Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Les élèves israéliens sont soumis à un endoctrinement de droite avant de partir en voyage scolaire à l’étranger

jeudi 20 juillet 2017 par Or Kashti

Par Or Kashti pour Haaretz |Traduction CG pour l’AURDIP.

« Les messages sont simples et répétitifs », explique la mère d’un élève de Première de la région centrale. « Tous les Arabes nous haïssent, en fait le monde entier ou presque nous hait ».

Les élèves qui veulent prendre part aux délégations partant à l’étranger sont obligés de suivre un cours du gouvernement en ligne que des parents et des professeurs décrivent comment ayant « un agenda politique flagrant ». Le cours consiste en des vidéos dans lesquels plusieurs intervenants s’adressent aux élèves pour les coacher sur les messages qu’ils devraient communiquer à l’étranger.

Les élèves arabes doivent aussi suivre ce cours.

« Les messages sont simples et répétitifs », explique la mère d’un élève de 1ère de la région centrale ». « Tous les Arabes nous haïssent, en fait le monde entier ou presque nous hait ».

En juin 2016, le ministère de l’enseignement a envoyé des instructions détaillées aux écoles sur la préparation des délégations pour les voyages scolaires à l’étranger. « Les élèves et les jeunes participant aux délégations à l’étranger représentent Israël et sa société et servent d’ambassadeurs », disent-elles. « Les élèves représenteront Israël en se servant des principaux messages enseignés dans le cours », continue cette directive, indiquant que le but est « de cultiver la fierté d’être israélien et le sentiment d’une mission chez ceux se rendant à l’étranger. »

La directive s’adresse aux lycéens prévus pour participer à des délégations à l’étranger, que ce soit pour des conférences ou des concours internationaux en mathématiques, sciences et technologie. Elle s’adresse aussi aux délégations participant à des programmes pour établir des relations avec des communautés juives dans le monde, des villes jumelées, des échanges pour la jeunesse, etc. Les cours ne s’appliquent pas aux délégations allant en Pologne.

Les sources du ministère de l’enseignement disent que le projet pourrait inclure 220 000 élèves annuellement.

Le cours, qui fait partie d’une session d’entraînement plus globale et obligatoire de 30 heures, consiste en 11 unités, chacune composée d’une vidéo durant plusieurs minutes. Passer d’une étape du cours à une autre requiert de valider un petit test de quatre ou cinq questions. À la fin de chaque vidéo, les élèves doivent remplir un test sous forme de questionnaire à choix multiples. S’ils échouent ou s’abstiennent, ils seront disqualifiés pour participer au voyage.

Le premier intervenant du cours en ligne est le ministre Naftali Bennett. Il insiste sur l’entrepreneuriat et l’innovation. (« Israël est un pouvoir pour faire le bien de milliards de personnes dans le monde ».) Il dit que les Arabes votent et sont élus à la Knesset, indiquant qu’« en Israël seulement, il y a une telle démocratie. Insistez là-dessus, parce que parfois [ils] vous jetteront un mot comme apartheid. Quel apartheid ? » Il laisse de côté le fait que ce terme se rapporte principalement aux droits des Palestiniens au-delà de la Ligne verte.

« Les États arabes ne veulent pas que la minuscule démocratie juive survive », dit Bennett. « Ces types assis à Londres ou aux États-Unis doivent savoir que nous sommes l’avant-poste du monde libre dans la campagne globale contre l’islam radical ».

Interrogé sur ce qui est la partie la plus importante de la promotion d’Israël, Bennett dit : « Les gens pensent que le contenu compte. Je ne suis pas d’accord. Ce n’est pas le contenu, mais le sourire, la politesse, l’écoute ». Mais à la fin de l’unité, quand les élèves sont interrogés sur la question « Selon Bennett, quelle est la chose la plus importante pour promouvoir Israël ? », le sourire et la politesse ne sont pas des options. La réponse correcte, issue d’une autre partie de la vidéo, est « la mise en scène, la manière dont vous mettez en scène l’histoire ».

Dans le chapitre « Israël dans le Moyen-Orient », Dr. Uri Resnik, conseiller juridique pour la ministre déléguée aux Affaires étrangères Tzipi Hotovely, dit « … L’histoire d’Israël dans cette région ne commence pas au vingtième siècle, mais dans des temps anciens, ceux de la Bible et des patriarches, il y a environ 4 000 ans ».

La Bible joue aussi un rôle central dans l’unité dédiée à l’antisémitisme. Gideon Bachar, directeur de la campagne contre l’antisémitisme au ministère des Affaires étrangères, dit aux élèves que « l’antisémitisme existe certainement depuis l’aube du christianisme il y a quelque 2000 ans, mais il existait aussi avant. Certains affirment que le désir d’Haman de détruire tous les Juifs - pensez à cela - est aussi une sorte d’antisémitisme. D’autres citent la haine du Pharaon vis-à-vis de la nation d’Israël, une nation d’esclaves, comme une sorte d’antisémitisme ».

Poussant la connexion entre Islam radical et extrême-gauche, Bachar dit que les principales racines de l’antisémitisme moderne sont « l’antisémitisme musulman, la droite radicale et l’extrême-gauche ». Le lien qu’il fait entre « les organisations de la gauche radicale en Europe » et l’ « islam radical » est un des points principaux d’une conférence sur BDS de Tali Gorodos de l’institut Reut.

Dans une autre unité du cours, « Israël dans les médias internationaux », le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nachshon, déclare : « Ils empoisonnent les enfants avec leur haine vis-à-vis d’Israël et des Juifs… Les enfants sucent ce poison depuis l’âge zéro. » Plus loin, Nachshon parle de la prétendue intifada du loup solitaire, sur fond d’un mélange d’enregistrements de la sécurité israélienne sur des sites d’attaques au couteau, d’émissions de Hamas et d’exécutions d’ISIS. Quelques-unes de ces vidéos et photos apparaissent encore dans d’autres parties du cours.

En dehors de l’insistance sur la haine des Arabes et des Musulmans (y compris une supposée menace iranienne), les conférenciers disent aux élèves de souligner l’énergie créatrice d’Israël, ses développements et ses inventions dans les domaines des nouvelles technologies, de la médecine, de l’agriculture et d’autres domaines.

Une des questions du test, « à quels défis êtes-vous confronté en Israël ? », a quatre réponses possibles : la menace iranienne ; la délégitimation ; les organisations terroristes de l’Ouest, de l’Est, du Nord et du Sud ; « tout ce qui précède ». La réponse correcte est « tout ce qui précède ». Une autre question est « Contre qui l’antisémitisme est-il dirigé ? » et la réponse correcte est « seulement contre Israël ».

« Les messages disent que tout le monde nous déteste, depuis l’époque de la Bible, qui est aussi la seule légitimation d’Israël mentionnée dans le cours », dit la mère d’un élève de Première. « Le conflit israélo-palestinien est présenté sans aucun contexte —aucune explication n’est donnée pour la haine des Arabes et il n’y a aucune distinction entre Israël et la Cisjordanie », ajoute-t-elle.

Un autre parent dit : « Nous sommes habitués à une vision du monde issue de la droite, dans les cours d’éducation civique ou d’histoire... Maintenant nous avons à accepter un agenda politique flagrant pour que notre enfant puisse participer à une compétition de science ».

Un enseignant accompagnant ces délégations remarque : « Il est difficile d’imaginer ce que les élèves arabes et leurs parents ressentent. Les Arabes apparaissent presque exclusivement dans des contextes négatifs. Il n’y a aucune réflexion sur la coexistence. Le message de Bennett dans sa vidéo est : les Arabes doivent être reconnaissants pour le droit de vote et se taire ».

Un fonctionnaire du ministère de l’enseignement a déclaré : « Beaucoup des leçons jouent sur les peurs et les préjugés des élèves et les intensifient ».

Le porte-parole du ministère Amos Shavit n’a pas répondu aux questions sur le cours, déclarant : « Il a été construit en prenant en compte la variété des populations en Israël, avec l’intention d’entraîner les élèves allant à l’étranger. L’affirmation selon laquelle le cours reflète une vision politique est sans fondement ».


L’article en anglais.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1253 / 2464102