Accueil > L’UJFP en action > Les plumes de l’UJFP > Les plumes de l’UJFP

Les plumes de l’UJFP

Articles de cette rubrique


Georges Ibrahim Abdallah toujours debout. (Les plumes de l’UJFP)

mercredi 31 juillet 2019 par Pierre Stambul

25 juillet. Je ne suis pas seul à venir à la prison de Lannemezan visiter un prisonnier politique. Plusieurs Basques sont venus en famille (avec les enfants) pour voir leurs proches. Il y a 13 prisonniers politiques basques espagnols dans cette prison, souvent condamnés à de très lourdes peines.



Intervention de Jean-Guy Greilsamer (UJFP) au colloque international « Quel avenir pour la Palestine » organisé le 4 juin 2019 par l’Académie de Géopolitique de Paris (Les plumes de l’UJFP)

mercredi 5 juin 2019 par Jean-Guy Greilsamer

J’interviens au nom de l’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) pour traiter la question :

Quelles sont les perspectives d’avenir de la Palestine du point de vue du respect du droit international contemporain et des droits humains universels.

Ces droits s’appuient sur des principes clairs desquels découlent les droits du peuple palestinien : la condamnation du colonialisme, de l’apartheid, de l’épuration ethnique des peuples autochtones, le droit au retour des réfugiés palestiniens, le respect des droits humains universels, le droit à la résistance y compris armée des peuples colonisés et à leur autodétermination.



Atterrée devant la bêtise raciste (Les plumes de l’UJFP)

mercredi 5 juin 2019 par Sonia Fayman

Par Sonia Fayman.

Une émission de télévision où était invitée une survivante d’Auschwitz-Birkenau a donné lieu à une polémique où le suprématisme blanc mâtiné de philosémitisme a encore sévi.



Peurs et haines des Juifs : entre altérité et identité (Les plumes de l’UJFP)

dimanche 26 mai 2019 par Dominique NATANSON

Article paru dans la revue "Parvis" n°92-93 été 2019

Le racisme se tient toujours dans le jeu de la distance et de la proximité, de l’altérité et de l’identité. Mais les peurs et les haines ne naissent pas spontanément de la diversité : elles sont fabriquées socialement, tout comme les différenciations elles-mêmes, qui ne sont pas « naturelles », mais structurelles. L’histoire des Juifs, de l’antijudaïsme à l’antisémitisme, voire au philosémitisme, s’inscrit dans cette construction mentale et sociale d’un racisme.



Critique de la tribune de Denis Charbit : "Quand antisionisme et antisémitisme se recoupent" (Les plumes de l’UJFP)

mercredi 15 mai 2019 par Sonia Fayman

Sonia Fayman critique ici la tribune de Denis Charbit : "Quand antisionisme et antisémitisme se recoupent" parue sur le site du journal Libération le 24 mars 2019

Qu’il y ait plusieurs références historiques en matière d’antisionisme n’enlève rien à la pertinence de l’antisionisme anticolonialiste actuel ; il est fondé sur la nature même du sionisme qui est une forme de colonialisme, même si des milliers de gens en ont été enthousiasmés dans une démarche nationaliste et dans la recherche d’une réponse à l’oppression. Si cette caractéristique colonialiste n’est pas apparue à tout le monde en son temps, et toujours pas aujourd’hui, une analyse socio-historique permet d’établir la nature colonialiste du sionisme : conquête d’une terre habitée par un peuple originaire, soumission de ce peuple, destruction de son habitat, privation de ses droits au profit de colons arrivant par vagues, voire autoritairement « importés » de certains pays et instauration d’un système de division ethnique.



L’amour par temps sombre (Les plumes de l’UJFP)

samedi 11 mai 2019 par Joëlle Marelli

Joëlle Marelli 9 mai 2019

Peu après la parution du livre de Houria Bouteldja, l’une dit à l’autre, par-delà l’Atlantique : écrivons un texte ensemble. L’autre ne refusa pas, mais suggéra une autre forme de dialogue : écrivons chacun.e un texte et faisons-les paraître ensemble. Du temps passa. Ce décalage supplémentaire apporta son lot d’oubli, et la part d’inconscient, dans la conversation, qui était indispensable à produire quelque résonnance. C’est ainsi une sorte de trilogue (non, vraiment, font les autres convives ? Vous plaisantez sans doute !), fait non seulement de mots mais de silence et de distance, comme c’est le cas dans les meilleures occurrences, nous semble-t-il, qui s’est instauré, à l’insu de la principale protagoniste, mais aussi, en grande partie, des deux autres.



Les assassins de la mémoire (Les plumes de l’UJFP)

dimanche 5 mai 2019 par Pierre Stambul

Par Pierre Stambul.

Pierre Vidal-Naquet a utilisé cette expression contre les faussaires et les négationnistes qui niaient ou minimisaient l’ampleur et la préméditation de l’extermination perpétrée par les Nazis contre les Juifs, les Roms, les communistes, les homosexuels …

Je l’utilise contre ceux qui se sont approprié l’histoire, la mémoire et les identités juives pour bâtir, au nom des Juifs, un État d’apartheid qui rappelle sur bien des plans, selon l’historien Zeev Sternhell, l’Allemagne des années 1930.



Réponse à Robert Hirsch (Les plumes de l’UJFP)

Robert Hirsch a été interviewé dans l’US Mag, journal du SNES. Il y critique la "gauche radicale" coupable selon lui de cécité vis-à-vis de l’antisémitisme et la manifestation de Ménilmontant qualifiée de "groupusculaire".

Nous publions ici l’interview de RH et la réponse de trois militant-e-s de l’UJFP membres du SNES : Emmanuelle Kraemer, André Rosevègue et Pierre Stambul.



Combattre l’antisémitisme aujourd’hui (Les plumes de l’UJFP)

dimanche 28 avril 2019 par Jean-Guy Greilsamer

Article paru dans le n° 641 de la revue du Mouvement de la Paix, "Planète Paix", page 9

Jean-Guy Greilsamer, Membre de l’UJFP [2], explique comment concevoir la lutte contre l’antisémitisme aujourd’hui, comment la lier à la lutte contre tous les racismes sans la considérer comme plus importante que les autres. Il proteste contre l’instrumentalisation de ce racisme, instrumentalisation à des fins qui contribuent à l’entretenir



Un point sur les élections israéliennes du 9 avril 2019, avant les résultats définitifs (Les plumes de l’UJFP)

samedi 20 avril 2019 par Simon Assoun

Le 10 avril 2019
Par Simon Assoun (UJFP).

Sur 120 législateurs, 100 seront des soutiens de la politique d’apartheid. Voilà l’information politique essentielle des dernières élections israéliennes. Un régime colonial ne sera jamais démocratique, élections ou pas élections.

Gantz et Bibi au coude à coude, Balad exit de la Knesset. Vraisemblablement, forte probabilité pour une majorité autour de Netanyahou.



Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 4266931