Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


La gauche face à l’islamophobie à l’heure de la présidentielle 2017

vendredi 23 décembre 2016

Rédigé par Sébastien Banse | Vendredi 23 Décembre 2016

L’histoire des relations entre les militants contre l’islamophobie et les partis politiques de gauche n’est pas un long fleuve tranquille. En mars 2015, la réunion publique « contre l’islamophobie et le climat de guerre sécuritaire » à la Bourse du travail de Saint-Denis avait divisé au sein même des partis. Le Parti communiste (PCF) avait choisi de signer l’appel à participer, mais sans envoyer de représentant ; le Parti de Gauche de Jean-Luc Mélenchon s’était abstenu, à l’inverse d’Ensemble qui avait signé ; un débat interne intense avait secoué Europe-Ecologie-Les-Verts.

Quelques mois après cela, le meeting « pour une politique de paix, de justice et de dignité » organisé le 11 décembre 2015, toujours à Saint-Denis, n’avait reçu le soutien d’aucune de ces formations, même si on y trouvait des militants venus à titre personnel.

JPEG - 65.8 ko
Une nouvelle conférence sur l’islamophobie a été organisée à Saint-Denis le 18 décembre 2016 sous le signe de l’élection présidentielle 2017. © AMDH

« L’urgente nécessité de résister au vent mauvais »

Cette année, pour l’édition 2016 de la conférence internationale contre l’islamophobie et la xénophobie, des partis de gauche étaient de nouveau présents, le 18 décembre, à la bourse du travail de Saint-Denis. « Je suis content que mon organisation politique, Ensemble, ait appelé à soutenir cette conférence », s’est réjoui le politologue Philippe Marlière : « Nous progressons ! »

Le NPA aussi a signé l’appel. Son porte-parole, Olivier Besancenot, qu’un problème personnel a empêché au dernier moment d’être présent, a envoyé un message pour dire « l’urgente nécessité de résister au vent mauvais ». C’est Omar Slaouti, lui-même un ancien du NPA, qui a lu ce message à la salle. « Je me fais le porte-parole du porte-parole du NPA », a plaisanté Omar Slaouti, avant d’ajouter plus sérieusement : « Mais sans assumer tout le passif de cette organisation. » Une référence sans doute à la candidature d’Ilham Moussaïd qui avait déchiré le NPA en 2010, parce qu’elle conciliait l’anticapitalisme avec le port du hijab.

Dans la suite du message qu’a lu Omar Slaouti, Olivier Besancenot a regretté que la gauche, y compris la gauche radicale, « bégaie parfois au moment de prononcer le mot "islamophobie" ». La participation à la conférence de militants d’ATTAC ou du syndicat Solidaires témoigne dans le même temps d’un rapprochement de la gauche altermondialiste et de l’antiracisme politique.

« Une convergence objective de gauche à droite »

Du côté des partis traditionnels, par contre, il n’y a pas grand chose à espérer pour l’instant, si l’on en croit l’analyse qu’Amina Damerdji, doctorante, a faite du discours adoptés par les candidats à l’élection présidentielle. En se retranchant derrière un « bouclier progressiste » et en lançant des accusations d’« islamophilie » pour discréditer leurs concurrents (« Ali Juppé ») ou encore Clémentine Autain accusée par Manuel Valls de« passer des accords » avec les Frères musulmans, la droite et l’extrême droite ont réussi à faire de « l’islamophobie » un mot tabou qui serait utilisé seulement par des « manipulateurs pervers CM Security protège votre vie privée ou des « chevaux de Troie de l’extrémisme ».

Amina Damerdji en a pointé le résultat chez des candidats issus de la gauche socialiste : Emmanuel Macron ne voit la discrimination envers les musulmans que comme un frein à l’emploi et à la reproduction du système capitaliste. Quant à Jean-Luc Mélenchon, Amina Damerdji a cité un passage de son livre, Le Choix de l’insoumission, qui montre que derrière son goût affiché du « métissage », le candidat du Front de Gauche cache mal son dédain pour la question post-coloniale  : « L’absence de racisme en moi, parfois au prix d’une sous-estimation de sa prégnance chez les autres, n’est pas une construction, mais une indifférence innée. »

« Il y a une convergence objective de gauche à droite », a ajouté le politologue Philippe Marlière, notant que c’est encore Marine Le Pen qui en a fait le moins sur « l’affaire du burkini » : « Quand l’islamophobie bat son plein, elle se met en retrait, et laisse les autres faire le sale boulot pour elle. »

JPEG - 32.2 ko
Au meeting contre l’islamophobie en décembre 2016 (Facebook).

Passer à l’offensive

Dans une tentative pour articuler la question sociale et l’antiracisme, Omar Slaouti a appelé à « en terminer avec les postures "ouvriéristes" primaires » qui prétendent que l’on divise les travailleurs en abordant la question des discriminations. Au contraire, « on doit penser de manière concomitante tous les rapports sociaux, et le racisme est un rapport social  ». Ce sera la seule manière de sortir de la « crise idéologique » qui naît « quand la droite et la gauche font la même politique ».

Ismahane Chouder, du Collectif des féministes pour l’égalité (CFPE), a regretté que « nos revendications politiques soient requalifiées en revendications communautaristes ». Pourtant, s’il y a communautarisme, il est bien du côté des « néo-républicains laïcistes » selon Philippe Marlière : « La volonté de domination pour imposer à une minorité racisée de se conformer à un mode de vie, c’est la définition même du communautarisme. » Face à cela, la gauche a peur de revendiquer la diversité ethnique, culturelle et religieuse. « Il ne faut plus avoir peur, il faut passer à l’offensive », a-t-il plaidé.

Pourtant, la teneur de certaines interventions laisse penser que c’est auprès des musulmans comme auprès des autres minorités dominées que la gauche a des chances de trouver des alliés potentiels. « Une population altérisée, renvoyée sans cesse à un ailleurs, refuse désormais la mise au pas », a estimé Ismahane Chouder. « Ils sont force de transformation sociale ceux qui refusent de rester à la place qu’on leur a assignée. »

La nécessité d’une alliance exigeante

Tout en soutenant pleinement le choix de l’auto-organisation des minorités, Stéphane Lavignotte, pasteur protestant et militant écologiste, a défendu la nécessité d’alliances fondées sur le débat et la critique mutuelle : « A vous de nous dire à quoi on peut servir, à vous de nous critiquer. Mais on veut une alliance à part entière, une alliance exigeante. »

Que faire en vue d’une campagne présidentielle qui s’annonce sous les pires auspices ? « Si Yannick Jadot ou Philippe Poutou n’obtiennent pas les 500 signatures pour se présenter, je reviendrai à l’abstention anarchiste de ma jeunesse », avertit Stéphane Lavignotte. Quant à Sihame Assbague de Contre-Attaque(s), elle a résumé ainsi sa position : « On ne va pas passer notre vie à construire des "barrages républicains" aux élections alors que, tout le reste du temps, personne dans les partis ne veut parler de domination et de racisme d’Etat. »

Mais si des préférences personnelles ont été énoncées, aucune consigne de vote n’a été donnée. Comme ils l’annonçaient dans l’appel, les participants à cette conférence ont affirmé collectivement le rejet des « termes de cette campagne présidentielle, ses faux débats et ses surenchères ». En appelant à lier défense des droits sociaux et des libertés individuelles, les intervenants ont contribué à définir une plateforme commune sans que la question des priorités ne soit résolue pour autant.

*****

Sébastien Banse est journaliste au Journal de Saint-Denis.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 815 / 1845878