Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


BAC du Kremlin-Bicêtre : le CRAN met en cause l’IGPN et demande des explications au ministre de l’intérieur

samedi 25 juillet 2015 par CRAN

Communiqué de presse du CRAN du 23 juillet 2015.

Le CRAN interpelle le ministre de l’intérieur, M. Cazeneuve, à propos de la BAC du Kremlin-Bicêtre.

Le 1er juillet dernier, Le Canard Enchaîné évoquait l’arrestation de quatre jeunes pour tentative de vol de voiture. Le télégramme retraçant les faits aux autorités indiquait : "Type : sale nord-africain", "aspect des cheveux : crépus comme d’hab".

L’affaire a été confiée à l’IGPN.

Il se trouve que l’affaire s’est déroulée justement dans le commissariat que le CRAN avait déjà dénoncé il y a un an. En effet, avaient circulé sur Facebook des photos montrant plusieurs de ces policiers participant à une soirée « black face », et s’amusant à mimer les Noirs, en les associant à des singes [1].

Le CRAN avait saisi l’IGPN, évidemment, mais depuis six mois, confirmant la réputation d’opacité qui lui est attachée, la police des polices refuse d’indiquer au CRAN quelles suites ont été données à l’affaire. Or, dans un article publié le 22 juillet 2015 sur le site de RTL, la rédaction affirme que concernant la soirée « black face » de l’an dernier, une enquête a bel et bien « été lancée avant d’être classée sans suite » [2].

Ne pouvant obtenir de réponse claire de l’IGPN, le CRAN a donc saisi le Défenseur des droits, le Délégué Interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme (DILCRA), et a interpellé le ministre de l’intérieur pour demander des explications. « Si l’information de RTL concernant cette soirée « black face » est confirmée, a déclaré Louis-Georges Tin, comment l’IGPN peut-elle classer sans suite des actes racistes aussi clairs et aussi répugnants ? Dans ces conditions, à quoi bon confier à l’IGPN une nouvelle affaire de racisme, a fortiori concernant ce même commissariat ? Est-ce pour faire illusion ?

Que pense Mme Taubira du fait que des policiers puissent dans ce pays comparer les Noirs à des singes sans qu’il n’y ait de poursuite judiciaire ? », a demandé le président du CRAN.

« Au-delà de ces deux affaires concernant la BAC de Kremlin-Bicêtre, je m’interroge d’une manière générale sur le rôle trouble de l’IGPN dans la lutte contre le racisme en France, a indiqué Louis-Georges Tin. Quand des faits de racisme policier sont portés à sa connaissance, l’IGPN cherche-t-elle à les condamner, ou à les couvrir ? »

Dans ces conditions, en l’absence de dialogue possible avec la police des polices, le CRAN a interpellé le Défenseur des droits sur ce sujet, et demande au ministre de l’intérieur de bien vouloir fournir les explications nécessaires sur tous ces dossiers. Par ailleurs, le CRAN entend examiner les suites judiciaires qui pourraient être données à cette affaire.

Contact :
Louis-Georges Tin
tin@le-cran.fr


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 416 / 1978161