Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Morts pour la France

samedi 21 novembre 2015 par Michel Ouaknine

Tout va bien : c’est la guerre mais le pays peut se reposer sur des épaules solides et va démontrer son unité ce soir en votant le prolongement de l’état d’urgence.

La France ne sera pas à genoux, son chef des armées l’a dit d’une parole martiale à Versailles : "dans ces circonstances je considère que le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité" débloquant par magie des fonds qui vont permettre d’acheter du matériel de guerre, embaucher 8 500 policiers, douaniers, juges et autres gardiens de prison et conserver nos militaires "de plus en plus sollicités".

C’est une situation intolérable que nous promet notre président (réduction des libertés publiques et syndicales, interdiction de manifester, augmentation des forces de police et sécurité) au prétexte que nous serions en guerre, lâchement attaqué par quelques individus aux qualificatifs les plus dégradants.

Dans le même discours, le chef de l’Etat souligne que voici un an que nous bombardons Daesh en Irak et en Syrie. Ce ne devrait donc pas être une surprise que cette organisation réagisse en représailles. Par contre il est criminel de ne pas avoir souligné ce risque aux Français quand les bombardements ont été décidés, bombardement qui font aussi des civils doublement victimes, de Daesh et de nos avions.

Impression de décisions prises à la petite semaine, d’improvisation…

Notre président aurait été bien plus dans son rôle si, au lieu d’enfiler son costume de chef des armées, il avait pris un peu de hauteur et tenu un langage de vérité à ses électeurs :
• Augmenter le nombre de nos mesures "sécuritaires" ne changera rien au risque de voir se reproduire d’autres massacres ; celles-ci ont pour conséquence inacceptable de pointer du doigt une catégorie de Français, les musulmans (ou désignés comme tels) avec tous les risques que cela peut entrainer.
• Oui, bombarder Daesh était une erreur, nous allons immédiatement travailler sur des solutions diplomatiques pour faire cesser ce conflit : blocage des financements, embargo sur l’achat de leur pétrole, interdiction des vente d’arme …etc.
• La présence de jeunes Français parmi les tueurs est une douleur intolérable et la nation se doit de réagir. C’est en effet un échec grave que de voir une grande partie de notre jeunesse, victimes du chômage, de discriminations se désocialiser et glisser progressivement vers la délinquance ; certains d’entre eux dans leur révolte et la perte de leurs repères en venant à écouter des discours de haine. Racisme avec détestation de tous ceux qui sont différents : Arabes, Juifs, Rroms, réfugiés… Ou radicalisme pseudo-religieux qui offre à la fois réponses, cadre social et un objectif excitant et romantique.
• Dans ces circonstances je considère qu’un nouveau pacte de solidarité l’emporte sur le pacte de stabilité afin de nous mettre immédiatement au travail afin de faire cesser ces violences et ces injustices.

Voici ce que nous aurions aimé entendre d’un président donnant un exemple concret national et un nouveau cadre destiné à renouveler les relations internationales. Sans doute que nous rêvons mais n’est-ce pas une proposition bien plus riche que celle de continuer affaires, hypocrisies et meurtres de civils, les "leurs" comme les "nôtres" ?

Et puisque "nos" morts sont aussi victimes de cette guerre nous suggérons que leurs sépultures portent la mention "Mort pour la France".


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 529 / 2350107