu’il y a Gaza avec de la vie. Ce sont deux réalités. Le monde entier a une vision sombre de la Palestine. S’il voit la souffrance en Cisjordanie, celle de Gaza est décuplée. Mais il y a aussi une résistance. Exister c’est résister. C’est ce que font les Palestiniens. Tout est acte de résistance, le quotidien comme les gestes de vie. »

Iyad Alasttal, réalisateur © Georges André

Fouad ABOU GHALLON, responsable de l’association des footballeurs amputés de Gaza

« Cette équipe a été créé par Fouad Abou Gahlyoun, qui fait partie du comité paralympique de Gaza. Sa mère a perdu son bras en 1949, ce qui ne l’a pas empêchée d’élever ses enfants, et cela a beaucoup marqué son fils. L’idée de fonder cette équipe lui est venue en regardant la finale de la Coupe d’Europe de football amputé en octobre 2017 entre la Turquie et l’Angleterre.« 

Fouad ABOU GHALLON © Georges-André Photos

Naji NAJI, footballeur amputé de Gaza

Naji NAJI, footballeur © Georges-André Photos

La tournée en France avec « Gaza balle au pied » : çà continue

« J’ai réalisé plusieurs vidéos qui montrent l’importance de l’histoire. Des Gazaouis qui retracent l’histoire de la présence palestinienne sur cette terre. La politique israélienneconsiste à nier, étouffer voire confisquer la culture palestinienne, voire moyen-orientale : nourriture, musique, symboles. C’est une grande bataille culturelle et économique qui se joue aussi. Voilà pourquoi j’ai pu filmer cette dame palestinienne qui faisait des gâteaux traditionnels. Chacun se fait le gardien d’une mémoire qu’il garde vivante. »

Le calendrier de la tournée en octobre

Le calendrier de la tournée en octobre

Iyad et Fouad précise la tournée et son sens © Georges-André Photos

3 – Gaza stories, la vie des gens à Gaza

« A travers ce travail, on découvre le quotidien de Gaza. Rana par exemple, jeune Palestinienne, qui, dans la cour de la maison familiale, sculpte d’immenses statues éphémères de sable fin. Son frère a été blessé durant une Marche de la terre et c’est pour exorciser cette douleur que Rana a choisi ce moyen d’expression. Dans une autre vidéo, les Gazaouis se pressent pour faire les derniers achats de l’Aïd Al fitr. Puis il y a Saïd et son refuge pour animaux abandonnés. Ibrahim en habit traditionnel du mesaharati ou conteur qui parcoure Gaza la nuit avec son tambourin. Oum Hani qui nous explique comment réaliser des gâteaux traditionnels, des qatayefs aux kaaks. Une nouvelle recette du poulet mandi. Des rires et des jeux d’enfants dans un parc d’attraction. La riche histoire de Gaza que Waled conserve et protège dans son petit musée. Des petits riens de la vie quotidienne qui font mémoire d’une vie, société et culture vivantes. »

Iyad, documentariste à Gaza © Georges-André Photos

Gaza stories pour dire le quotidien des gazaoui·es

«  Il s’agit d’un projet multimédia palestinien disponible en français, qui veut montrer au reste du monde la résilience des Palestiniens de Gaza et comment ils arrivent à vivre au quotidien. » [Les nombreux films] « ont été réalisés et diffusés via les réseaux sociaux. Constituée autour du réalisateur, une équipe de cinéastes et journalistes gazaouis réalisent des films, reportages, documentaires et informations filmées sur la vie quotidienne et les questions politiques, économiques, sociales, associatives, artistiques et culturelles. » Ce sont les points de vue des Palestiniens de Gaza.

Pour visionner les courts-métrages d’Iyad : https://www.youtube.com/channel/UCO0EPtvUNAKlk6G4Hnj1Hww/videos

Toutes les citations sont d’Iyad Alasttal tiré de : https://ehko.info/gaza-stories-dire-gaza-autrement/  mais aussi du dossier de presse. Vous pourrez voir le documentaire poignant sur cette jeune infirmière tuée en soignant des blessés lors de la Marche du retour : « Razan, une trace de papillon ».

Et sur Médiapart : Laurent Merer, ex-amiral, en mission en Palestine dénonce « l’horreur » 

« Israël croit qu’avec le temps, les Palestiniens vont oublier et se résigner. Mais c’est le contraire qui arrive. La lutte et la résistance se renforcent. Au regard de l’histoire, d’autres régimes sont tombés, mur de Berlin, l’Algérie coloniale, l’Apartheid sud-africain. Les Palestiniens sont un peuple très éduqué et qui a le sens de l’histoire ».

Iyad et Naji avant la séance à Clermont-Ferrand © Georges-André Photos

 ________________________________

Synopsis  » Gaza balle au pied »

Khaled, Mohammed, Ahmed et Muaz, sont membres de l’équipe palestinienne de footballeurs amputés de Gaza invitée à venir jouer en France contre l’équipe nationale française de footballeurs amputés. A Gaza, chacun de ces jeunes footballeurs mène sa vie tout en partageant la même passion pour le football. Lors de leur séjour en France, ils n’oublient jamais leur pays qu’ils sont fiers de représenter, et par moment ils ressentent de la nostalgie… Les rencontres chaleureuses avec des solidaires pro-palestiniens, ponctuées de moments de joie, de chants, de blagues, de détente sur la plage, et de matchs de football, leur permettent d’échapper un temps à leurs maux du pays.
Sur fond d’un contexte politique périlleux, ces jeunes footballeurs amputés nous donnent une leçon de vie, de résilience et d’espoir pour surmonter les difficultés que nous réserve la vie.

* Ce film a été primé lors des festivals de Tyr et d’Alexandrie et en dernier lieu le 28 septembre où ce documentaire a obtenu le prix Martine Filippi de la Découverte, meilleur court métrage décerné par l’URTI – Créée en 1949, l’URTI est la première organisation internationale de radiodiffusion qui organise des échanges de programmes de télévision et de radio, des Grands Prix de renommée internationale, des coproductions, des ateliers de formation et des actions de promotion de la création audiovisuelle mondiale.