Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


Pour le droit d’exprimer notre indignation "LAISSEZ-NOUS RESPIRER !"

samedi 6 juin 2020

C’est le mot d’ordre lancé par des familles de victimes, après la mort de Georges Floyd, un homme noir, mort étouffé par une technique d’immobilisation mortelle pratiquée par des policiers blancs, à Minneapolis aux États-Unis. Il ne s’agit pas d’un crime isolé. En France, nous comptons aussi nos victimes de tels actes racistes : Lamine Dieng, Abdelhakim Ajimi, Abou Bakari Tandia, Mohamed Boukourou, Mariame Getu Hagos, Mamadou Marega, Adbelhak Gorodia, Abdelilah El Jabri, Mohamed Saoud, Wissam El Yamni, Amadou Koumé, Massar Diaw, Abdou, Ali Ziri, Adama Traoré... La liste est beaucoup trop longue pour les nommer tous. À Rennes, Babacar Gueye a été tué par la brigade anti-criminalité en 2015, dans le quartier de Maurepas. Depuis, sa famille réclame justice face à une institution judiciaire sourde.

À Rennes, à la suite de la campagne "Laissez-nous respirer !"(1) à laquelle a participé le Collectif Justice & Vérité pour Babacar et qui semble indispensable au vu du contexte actuel, un appel à un grand rassemblement a été lancé par plusieurs collectifs dont le syndicat Solidaires Etudiant.es. Le rassemblement doit avoir lieu le samedi 6 juin et est organisé pour lutter contre le racisme systémique qui broie au quotidien la vie des personnes racisées, s’exprimant entre autres par les violences policières. Parmi les victimes, nous sommes forcé.es de constater une sur-représentation d’hommes noirs et arabes.

Cependant...

La préfecture vient d’interdire le rassemblement, car cela serait "prendre un risque inutile "dans la gestion de la crise sanitaire.

l’heure où les centres commerciaux, les écoles, les bars, les restaurants et leurs terrasses sont ouvert.es, utiliser le prétexte de la limitation de la propagation du virus pour empêcher des rassemblements en extérieur sur des grands espaces en mémoire à des personnes tuées par la police nous paraît malhonnête. C’est parce qu’ils constatent la même incohérence entravant le droit de manifester, que les syndicats des avocats de France, de la magistrature, la CGT, la FSU et Solidaires ont décidé d’engager devant le Conseil d’État une procédure de référé-liberté pour que soit rétabli le droit de manifester.(2)

Le rassemblement a été organisé en prenant en compte les considérations sanitaires : le lieu choisi permet de respecter les règles de distanciation physique préconisées et le port du masque a été vivement recommandé. À l’inverse, l’arrêté de la préfecture interdisant le rassemblement précise que sont "interdits les objets destinés à dissimuler tout ou une partie du visage". C’est bien cet arrêté qui nous empêche de nous protéger les un.es les autres par le port de masques de protection.

Nous ne pouvons plus accepter le confinement de notre liberté d’expression.

L’appel des familles "Laissez-nous respirer !" permet d’exprimer pour beaucoup notre peur des violences des forces de l’ordre et bien plus encore pour toutes les personnes subissant le racisme.

" Oui, nous avons peur de la police depuis que notre père, notre mari, notre fils, notre frère, notre mère, notre sœur a été massacré.e par des agents des forces de l’ordre et que nos vies ont été détruites pour toujours ." (3)

L’interdiction précise que ces mots appellent à une "forme d’hostilité à l’égard de la police".

Rendre hommage aux personnes tuées par la police, se rassembler en soutien à des familles qui luttent depuis des années pour la justice, exprimer notre refus de l’impunité policière et notre colère face à celle-ci nous semble être une nécessité et un droit. Le combat que mène la sœur de Babacar Gueye est avant tout un combat qu’elle porte pour nous toutes et tous afin de préserver des vies.

En définitive...

Nous ne pouvons pas accepter qu’un rassemblement en mémoire de toutes les victimes des crimes policiers racistes soit interdit sous le faux prétexte de l’état d’urgence sanitaire. Nous avons besoin de rendre hommage à toutes ces personnes qui ont été tuées par la police du fait de leur origine ou de leur couleur de peau. Nous n’acceptons pas que l’état d’urgence sanitaire soit brandi à tout va. Pendant le confinement, nous avons su nous entraider, nous soutenir, nous épauler. Alors que la région n’est pas en état de vigilance maximum et que la vie revient à la normale dans presque tous les domaines du quotidien, il nous semble injustifiable d’interdire un tel rassemblement pacifiste et de nous limiter dans l’exercice de nos droits.

"Pour notre survie et notre tranquillité à tous, partout en France, samedi 6 juin. À Rennes, 14h, Esplanade Charles de Gaulle manifestons-nous ensemble ! Plus de bruit sur les réseaux sociaux ! #LaissezNousRespirer #JusticePourToutesLesVictimes #PasDeJusticePasDePaix #BabacarOnOubliePasOnPardonnePas" (3)

Nous y serons. Au delà de l’interdiction, nous laissons à chacun.e le soin de décider de manière libre et éclairée d’exprimer (ou non) son hommage et son indignation.

Sources :
(1) l’appel des familles "Laissez-nous respirer" et l’interdiction du rassemblement c’est ici : https://www.facebook.com/events/960743101046441/? active_tab=discussion
(2) la contestation auprès du conseil d’État pour les interdictions de manifester déposé ce mercredi https://rapportsdeforce.fr/breves/libertes-fondamentales-linterdiction-de-manifestation-contestee-au-conseil-detat-06057416
(3) extrait de l’appel LAISSEZ-NOUS RESPIRER !

Premiers signataires

Solidaires 35- Solidaires étudiant.e.s Rennes - Québriac Migrants Solidarité - NPA Rennes - Union Juive Française pour la Paix - Groupe Logement du 14 octobre - Youth For Climate Rennes - ANV Cop 21 Rennes - CRIDEV- Nous Toutes 35 - Union Démocratique Bretonne - ATTAC Rennes - PCF Rennes Métropole- MJCF35- Sexclame !-

Nous appelons toutes les organisations, les collectifs et les personnes qui se reconnaissent dans ce texte à le signer et à le relayer.


Rendez-vous

  • À Rennes (35), rassemblement "LAISSEZ-NOUS RESPIRER !" 
    Le samedi 6 juin 2020 à 14h00
    Esplanade Charles de Gaulle

    35000 RENNES



Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 572 / 5608434