Accueil > Pour comprendre > En Israël-Palestine > En Israël-Palestine

En Israël-Palestine

Articles de cette rubrique


Chroniques de Gaza (17) (Gaza)

jeudi 9 juin 2016

mardi 7 juin

Rencontre avec le BDS de Gaza

Nous sommes reçus par Haider Eid du PACBI (Les Palestiniens pour le boycott universitaire et culturel d’Israël), le coordinateur du BNC (Comité National du Boycott) à Gaza Abdulrahman Abunahel et deux étudiants du PSCABI (Les étudiants palestiniens pour le boycott universitaire et culturel d’Israël).

Haider nous parle de l’appel juif international pour Omar Barghouti et souligne qu’il y a beaucoup de gens ayant des origines juives dans le BDS. "Nous sommes antiracistes et l’antisémitisme est un racisme". Il trouve ridicule la position du gouvernement français ou du maire de New York contre le boycott dont il rappelle qu’il est une partie intégrante de la liberté de parole et se félicite des votes des parlements suédois et irlandais pour cette liberté.



Chroniques de Gaza (16) (Gaza)

mardi 7 juin 2016

lundi 6 juin

C’est le premier jour du ramadan que quasiment tout le monde observe à Gaza. La journée est très longue (16h sans boire, ni manger) et une partie de la nuit est prise par le repas et les prières.

Quelques mots sur la ville. Si on est allergique aux klaxons, il ne faut pas venir à Gaza. Les rues résonnent d’un tintamarre ininterrompu mais tout se passe dans la bonne humeur. Le klaxon fait partie intégrante de la conduite.



Chroniques de Gaza (15) (Gaza)

mardi 7 juin 2016

Dimanche 5 juin

Quand on regarde la télévision à Gaza (et donc qu’il y a de l’électricité), elle est souvent brouillée. L’image est déformée. Ce sont les drones. Ils ne sont pas visibles à l’œil nu parce qu’ils volent très haut. S’ils descendent c’est mauvais signe, ça annonce une attaque.

On entend souvent un bruit sourd d’avions à Gaza alors que l’aéroport a été détruit sans avoir jamais fonctionné. Ce sont les F16 et d’autres avions de chasse plus modernes qu’on entend alors qu’ils volent très haut. Pendant la guerre, nous a-t-on dit, la bombe explosait avant qu’on entende l’avion.



Chroniques de Gaza (14) (Gaza)

lundi 6 juin 2016

Samedi 4 juin

Rencontre avec deux jeunes francophones

Il s’agit de peaufiner un projet dont le seul coût est d’avoir un sens de l’organisation.

D’un côté, les jeunes de Gaza utilisent Facebook. Ils sont francophones et sont capables d’animer chacun une communauté Facebook. De l’autre côté, en France, beaucoup de jeunes manifestent spontanément leur solidarité pour Gaza. Mais ils ignorent tout de cette société, de ses problèmes, de son fonctionnement, de ses aspirations.



Chroniques de Gaza (13) (Gaza)

lundi 6 juin 2016

Vendredi 3 juin

On n’a pas encore écrit sur les transports dans Gaza. Il n’y a pas de bus. Pour les transports en commun, il y a plein de minibus oranges partant de plusieurs stations dans Gaza. On peut partout demander l’arrêt. Pour nous, c’est le taxi collectif. Ce sont des voitures particulières. Il y a les officielles (identifiées par un numéro sur la plaque et payant une patente) et les autres (qui paieront une amende en cas d’arrestation). Ces voitures sont de toutes sortes, certaines en bon état, beaucoup en état désastreux. Le contact est toujours sympathique. Les prix sont très simples (un shekel par personne pour un petit trajet, 2 pour un trajet plus long, et plus si on change de ville). On pose l’argent dans la main du chauffeur et il rend toujours avec précision la monnaie. Comme tous les commerçants qui sont d’une grande honnêteté. La conduite est souvent sportive, le premier engagé ayant toujours raison.

Si la lutte est énergique, elle n’entraîne aucune agressivité entre chauffeurs. On n’attend jamais, tout taxi se signalant aux piétons par un coup de klaxon.



Chroniques de Gaza (12) (Gaza)

vendredi 3 juin 2016

Jeudi 2 juin

Assemblée traditionnelle des mokhtars

Nous sommes à Khan Younis avec environ 25 mokhtars et autres chefs traditionnels presque tous en habit traditionnel (djellabas, keffiehs blancs retenus par un cercle de cordon noir) responsables de la population originaire de Gaza (pas les réfugiés).



Chroniques de Gaza (11) (Gaza)

vendredi 3 juin 2016

Mercredi 1er juin

Nous sommes reçus au ministère de l’éducation par le directeur de l’enseignement général, Dr Mohammed Siam. Ce ministère coiffe le primaire, les écoles de l’UNWRA, les écoles privées, les collèges, les lycées et les universités. Dr Siam affirme d’emblée l’intérêt du ministère pour la coopération dans le monde entier.

Il loue en particulier les efforts concernant l’enseignement du français, deuxième langue vivante en Palestine, et les bons rapports avec le consulat. Les résultats au DELF (diplôme d’études en langue française) cette année sont brillants, avec 100% de réussite, une première !



Chroniques de Gaza (10) (Gaza)

vendredi 3 juin 2016

Mardi 31 mai

Journée de l’éducation

Avant de partir à Gaza, nous avons fait une demande à l’ESPE (École Supérieure du Professorat et de l’Éducation) d’Aix-Marseille. Le responsable des relations internationales de cet ESPE nous a chargé d’explorer des formes de coopération ou de partenariat possibles entre l’ESPE et la formation des maîtres à Gaza.

Nous sommes amenés à préciser comment les choses se passent en France. Les professeurs sont recrutés par concours avec un master. La formation qui leur est dispensée porte à la fois sur les savoirs, les contenus d’enseignement, la pédagogie et la didactique. L’ESPE est aussi un lieu de recherche. Avant d’être titularisés, les futurs enseignants ont un stage en situation. Les formes de partenariat seront bien sûr à discuter. L’éventualité de voyages (à Marseille ou à Gaza) dépend aussi de la possibilité de voyager.



Chroniques de Gaza (9) (Gaza)

mercredi 1er juin 2016

Lundi 30 mai

Nous sommes reçus dans une salle du Parlement par deux députés du Hamas, Younès Alastal et Mohamed Shehap.

Nous nous présentons. "Vous êtes les bienvenus".

"Pourquoi y a-t-il le blocus ? Gaza est puni parce que les Palestiniens ont voté pour le Hamas. Après trois guerres, la situation empire. Il y a déjà 100000 personnes sans emploi et les diplômés ne trouvent pas de travail.



Chroniques de Gaza (7) (Gaza)

mardi 31 mai 2016

Dimanche 29 mai

Nous n’avions, lors dans notre entrée à Erez, que le permis de séjour habituel à Gaza soit 7 jours. D’autre part il avait fallu fortement insister pour que cette mission, comme la précédente, puisse rentrer à Gaza. Nous sommes donc allés à la Sécurité, accompagnés de notre référent, le président de l’UAWC. La Sécurité qui s’était montrée cassante lors des démarches de nos amis pour que nous puissions rentrer, nous a accueilli avec le sourire, a posé un nombre vraiment minimum de questions, nous a donné la prolongation de notre séjour et a envisagé positivement la venue de nouvelles missions semblables à la nôtre.



Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3992691