Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


« Je peux pas respirer », un poème de Niyi Osundare

jeudi 18 juin 2020 par Niyi Osundare

17 JUIN 2020 | PAR PASCAL MAILLARD | BLOG : POLARED - PETIT OBSERVATOIRE DES LIBERTÉS ACADÉMIQUES. RECHERCHE, ENSEIGNEMENT, DÉMOCRATIE

Niyi Osundare, auteur nigérian, est l’un des poètes les plus reconnus d’Afrique. Je publie son poème « I Can’t Breathe » dans une traduction de Christiane Fioupou. Niyi Osundare a enseigné de nombreuses années au département d’anglais de l’université de la Nouvelle Orléans (UNO).

Ce poème de Niyi Osundare, "I Can’t Breathe", traduit par Christiane Fioupou avec l’accord de l’auteur, a été publié le 8 juin 2020 sur le site basé au Nigeria, Premium Times.

Niyi Osundare, auteur nigérian, est l’un des poètes les plus reconnus d’Afrique. Il a enseigné de nombreuses années au département d’anglais de l’université de la Nouvelle Orléans (UNO).

Niyi OSUNDARE

JE PEUX PAS RESPIRER

(Variations épisodiques sur les ondoiements d’un cri primal)

I

Je peux pas respirer

Je peux pas respirer

Je peux pas res

Je peux pas

Je peux pas

Je. …….

*

2020 : Black Lives Matter, La Vie Des Noirs Compte

1965 : JE SUIS UN HOMME

*

Il y a d’innombrables façons

De lyncher sans corde

*

Les victimes ont été moins nombreuses que ce que nous avions prévu :

10 Personnes

&

1000 Nègres

*

Pour chaque Noir à l’université

Il y en a cent de plus en prison

*

Tant de siècles plus tard,

L’Amérique a toujours « un problème noir »

*

Ma peau est mon péché,

Chante le bluesman sur ses cordes plaintives,

Ma vie même est une « condition sous-jacente »

Pour d’innombrables afflictions

*

Et le Sage des médias répond :

Le racisme est le péché originel de l’Amérique

La violence, son inaliénable compagnon

*

Il y a un crime fréquent en ville :

Respirer Quoique Noir (RQN)

*

M. George Floyd a commis deux crimes cardinaux :

Il était noir

Il était costaud

*

Black Lives Matter, La vie des Noirs compte

Black Life Martyrs, Les Noirs comptent leurs martyrs

*

Et Louis Armstrong, le trompettiste souriant, questionne :

Qu’ai-je fait de curieux pour être si noir et bleu ?

II

Les Noirs comptent leurs martyrs,

Leurs voix montent de leurs tombes prématurées  :

Amadu Diallo, Eric Garner, Michael Brown, Tamir Rice, Walter Scott, Freddie Gray, Botham Jean, Breanna Taylor, Philando Castille, Trayvon Martin, Ahmaud Arbery, George Floyd…..

N’y aurait-il pas un Panthéon

Pour les trophées de chasse des policiers ?

*

Etre et ne pas être

Se vautrer dans l’indigence dans un océan d’opulence

Crier et ne pas être entendu

Se lever et ne pas être vu

Semer et ne jamais récolter

Vivre toute sa vie au-dessous de la loi

Etre arrêté et fouillé arrêté et fouillé arrêté et fouillé arrêté et….

Etre sommé d’innombrables fois

De pardonner et puis d’oublier

*
Oui Monsieueu, Oui Madaaame….

Mettez-les à l’aise avec votre sourire de Nègre,

Votre basse basse révérence et votre haute déférence

Cette façade de calme est ce qui vous rachète

Un « homme noir en colère » est pour ainsi dire mort

*

Allo Police, Police, Police, Police

Mon nom est Sue,

J’appelle de ma voiture dans City Park

Un grand Noir costaud traîne dans le coin

Son ombre noire énorme menace ma vue

Vite envoyez un flic, je crains pour ma vie

*

Bloquer-étouffer, bloquer-étouffer,

Clé d’étranglement et fracasse et balance

400 ans de genou-sur-le-cou
*
Notre Police connaît son serment :

Servir

&

Protéger

*

Le commissaire a posé un genou à terre

Le shérif à son tour a fait pareil

Est-ce ici génuflexion sincère

Devant la trahison de Kaepernick [*]

Ou condescendance s’achetant une conciliation temporaire ?
*
Et l’empereur grogne

Depuis son bunker du Château Blanc

Promettant « chiens méchants et armes inquiétantes »

Dépêchant ses fusils pour « dominer la rue »

Sa nation malheureuse désormais son « espace de combat »

*

La vie des Noirs compte

Les Noirs comptent leurs martyrs

*

Et Louis Armstrong, le trompettiste souriant, questionne :

Qu’ai-je fait de curieux pour être si noir et bleu ?

*

Je peux pas respirer

Je peux pas respirer

Je peux pas res….

Je. …...

Niyi Osundare, le 7 juin 2020

Traduit de l’anglais par Christiane Fioupou, le 14 juin 2020

[*Colin Kaepernick, ancien quarterback américain du NFL [National Football League], initia en 2016 cette position du genou pour protester et éveiller les consciences contre le racisme et les violences policières subis par les Afro-Américains. Son geste était de mettre un genou à terre durant l’hymne national. Il se fit vivement critiquer pour manque de respect envers le drapeau américain et l’hymne national. Ironiquement, des policiers et des figures publiques ont adopté cette posture en signe de solidarité – et de conciliation – en juin 2020 lors des manifestations dans tout le pays contre l’assassinat par la police de George Floyd et en soutien à d’autres Afro-Américains victimes des violences policières. (N. de l’A.)


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 482 / 5703173