Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


« Muslimban » et réseaux sociaux : en France et au Québec, les logiques de l’exclusion et du racisme

mardi 31 janvier 2017 par le Bureau national de l’UJFP

Le hashtag #muslimban sur les réseaux sociaux évoque le « bannissement des Musulmans » par le nouveau président des États-Unis. Il est plutôt l’occasion de dénoncer Trump, de signaler – parfois avec une nuance de surprise – ces manifestations de solidarité si nombreuses aux États-Unis. Certains rappellent la honte des Lois de Nuremberg en 1935 ; d’autres s’indignent du bannissement des Irakiens alors que le pays a été envahi par les États-Unis qui y ont semé la dévastation avec les résultats que l’on sait ; et on cite ces synagogues canadiennes qui accueillent des réfugiés syriens.

Sous le pseudonyme de Catwoman, un/e identitaire islamophobe fait aussi le parallèle avec l’Allemagne nazie, mais c’est pour proposer « des cars pour un voyage touristique des #muz à Auschwitz ». La recommandation d’organiser un voyage à « frais de transport gratuit » accroît encore l’ignominie du message.

L’UJFP, avec d’autres, a fait depuis longtemps la comparaison entre l’antisémitisme des années 1930 et l’islamophobie d’aujourd’hui. Alain Gresh parle de « frères jumeaux » à propos du livre d’Ilan Halevi, Islamophobie et judéophobie. L’effet miroir.

Il semble que les nazillons français souhaitent à présent passer aux travaux pratiques. C’est fait au Québec où, selon Le journal du Québec, le suspect de l’attentat odieux contre la mosquée – qui a fait 6 morts dont l’imam – s’était radicalisé sur les réseaux sociaux à l’occasion de la venue de Marine Le Pen. D’une hostilité violente aux féministes – qu’il qualifiait de « féminazies » –, c’est un admirateur de Trump et aussi de l’armée israélienne.

On sait que la fermeture des frontières américaines aux Juifs fuyant le nazisme a bloqué beaucoup d’entre eux en Europe nazie, avec comme conséquence ces voyages vers la mort.

On attend les réactions des pseudo-laïques qui ferment les yeux devant l’islamophobie, des obsédés du voile et de l’Islam et des antiracistes de pacotille.

L’UJFP a fait un signalement de ce tweet ignoble mais n’attend pas grand-chose de l’entreprise Twitter.

Nous savons que ce qui compte, c’est de réaffirmer notre solidarité avec les « #muz » dans le combat commun de l’antiracisme politique.

Le Bureau national de l’UJFP, le 31 janvier 2017.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1169 / 2215462