Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Mise à jour sur le cas de Hassan Diab

jeudi 30 novembre 2017 par Bob Thomson

À nos amis de l’UJFP, comme membre du comité de soutien canadien de Dr. Hassan Diab, je vous envoie cette mise à jour sur le cas du Dr. Diab.

Vous êtes sans doute au courant des derniers développements dans l’affaire du Dr. Hassan Diab, emprisonné en France depuis trois ans, dans l’attente d’un possible procès éventuel, bien que quatre juges français aient trouvé des "éléments concordants" prouvant qu’il était à Beyrouth, pas à Paris, au moment de l’attentat de la synagogue dans la rue Copernic le 3 octobre 1980.

Les quatre juges ont ordonné huit fois de suite sa libération en résidence surveillée (chose sans précédent selon son avocat français William Bourdon) en attendant que le juge d’instruction décide s’il y a matière à faire un procès ou s’il faut déclarer un non-lieu. A chaque fois, la cour d’appel de Paris a infirmé ces décisions, en disant que le docteur Diab présentait un risque de fuite et que sa liberté provoquerait du désordre public en France. Le Dr. Diab lors de la dernière audience d’appel le 10 novembre a déclaré qu’il était innocent et que "les personnes innocentes ne s’enfuient pas. Je n’ai pas fui pendant 6 ans d’assignation à résidence au Canada et je ne m’enfuirai pas de France."

Le Dr. Diab et nous, son comité de soutien au Canada, partageons le vif désir des victimes de la rue Copernic et de la communauté juive en France de résoudre ce terrible crime antisémite. Cependant, nous ne croyons pas que l’emprisonnement d’un homme dont plusieurs juges ont estimé qu’il existait des éléments concordants tendant à établir qu’il se trouvait à Beyrouth lors de l’attentat, résoudra ce crime. Cette situation présente de nombreuses similitudes avec le cas d’Alfred Dreyfus en 1894.

Le 20 novembre le juge d’instruction a déclaré la clôture de l’enquête. Il y aura une période de 30 jours pour les réponses du parquet et les avocats de Dr. Diab et des parties civiles, et encore 10 jours pour la décision du juge s’il y a matière à faire un procès ou s’il faut déclarer un non-lieu

Une pétition officielle du Parlement Canadien a été signée par 3099 Canadiens plus tôt cette année, appuyant l’intervention du Canada auprès du gouvernement de la France pour la libération du Dr Diab. Une lettre adressée au premier Ministre Trudeau par 790 Canadiens éminents, dont Bernie Farber, ancien Directeur du Congrès Juif Canadien, l’auteur Naomi Klein, le sénateur Kim Pate et Bob Rae, ancien premier Ministre de la province de l’Ontario et ancien chef par intérim du Parti Libéral du Canada, exhorte également notre Premier Ministre à aider le Dr Diab à retourner chez lui au Canada. Amnesty International Canada a déclaré : « Il est temps que le gouvernement canadien prenne la défense de l’un de ses citoyens. » Une pétition en ligne a reçu jusqu’à aujourd’hui 1260 signatures demandant au Premier Ministre Trudeau d’appeler le président Macron pour qu’il œuvre au retour du Dr. Diab au Canada.

Bob Thomson
Membre du Comité Justice pour Hassan Diab
Ottawa, Canada

P.S. : Si vous désirez davantage de renseignements ou des liens vers des reportages des média canadiens sur ce cas, vous pouvez me joindre à mon adresse courriel bthomson@web.ca


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 223 / 2607614