Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


UNE MANIFESTATION CONTRE NETANYAHU BLOQUE LES CHAMPS-ÉLYSÉES

samedi 9 juin 2018 par Ali Abunimah

Ali Abunimah, 6 juin 2018

Des centaines de manifestants ont bloqué l’avenue des Champs-Élysées mardi soir (5 juin) pour protester contre la réception fastueuse accordée à Benjamin Netanyahu par le président Emmanuel Macron.

À Paris, le 5 juin, des manifestants protestent contre la visite en France de Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien. (Mustafa Sevgi/ SIPA)

Le dirigeant israélien était à Paris pour l’ouverture officielle de la Saison France-Israël, une série d’évènements de propagande parrainés par les deux pays pour améliorer l’image d’Israël.

Peu auparavant, la France avait annulé une visite de son premier ministre en Israël en vue d’une cérémonie similaire, mais elle a persisté à recevoir Netanyahu malgré l’indignation de celles et ceux qui défendent les droits des Palestiniens.

Le lancement de la saison au Grand Palais mettait l’accent sur les réussites supposées d’Israël dans le domaine technologique.

Tout près de là, sur l’avenue des Champs-Élysées, renommée dans le monde entier, des manifestants dansaient la dabké palestinienne et ont festoyé pour la rupture du jeûne de ramadan à la fin du rassemblement.

Ils ont entonné « Netanyahu assassin, Macron complice » et « Gaza, Gaza, on n’oublie pas ! »

Un appel a été lancé pour que Netanyahu soit jugé par la Cour pénale internationale :

Et les manifestants réclamaient l’annulation de la Saison France-Israël :

Selon BDS France, groupe qui soutient la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions, les manifestants sont arrivés à proximité du Grand Palais avant que la police ne les empêche d’avancer.

Le groupe indique que des manifestations ont eu lieu dans d’autres quartiers de Paris et dans le reste du pays.

« Il est intolérable de normaliser les relations avec un État d’apartheid » a ajouté le groupe, qui promet de continuer à mener des actions et à manifester.

Le quotidien L’Humanité a attiré l’attention sur une autre raison pour laquelle Macron aurait dû refuser de recevoir Netanyahu : depuis août 2017, Israël maintient en détention sans inculpation ni jugement le défenseur des droits humains franco-palestinien Salah Hamouri :

Netanyahu a utilisé sa visite pour promouvoir la campagne d’Israël pour la guerre contre l’Iran, dans la foulée de l’abandon par les États-Unis de l’accord international sur le programme iranien d’énergie nucléaire, le mois dernier.

La France et d’autres pays européens parties à cet accord souhaitent le préserver.

En dépit de l’accueil fastueux qu’il a réservé au leader israélien, Macron a pris position lors d’une conférence de presse conjointe contre toute « escalade » pouvant aboutir à une guerre dans la région, et a défendu avec fermeté le maintien de l’accord avec l’Iran.
Macron, par ailleurs, a qualifié d’erreur « l’acte américain consistant à faire de Jérusalem la capitale » d’Israël en transférant l’ambassade des États-Unis dans cette ville.

« Quand on fête un tel événement et qu’il y a des gens qui meurent, je ne considère pas que ce soit une fête », a déclaré Macron en faisant allusion aux dizaines de Palestiniens massacrés par l’armée israélienne à Gaza pendant que de hautes personnalités américaines et israéliennes participaient à la cérémonie d’inauguration de l’ambassade à Jérusalem le 14 mai.

Israël a tué plus de 100 manifestants palestiniens non armés à Gaza, au cours des rassemblements hebdomadaires de la Grande Marche du Retour qui ont commencé le 30 mars.

« L’État français doit taper du poing sur la table contre son régime d’extrême droite qui opprime et tue les Gazaouis, colonise toujours plus les Palestiniens, prend une position très dangereuse sur l’Iran » a tweeté la députée Clémentine Autain (La France insoumise). « La France doit affirmer la voix de la justice et de la paix. »

Mais, même si Macron a rompu quelques lances verbales avec Netanyahu, la France ne semble pas avoir l’intention de contraindre Israël à rendre compte de ses actes. En fait, comme l’a souligné le magazine Paris-Match, l’accent ayant été mis sur l’Iran, la question palestinienne s’est retrouvée reléguée à l’arrière-plan.

La poursuite de la Saison France-Israël et la promotion par la France d’armes utilisées pour tuer des Palestiniens indiquent que Paris reste résolu à cautionner les violences et exactions israéliennes auxquelles il prétend s’opposer.

Pourtant, même Aliza Bin Noun, ambassadrice d’Israël à Paris, a été forcée de reconnaître que « l’image de son pays est entachée par le conflit avec les Palestiniens » commele mentionne le site d’information Europe 1 – Le JDD.

« L’opinion publique en France est influencée par les images de violences du conflit avec les -Palestiniens », a commenté Aliza Bin-Noun.
« Mais les ¬Français ne peuvent pas ignorer non plus les progrès accomplis depuis dix ans par Israël dans les nouvelles technologies », a ajouté l’ambassadrice, mettant en avant un thème familier de la propagande orchestrée par « Brand Israel ».
Pendant ce temps, dans les rues, des citoyens et citoyennes manifestent leur désir de voir la France changer de trajectoire et demander des comptes à Israël.

Outre les rassemblements de Paris, des centaines de personnes ont défilé dans les villes de Marseille et de Lyon :

Des rassemblements ont eu lieu dans d’autres villes, notamment Saint-Étienne, Rennes, Saint-Nazaire et Toulouse :

Source : Le blog d’Ali Abunimah

Traduction SM pour BDS France


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 788 / 3341700