Enregistrer au format PDF Version imprimable de cet article Version imprimable


Interventions des représentants de l’UJFP aux rassemblements en solidarité avec Gaza

Nous les répertorions ici :
- Intervention de Pierre Stambul à Marseille le 15 mai (elle a aussi été lue à Strasbourg et à Dinan)
- Intervention de André Rosevègue à Bordeaux le 15 mai
- Vidéo de l’intervention de Jean-Claude Meyer à Strasbourg le 15 mai

Déclaration de Pierre Stambul (UJFP) à la manifestation pour Gaza
Marseille (15 mai)

Ont appelé à ce rassemblement : BDS Marseille, Palestine 13, UJFP, FUIQP 13, Rouge Vif, LDH, CGT 13, POID 13, ICCEM, AMFP Aubagne.

Il y a exactement 70 ans, c’était la Nakba, le nettoyage ethnique, l’expulsion programmée et réalisée par la violence de la majorité du peuple palestinien de sa terre, la transformation de ce peuple en peuple de réfugiés.
Depuis, on a promené les Palestiniens avec un pseudo « processus de paix » qui a essentiellement servi à permettre aux gouvernements israéliens successifs d’accélérer le rouleau compresseur colonial, d’exiger de l’occupé qu’il assure la sécurité de l’occupant et de fragmenter un peu plus la Palestine. Les dirigeants sionistes ont toujours rêvé de transformer les Palestiniens en Amérindiens du Proche-Orient, enfermés dans leurs réserves.

Les Palestiniens ne demandent pas la lune : ils aspirent à la liberté (fin de l’occupation, de la colonisation et du blocus de Gaza, destruction du mur, libération des prisonniers), à l’égalité des droits et à la justice : le droit au retour des réfugiés et de leurs descendants chez eux.
Le crime fondateur de cette guerre, c’est la Nakba. Le droit au retour des réfugiés est logiquement devenu la revendication emblématique.

Gaza est une prison à ciel fermé, bouclée par terre, par mer et par mer. 65% de la population a moins de 25 ans et n’est jamais sorti de cette cage de 40 Km sur 10.
Je suis juif. Mon père a été déporté et ma famille maternelle exterminée. Gaza n’est pas un camp d’extermination, mais c’est incontestablement un camp de concentration. L’occupant tire impunément sur une population désarmée qui s’approche des grilles de ce camp. N’écoutez pas les balivernes sur le Hamas qui manipulerait Gaza : c’est toute la société civile qui manifeste son refus d’être en cage et son aspiration au retour.

Il y a 70 ans, les sionistes proclamaient la création des État juif dont tous les textes, dès le départ, ont été discriminatoires contre les non-juifs : discrimination au travail, au logement et à la possession de la terre pour la petite minorité qui a échappé à l’expulsion. Et pour les expulsés, confiscation de la terre, destruction de plusieurs centaines de villages palestiniens dont les traces ont été effacées et violation flagrante de la résolution 194 de l’ONU sur le retour de ces réfugiés. Dès sa fondation, Israël s’est comporté en Etat voyou impuni.

70 ans plus tard, il était logique qu’Israël ait un gouvernement fascisant du même type que ce que la France aurait eu si l’OAS avait gagné la guerre d’Algérie. Les mots qui caractérisent Israël sont racisme et apartheid. Les criminels Nétanyahou, Lieberman, Bennet, Shaked se croient invulnérables parce qu’un soudard, Donald Trump, est au pouvoir à Washington et a transféré son ambassade à Jérusalem.
Ces criminels ont annoncé qu’ils allaient faire un bain de sang à Gaza et ils l’ont fait : 59 morts hier, près de 150 depuis le 30 mars. Ils ont tiré sans vergogne sur des manifestants désarmés. L’utilisation systématique d’armes terribles transforme les blessés qui ont survécu en estropiés à vie.

Ils croient que le rapport de force leur permet tout. Nous allons leur montrer le contraire. Malgré la rage et la colère contre ces criminels impunis, nous allons plus que jamais soutenir le peuple palestinien parce que ce qui se joue là-bas, c’est l’avenir de l’humanité. L’État d’Israël est devenu un laboratoire de l’enfermement et de la surveillance des populations jugées dangereuses.

Des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité viennent d’être commis. Ils étaient annoncés à l’avance et aucun grand de ce monde n’a essayé de les empêcher. Nous exigerons sans relâche que les responsables de ces crimes soient jugés et condamnés. Nous allons généraliser le BDS (boycott, désinvestissement, sanctions) contre l’État d’Israël tant qu’il ne se conformera pas au droit international.

Nous allons porter notre effort contre les complices du crime en cours : les différents gouvernements français appuient le gouvernement israélien, coopèrent avec lui y compris sur le plan militaire, et essaient de criminaliser le BDS. C’est à nous, société civile, de les obliger à cesser cette complicité et à sanctionner Israël.

Nous devons aussi dénoncer les alliés de Nétanyahou. Trump bien sûr qui met le feu à la planète mais aussi les dirigeants de pays arabes (Arabie Saoudite, Égypte) dont le comportement est un coup de poignard dans le dos des Palestiniens.

Parce que je suis juif, je terminerai en m’adressant aux Juifs de France : vous craignez une montée de l’antisémitisme ? Rompez clairement avec une politique israélienne qui n’est pas seulement criminelle contre les Palestiniens. Elle nous met sciemment en danger et est suicidaire. Renouez avec la longue tradition juive qui a considéré que la lutte pour notre émancipation passait par l’émancipation de toute l’humanité. Il n’y a pas d’alternative au « vivre ensemble dans l’égalité des droits ».


Bordeaux, rassemblement du 15 mai pour la Palestine
Intervention reconstituée d’André Rosevègue pour l’UJFP Aquitaine

J’interviens au nom de l’Union Juive Française pour la Paix

Depuis plus de 100 ans, le mouvement sioniste a entrepris la colonisation de la Palestine.
Depuis plus de 100 ans, le mouvement anticolonialiste le dénonce.

Depuis 70 ans, nous connaissons la poursuite et l’aggravation du projet sioniste, avec l’aide et le soutien des impérialismes occidentaux : le plan de partage de l’ONU, en contradiction avec les principes mêmes de sa Charte et de la déclaration universelle des droits humains, la reconnaissance initiale de l’État israélien par tous les membres permanents du Conseil de sécurité, ont été pour le peuple palestinien une véritable catastrophe, la Nakba.
Depuis 70 ans, crimes de guerre, crimes contre l’humanité, épuration ethnique, apartheid.
Depuis 70 ans, dans un rapport des forces totalement déséquilibré, malgré le lâchage des dictatures et féodalités arabes censées le soutenir, le peuple palestinien résiste par tous les moyens. Sans cette extraordinaire résistance, nous n’en entendrions plus parler.

Ces dernières années, l’évolution de la société israélienne est allée de plus en plus dans le sens d’un extrémisme raciste, encouragée depuis peu à l’escalade par Trump.
Nos camarades israéliens anticolonialistes poursuivent eux aussi la lutte, malgré une répression qui pendant longtemps les avait épargnés, mais les touche aujourd’hui. Eux-mêmes nous appellent à nous mobiliser par la campagne « Boycott from within, », boycott de l’intérieur, en développant la campagne Boycott Désinvestissement Sanctions.

Je ne vais pas répéter ce qui a été dit sur les derniers événements. Je voudrais insister cependant sur deux éléments :

- nous ne devons pas céder au chantage à l’antisémitisme. C’est un paradoxe absolu de voir ceux qui font du refus du vivre ensemble le principe même de leur idéologie, le sionisme, accuser de racisme ceux qui critiquent la politique et les structures mêmes de l’État israélien.
Nous devons inlassablement dire aux Israéliens qu’il n’y aura pas de paix possible pour une communauté juive en Palestine sans reconnaissance de l’égalité des droits de tous les habitants, y compris le droit au retour.
Nous devons dire à nos gouvernants qu’en confondant antisionisme et antisémitisme ils contribuent à l’antisémitisme.

- nous avons entendu et lu les déclarations de nos gouvernants allant parfois jusqu’à condamner la violence « disproportionnée » israélienne. Ces déclarations resteront une mascarade si elles ne sont pas assorties de sanctions :

  • suspension immédiate de la saison de propagande France Israël
  • suspension immédiate de l’accord d’association entre Israël et l’Union européenne
  • arrêt de la coopération économique, politique, militaire, culturelle
  • poursuite annoncée contre les responsables politiques et militaires des crimes contre l’humanité commis.

Vidéo de l’Intervention de Jean-Claude Meyer ( UJFP-Alsace) à Strasbourg le 15 mai


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 969 / 3416795