Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


Sur l’échelle du temple, Dominique monte d’un barreau

mardi 3 novembre 2020 par André Rosevègue

Notre camarade et néanmoins ami Dominique Natanson, bien connu des pédagogues pour ses ouvrages et son site sur la mémoire de la Shoah, bien connu de l’UJFP pour la coordination des deux éditions d’Une parole juive contre le racisme, confie ses fictions aux Éditions de l’échelle du temple, dans sa bonne ville de Soissons.

Et c’est donc son deuxième « polar décolonial », Quand bave la police , qu’il nous propose. J’avais déjà dit un mot de La cavale de Freddy Mbemba paru l’an dernier.
Dominique nous prévient, la pensée décoloniale va irriguer son récit. Entendons nous, ce n’est pas une caricature de « réalisme socialiste » à la mode du postcolonialisme d’aujourd’hui. Tous les racisés ne sont pas nickel et tous les Blancs ne sont pas blanc-bleu. Mais nous sommes prévenus de la grille d’analyse des faits sociaux qui anime l’auteur.

Eh bien, je trouve ça dommage. Parce que je trouve que ce deuxième polar, mieux que le premier à mon goût, mérite d’être lu sans cet avertissement initial à Blanquer que le livre n’est pas pour lui.

En racontant l’histoire d’une famille Dyoula dont tous les membres sont dans le viseur du commissariat voisin, où le fils Babacar meurt et dont la sœur Mariam devient la porte-parole, Dominique prend le risque d’y voir la transcription (totalement) romancée d’une histoire d’actualité.

Mais la force du récit raconté à la première personne et dans la langue de sa cité par Adama, 10 ans, transgressant les interdits pour se faire enquêteur, nous fait oublier toute prévention. Adama, qui a eu du mal à capter quand il a entendu parler de bavure, ce qui pour lui est la trace que les escargots que lui et ses copains mettent en compète. Adama, qui kiffe Aurélie, sa maîtresse de CM2. Adama, qui voit arriver chez lui comme avocat un Blanc, et même un feuj, sapé riche, avec un chapeau zarbi. Adama, qui s’interroge sur l’histoire de sa reum et sur ses propres origines. Adama, toujours fidèle au PSG. Mais Adama , enquêteur particulièrement clever (on fait un peu d’anglais en CM2), qui trouvera, en lisière de la cité, les lieux où sont les clés.

AR

Dominique NATANSON, Quand bave la police… , polar décolonial, Soissons, Éditions de l’Échelle du temple, 2020, 208 p, 10 euros.

A commander : editionsdelechelledutemple@gmail.com


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 411 / 5841402