Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


JAFFA, LA MÉCANIQUE DE L’ORANGE

lundi 22 mars 2010

de Eyal Sivan
une coproduction : the Factory (France) Trabelsi Production & Alma Films (Israel) Luna Bleu Film (Belgique) WDR (Allemagne) RTBF (Belgique) Channel 8 (Israel)

Diffusion sur France 5
version courte (52 minutes) doublée en français
Dimanche 28 mars 2010 à 21h30

Suivie de 6 Projections exceptionnelles
version intégrale (88 minutes) sous-titrée en français en présence d’Eyal Sivan

à Paris...
Jeudi 29 avril à 21h au cinéma Les 3 Luxembourg
Jeudi 6 mai à 21h au cinéma Les 3 Luxembourg

dans le réseau des Cinémas Utopia...
Jeudi 01 avril - Toulouse - Utopia Tournefeuille
Vendredi 02 avril - Montpellier - Utopia Montpellier
Samedi 03 avril - Avignon - Utopia Avignon
Mardi 6 avril - Saint Ouen L’aumone - Utopia St Ouen l’Aumône
images d’archives et témoignages à l’appui, le réalisateur et écrivain Eyal Sivan se propose de revenir, dans ce documentaire, sur l’histoire des oranges de Jaffa, un symbole fort et commun aux peuples juif et palestinien.

Mondialement connues, les oranges de Jaffa ont longtemps évoqué les champs ensoleillés de l’Orient et les orangeraies à perte de vue de la Méditerranée. Mais ce que l’on sait moins, c’est que l’ancienne ville arabe de Jaffa, devenue aujourd’hui un quartier de Tel-Aviv, était l’un des plus grands ports exportateurs d’oranges. A la fin du XIXe siècle, plusieurs vagues d’immigration juive en provenance d’Europe arrivent en Palestine, terre majoritairement arabe. La culture des agrumes va passer successivement de la propriété des Palestiniens à celle, collective, des cultivateurs arabes et juifs, pour aboutir en 1948 au seul monopole israélien.

Une histoire commune

Des Palestiniens et des Israéliens (issus du milieu agricole, mais aussi historiens, poètes, écrivains ou encore artistes) ont accepté d’évoquer ce passé devant la caméra d’Eyal Sivan. Comment expliquer la détérioration de la relation judéo-arabe, au départ modelée par une communauté d’intérêts et poussée par la conquête du marché européen, au moment où la colonisation britannique s’est imposée dans le pays ? Comment, dans les années 1920, les institutions sionistes ont-elles utilisé l’image des oranges de Jaffa pour véhiculer des valeurs telles que le travail, l’effort collectif, la fierté nationale ou la réussite ? Quels sont les événements qui ont conduit à ce qu’il n’y ait plus d’orangeraies aujourd’hui ? Comme un devoir de mémoire, Eyal Sivan répond à ces questions en donnant la parole à des hommes et des femmes marqués encore par cette période charnière de leur histoire commune.
Ariane Dadier

DOCUMENTAIRE
DURÉE 52’
RÉALISATION EYAL SIVAN
PRODUCTION FRANCE TÉLÉVISIONS / TRABELSI PRODUCTIONS / ALMA FILMS / THE FACTORY / LUNA BLUE FILM / WDR / RTBF
ANNÉE 2009


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 59 / 2349443