Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


Menika, Olga, Ida et les autres... des étrangères dans la Résistance.

lundi 29 juin 2020 par Annie Thauront

Par Annie Thauront.

« Cette distinction, monsieur le Président, je l’accepte au nom de toutes les femmes résistantes oubliées, celles dont on n’a jamais parlé, celles qui n’ont rien eu. » Cécile Rol-Tanguy [1] lors de la remise de sa Grand Croix de la Légion d’honneur.

Introduction

Chaque année, une délégation d’Arcueillais et d’Arcueillaises se rend au cimetière d’Ivry pour l’hommage aux vingt-trois du groupe Manouchian [2], membres de la MOI (Main d’œuvre immigrée), dont vingt-deux furent fusillés au Mont-Valérien le 21 février 1944. Or, à l’occasion d’une recherche sur les lieux où avaient habité les victimes arcueillaises du nazisme, nous avons découvert qu’une jeune femme, Menika Chilischi, qui avait habité 43 avenue Richaud à Arcueil, avait fait partie elle-aussi de la MOI. Arrêtée le 17 novembre 1943 à son domicile arcueillais par des policiers des brigades spéciales, mise dans les mains des autorités allemandes par la police française, elle fut transférée à Drancy, d’où elle partit pour le camp d’extermination d’Auschwitz par le convoi n°67 du 3 février 1944. Elle n’en revint pas.

Juive roumaine communiste, Menika Chilischi était née le 9 novembre
1915 à Kichinev (Bessarabie) comme Ida Kiro née le 12 décembre
1899 et Olga Bancic née le 10 mai 1912 dans cette même ville. La seule
de ces résistantes étrangères dont le nom est encore connu est Olga Bancic. Elle était entrée aux FTP-MOI où elle assumait des missions de fabrication et de transport d’armes et d’explosifs. Olga Bancic fut arrêtée le 16 novembre 1943 lors de la traque des brigades spéciales contre les membres de cette organisation. Vingt-trois d’entre eux furent traduits en cours martiale et condamnés à mort ; ils faisaient partie du groupe de Missak Manouchian. Dix des vingt-trois figuraient sur une affiche destinée à faire peur aux passants, « l’Affiche Rouge ». Les vingt-deux hommes seront fusillés au Mont-Valérien. La femme, Olga Bancic, sera déportée en Allemagne et décapitée à la hache le 10 mai 1944 à Stuttgart. C’était le jour de son 32e anniversaire.

Cette étude comporte trois parties : la première, intitulée « Menika, Olga, Ida et les autres », rend hommage aux résistantes étrangères de la MOI (p.3 à 29) ; la seconde « Vichy, un État policier au service de l’occupant » détaille les méthodes des brigades spéciales des renseignements généraux qui procédèrent aux arrestations des résistant(e)s (p.29 à 35) ; dans la dernière partie de l’étude (p.35 à 42) « Vichy, un âge d’or pour le Milieu » sont évoqués les criminels de la bande Bonny-Lafont dont l’un habita Arcueil et huit d’entre eux furent fusillés au fort de Montrouge à Arcueil le 27 décembre 1944.

L’étude comporte trois annexes dont une liste des résistant(e)s arrêté(e)s par la BS2 en novembre 1943 à la suite de leur troisième filature.

Mes sources ont été les notices du dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier Mouvement social « Le Maitron », celles du mémorial de la Shoah et de Wikipédia, un document sur « L’Affiche Rouge » d’après Adam Rayski [3] sur le site de la Fondation de la Résistance et la presse de l’époque. J’ai bénéficié de l’aide du romancier Romain Slocombe, que je remercie vivement, et dont les intrigues policières se passent sous l’Occupation et dont le personnage principal, l’inspecteur Léon Sadorski, collaborateur et antisémite, a été inspiré par un personnage réel qui travailla aux Renseignements généraux. Je tiens à remercier les enfants de Jacov Stambul pour m’avoir transmis des photos de Menika Chilischi, cette arcueillaise qui fut la première compagne de leur père.


Le dossier complet : Menika, Olga, Ida et les autres… des étrangères dans la Résistance


Le blog de Annie Thauront Genération plurielle

[1Cécile Rol-Tanguy, née Le Bihan le 10 avril 1919 à Royan et morte le 8 mai 2020 à Monteaux, est une résistante française. Elle participe en tant qu’agente de liaison à l’insurrection parisienne d’août 1944. Cécile Rol-Tanguy est la fille du syndicaliste François Le Bihan (1893-1942), ouvrier électricien, membre de la SFIO, optant pour le Parti communiste après le congrès de Tours, déporté à Auschwitz dans le convoi des 45 000, et de Germaine Jaganet. Militante à l’Union des jeunes filles de France, elle participe au Comité d’aide à l’Espagne républicaine. Elle devient la marraine de guerre d’Henri Tanguy (connu sous le nom de Rol-Tanguy), engagé dans les Brigades internationales et qu’elle épouse le 19 avril 1939. Le 19 août 1944, elle rédige, sous la dictée d’Henri Tanguy, l’appel à l’insurrection des Parisiens : « Aux patriotes aptes à porter des armes. (...) La France vous appelle ! Aux armes, citoyens ! ». Le 26 août, elle assiste au défilé du général de Gaulle sur les Champs-Élysées. Elle a été faite grand officier de la Légion d’honneur en 2013.

[2Missak Manouchian, dit « Georges », né le 1er septembre 1906 à Adiaman dans l’Empire ottoman, mort fusillé à trente-sept ans au fort du Mont-Valérien le 21 février 1944, est un poète arménien et immigré résistant. Rescapé du génocide arménien et formé au métier de menuisier, il se réfugie en 1925 en France. Ouvrier tourneur autodidacte, il s’engage à la suite de la crise du 6 février 1934 dans le militantisme antifasciste qu’anime le mouvement communiste. Il entre dans la Résistance en 1941, à la rupture du Pacte germano-soviétique, et est versé en février 1943 dans les FTP-MOI de la région parisienne. Alors que les arrestations se multiplient, il est choisi en août 1943 pour en être le commissaire militaire en remplacement de Boris Holban. Il sera arrêté trois mois plus tard par les brigades spéciales le 16 novembre 1943.

[3Adam Rayski était né le 14 août 1914 à Bialystok (Pologne), mort le 11 mars 2008 à Paris ; journaliste ; permanent communiste ; il fut responsable pendant la Résistance de la Section juive de la MOI. Sous l’impulsion de Rayski fut créé le 2e Détachement juif qui constitua le fer de lance des FTP-MOI, dont certains seront sur « Affiche Rouge »


Document(s) joint(s)

Le dossier : Menika, Olga, Ida et les autres… des étrangères dans la Résistance.

29 juin 2020
info document : PDF
8.4 Mo

Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 163 / 5437901