Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


18 décembre - Pas de trêve : on est là !

mardi 31 décembre 2019

22 DÉC. 2019 | PAR MARCHE DES SOLIDARITÉS | BLOG : LE BLOG DE MARCHE DES SOLIDARITÉS

Il n’y a pas de trêve dans l’ignominie du pouvoir. Macron célèbre l’armée française en Afrique et la machine à broyer les migrantEs continue de tourner. Pas de trêve pour nous : dans de nombreuses villes du pays le 18 décembre ont eu lieu des manifestations et rassemblements pour dire "Égaux, Égales, Personne n’est illégal !" Ci-dessous des vidéos, des images, des témoignages...

C’était la Journée Internationale des MigrantEs. Pas de débat : l’égalité ne se discute pas, ne se divise pas. Mais il faut la conquérir. En plein dans le mouvement. Bien sûr ça ne se fait pas tout seul. Mais cette année, un même appel et un même mot d’ordre : Egaux, Egales, Personne n’est illégal !

Pas de trêve, on continue !

À Annecy, "ouvrez les frontières" !

Annecy © UD CGT Haute-Savoie

Plusieurs milliers à Paris derrière les collectifs de sans-papiers avec mention spéciale au collectif du 94 avec les grévistes de Chronopost, aux collectifs des sans-papiers de la CGT, au collectif du 20è qui a animé la manif, aux collectifs du 17è, d’Aubervilliers, de Droits Devant, au collectif de Paris 1 La manifestation a commencé en silence en hommage à nos milliers de frères et soeurs victimes des frontières. Elle s’est achevée à la Gare du Nord, symbole des luttes actuelles et aussi de ces routes qui devraient être sûres et ouvertes aux choix de chacun et chacunE. Pour toutes et tous.

18 décembre 2019 Manifestation à Paris pour la journée internationale des migrant-e-s © 20eme Solidaire avec tou.te.s les migrant.e.s

1000 manifestantEs à Rennes avec des cortèges de femmes exiléEs et du syndicat des travailleurs sans-papiers en tête de cortège :

Rennes © Association des Socios Rennais

Mais aussi 400 à Foix, 400 à St Étienne, 300 à Perpignan, 100 à Moulins, 200 à Clermont-Ferrand, 200 à Grenoble, 150 au Havre, 80 à Strasbourg, 200 à Annecy, 150 à Toulouse, 30 à Beauvais, 250 à Rouen, plusieurs centaines à Montpellier, 100 à Caen, 100 à Lons-le-Saunier, 200 à limoges, 150 à Poitiers, 130 à Romans...

Perpignan

Un 18 décembre festif et combatif à Perpignan

A l’appel de 27 organisations, associations, syndicats, la manifestation a rassemblé plus de 300 personnes (plus que l’an dernier, à la frontière franco-catalane du Perthus).

Au début du rassemblement, des « castellers » (tradition catalane de pyramide humaine) qui ont intégré dans leur groupe trois mineurs étrangers isolés africains ont fait une démonstration au son de la musique catalane. Après la lecture de l’appel à la manifestation, un réfugié afghan a récité un poème sur l’exil, nos amis guinéens ont interprété un chant improvisé et enfin les manifestantEs se sont recueilliEs pour une minute de silence en mémoire des mortEs en Méditerranée et des emprisonnéEs en centres de rétention.

La manifestation s’est ensuite élancée dans les rues de la ville. Flambeaux et couvertures de survie dorée illuminaient un cortège très combatif auquel de nombreux/ses réfugiéEs ont participé. Accompagnés de musique catalane et d’une batucada, les mots d’ordre scandés

« Régularisation de tous les sans-papiers », « De l’air, ouvrez les frontières » ont bien résonné sous les fenêtres de la Préfecture. Après une tour dans le centre ville toujours rythmés par de nombreux slogans, un arrêt devant la mairie (bien de droite - et que convoite le RN Aliot !) a permis aux manifestantEs d’apprécier une chorale militante puis une merveilleuse chanteuse arménienne. Et, enfin ,la manifestation s’est terminée sur une autre place de la ville où attendait une xicolatada (chocolat chaud – autre spécialité catalane !) Une mobilisation festive et combative réussie qui a donné chaud au cœur !

Perpignan

À Rennes, le 18 décembre a été marqué par une forte mobilisation

Ce sont plus de 1000 personnes qui ont manifesté derrière une banderole proclamant "Égaux, Égales, Personne n’est Illégal !"

Une manifestation festive et revendicative qui a su se faire voir et entendre
Des flambeaux ont été allumés (ceux de l’an dernier qu’on avait reçu trop tard !).

Des chants, ceux de la tête de cortège composée par un nombre très significatif de personnes exilées, et ceux de « La Tête à l’Est », une chorale, ont accompagné cette mobilisation joyeuse et déterminée.

Gageons que cette manifestation, en plein mouvement social, n’est qu’une nouvelle étape dans la création d’un rapport de forces qui fera céder ce gouvernement.

Rennes

Une manifestation de plus 500 personnes à Rennes, portée par un cortège de tête de personnes exilées derrière la banderole "Egaux - Égales - Personne n’est inégale" suivis d’un cortège des femmes exilées avec ou sans papiers qui a fait sa première apparition en tête de cortège lors de la manif contre les violences sexistes et sexuelles du 23 novembre à Rennes. Ce cortège de femmes est un groupe qui s’organise entre-elles avec des femmes du collectifs de soutien aux personnes sans papiers de Rennes. Le syndicat des travailleurs et travailleuses de Rennes était présent (une prise de parole aussi mais je n’ai pas le tête) avec à ses côtés le Collectif Justice et Vérité pour Babacar. Était aussi présent plusieurs associations de soutiens aux personnes exilées à Rennes ( UTUD, CSPS Rennes, DIDA, ....)

Une minute de silence a été aussi faite pour rendre hommage à toutes les personnes mortes pendant leur parcours d’exil, des personnes connues par nos camarades mais aussi pour tous les autres.

Je trouverais ça quand même bien, de mettre en lumière les choses importantes plutôt que de mettre un lien internet sur une "chorale" de Rennes par exemple. Ce qui montre les nouvelles forces en puissance, c’est pas le fait qu’une chorale était présente, mais que les forces de luttes et celles directement portées par les premiers et premières concernées s’organisent de plus en plus en Rennes et que l’on voit émerger de nouvelles formes de luttes (en particulier la présence à Rennes d’une syndicat de travailleurs sans papiers et des femmes exilées avec ou sans papiers qui s’organisent aussi par des apparitions publiques.) Et soyons lucides, le mouvement social en cours à Rennes, laisse de côtés les questions liées à l’exil, au racisme de côté systématiquement à Rennes.

Samia Du Collectif Justice et Vérité Pour Babacar Gueye

Hier soir à Saint-Étienne, 350 à 400 personnes se sont rassemblées à 18h00 Place du Peuple où l’Appel national du 18 décembre a été proclamé.

200 d’entre nous étaient symboliquement recouverts d’une couverture de survie pour marquer la solidarité à tous les exilés et signifier leur parcours de galère qui continue jusque chez nous.

Dans la foulée, nous avons marché dans la grande artère du Centre Ville, en passant devant l’Hôtel de Ville et son marché de Noël, jusqu’à la Place Jean Jaurès à proximité de la Préfecture de la Loire.

A l’arrivée, plusieurs d’entre nous se sont allongés sur le sol quelques minutes avec les couvertures de survie et un texte du poète italien Erri DELUCA, en hommage aux morts de la Méditerranée, a été lu.

St Étienne

Nous avons terminé en scandant haut et fort le slogan de l’appel du 18 décembre : « Egaux, Egales, Personne n’est illégal »

Une soupe de la solidarité avec les exilés toujours sans abris à Saint-Etienne a été proposée pour terminer ce beau et lumineux rassemblement.

Bien solidairement,

Le Collectif Loire « Pour que personne ne dorme à la rue »

Clermont

A peu près 200, départ place de Jaude à Clermont-Ferrand, puis manifestation dans les rues commerçante du centre de ville et non loin du marché de Noël, ce qui est plutôt une réussite car à la réunion préparatoire avec les orgas, il n’y avait personne et certains voulait l’annuler pour cause de mouvement social. Une trentaine de jeunes mineurs isolés en tête de cortège ce qui était plutôt bien et qui ont pris la parole devant le conseil départemental pour expliquer la situation(condition difficile jusqu’à l’arriver en France , conditions déplorables d’accueil...) et rappeler que la France, c’est elle qui est aller coloniser leur pays et pas le contraire. Que les migrants n’était pas un coût mais une richesse…,

Présence syndical importante, CGT avec son secrétaire de l’UD, FSU, UNEF, cette manifestation a été abordée en intersyndical, asso présent avec des militants (mais pas tous badgés) CIMADE, LDH, collectif citoyens, SAJE,DAL…

Parti politique présents NPA, causes commune( liste GJ et citoyen à Clermont, quelques FI,g énération, PCF)

Des slogans ont été scandés, solidarité avec le peuple du monde entier, ouvrez, ouvrez les fontières. Des papiers pour qui, pour Tous….

Clermont

À Moulins,

Un papa kurde entouré par une centaine de personnes pour s’indigner de l’expulsion de sa femme en Turquie au mépris de la souffrance de ses 3 enfants Ce soir 18 déc journée mondiale des migrants, devant la préfecture de l’Allier , les mots ont été scandés forts : la place de Ayse est ici à Noël avec ses enfants et son mari ... rien d’autre qu’un problème de papier ne lui, est reproché.. honte à tous ceux qui n’ont pas appliqué l’intérêt supérieur de l’enfant .. Ensemble associations, amis, enseignants ; RESF amnesty ,ACAT, mrap, FSU,SUD éducation, CIMADE, Médecins du monde, Collectif solidarité exil.. Nous reprendrons nos actions pour faire revenir Ayse lundi 23 décembre 18h

À Grenoble,

À Grenoble c’était beaucoup moins fort que l’an passé, malgré de gros tractages dans les différentes manifestations de la semaine.

On était 200. Toutes les associations de solidarité bien présentes. Quelques militants politiques (pcf, eelv, npa). Peu de syndicalistes.

On explique cela par le choix de l’heure. Le départ était à 14 heures. Parce qu’on s’était dit que le collectif des jeunes majeurs avec lequel on fait pleins d’actions (manifestation devant le conseil départemental, devant le rectorat, création d’un arbre de Noël avec une superbe affiche sur le Noël de la colère etc.... ) serait là ainsi que les familles avec les enfants puisque c’était un mercredi. Hélas, ils étaient peu. La majorité des jeunes scolarisés venaient d’être envoyé en stage professionnel...

Du coup on a quand même eu la batucavie, groupe musical pechu composé uniquement de jeunes des quartiers populaires, et une association de jeunes solidaires avait préparé un superbe goûter pour la fin.

Mais bon tout ça n’empêche pas que le nombre n’y était pas.

Bravo aux camarades qui ont réussi de très belles manifestations.

Bises. On continue !!!!

Roseline

Belle et émouvante manifestation ce soir de décembre à Annecy.

200 personnes se sont rassemblées devant la Bourse du travail d’Annecy, pour manifester leur solidarité à tous les migrants, victimes de la politique migratoire européenne, de la montée des nationalismes, le développement du fascisme, et de toutes les formes de racisme.

Un départ festif, tout en musique , avec près de 200 personnes, éclairé par des torches enflammées apportant chaleur et qui ne pouvait qu’interpeller les passants faisant leurs courses de Noël, car nombre d’entre eux ignorent les conditions faites aux migrants et sont souvent sous le poids des préjugés comme celui de « la vague des migrants » ; alors qu’ils ne représentent ici en France, qu’un faible pourcentage.

Comme le rappelèrent les personnes qui prirent parole au Puits St-Jean : la privation des droits élémentaires, le durcissement des conditions d’accueil, d’accès à l’aide médicale, au droit du travail, ne font que s’accroître depuis ces dernières années…Une vingtaine de jeunes migrant.e.s étaient présent.e.s. dont certains mineurs non accompagnés ne bénéficient pas des droits légitimes comme celui d’être scolarisés.

Les torches allumées, comme autant de flammes d’indignation, symbolisent la mémoire des dizaines de milliers de morts en Méditerranée et sur les routes de la migration.

Une marche pour la liberté de circulation, pour la fin du système de Dublin, l’abandon de la Directive retour et la fermeture des centres de rétention.

Une marche de justice sociale pour soutenir et amplifier les grèves et les luttes des Sans-Papiers pour obtenir leur régularisation.

Une belle surprise, en arrivant au Puits St Jean : une magnifique chorale était présente, comme acte de solidarité et qui nous offrit des chansons de circonstance que nous reprîmes en chœur et nous remplirent de joie. Cela témoigne ainsi de la manière dont on entretient notre relation à l’Autre, qui est mon semblable et qui doit jouir des droit de citoyen.

En cette soirée, toutes les personnes et en particulier les bénévoles qui hébergent, soutiennent, accompagnent les migrants ont puisé de l’énergie à poursuivre ce combat face au pouvoir politique qui fait la sourde oreille et refuse toute humanisation.

Il faut en finir avec les idées toutes faites comme quoi, l’immigration crée du dumping social. Ce qui est en cause c’est un système économique et que le pouvoir politique tente de nous imposer

C’est bien par des pratiques conduisant à la précarisation, où nos acquis sociaux sont remis en cause au profit des plus riches qu’il faut s’attaquer.

Les luttes actuelles, l’illustrent bien.

Soyons vigilants contre cette montée des politiques d’exclusion qui s’étendent à travers de nombreux pays du monde, dont les migrants sont les premières victimes !

Strasbourg

130 personnes à Romans une manif dynamique et éclairée avec plein de slogans, des prises de paroles à la fin et du thé à la menthe pour l’aspect festif.

Arlette

Romans
Romans

Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 234 / 4921062