Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Le dernier espion : Autobiographie de Marcus Klingberg

vendredi 14 août 2015

par Marcus Klingberg et Michael Sfard (Auteur) ; postface de Ian Brossat.

Présentation de l’éditeur

« Ce qui m’accablait le plus, c’étaient la honte et le regret. Pas d’avoir espionné pour l’Union soviétique, non. [...] Mon sentiment d’humiliation provenait du fait de m’être laissé briser, d’avoir coopéré avec le Shin Beth et avalé ses couleuvres. »

Depuis 1950, et pendant presque trois décennies, Marcus Klingberg a été un agent du KGB, transmettant à ses officiers traitants soviétiques les résultats de recherches ultraconfidentielles menées à l’Institut de recherche biologique de Ness Ziona en Israël, où il exerce la fonction de directeur scientifique adjoint. En janvier 1983, Marcus Klingberg, alors professeur à l’université de Tel-Aviv et chercheur de renom international, est arrêté, jugé à huis clos pour espionnage et condamné à la peine maximale, à savoir vingt ans d’emprisonnement. Il est détenu sous un faux nom et le public ne commence à connaître quelques bribes de son histoire qu’une décennie plus tard. Celui que les services secrets israéliens ont qualifié d’« espion ayant causé les plus graves dégâts à la sécurité du pays » consigne dans ce livre le récit de sa vie depuis la fin de la Première Guerre mondiale en Pologne jusqu’à nos jours à Paris, où il vit depuis sa libération en 2003.

voir aussi la note de lecture de Michèle Sibony


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2339 / 1780283