France-Israël. Lobby or not lobby?

Israël est-il en train de gagner la bataille de l’influence en France ? On pourrait le croire, et c’est pourquoi Orient XXI va y consacrer une enquête au long cours publiée en plusieurs épisodes dans les prochaines semaines. Avant la crise sanitaire, les élus défilaient à Jérusalem saluer « la seule démocratie du Proche-Orient », puis faisaient un tour dans les colonies. Les patrons s’enthousiasmaient pour des promesses de high tech d’origine le plus souvent militaire. Artistes, intellectuels, journalistes affluaient pour des voyages de découverte, des festivals, des rencontres, des productions de séries télévisées. Tous semblent convaincus que la défense d’Israël est désormais essentielle dans un monde menacé.

Mais l’opinion publique française reste dubitative et continue d’afficher majoritairement sa sympathie pour la cause palestinienne. Faut-il parler d’un semi-échec pour les nombreux cercles d’influence favorables à Israël? Comment raconter les succès, les contrariétés et les déconvenues d’un discret lobby aux acteurs divers, qui en interrogent beaucoup sur sa forme et sa réalité même ? Des salons high tech aux communes de banlieue, des soirées branchées aux partenariats « secret défense », de l’Assemblée nationale au Conseil de Paris, il semble bien avoir le vent en poupe. C’est son fonctionnement, ses outils, ses relais qu’Orient XXI va raconter dans les mois à venir au cours d’une enquête en plusieurs volets.

Nulle armée de lobbyistes appointés à Paris comme on en trouve à Washington : les pro-israéliens sont des personnalités variées, de droite, de gauche et du centre, des visages de la scène médiatique qui avancent en maniant avec habilité les faux-semblants du débat sur l’antisionisme et l’antisémitisme pour tenter de disqualifier ceux qui continuent, peu écoutés mais pas muets, à ne pas soutenir la politique de la droite israélienne au pouvoir.

Right Menu Icon