Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Solidarité avec la Flottille de la liberté III

mardi 23 juin 2015 par le Bureau national de l’UJFP

Cinq bateaux naviguent dans les eaux internationales méditerranéennes vers Gaza l’assiégée. A leur bord, plus de 70 personnes représentant de la société civile internationale porteuses, en réalité, des voix de millions de citoyens qui - à travers le monde - sont indignés du sort inhumain infligé par Israël à la population civile gazaouis assiégée depuis 2007, victime d’un blocus illégal.
Blocus toujours possible grâce à la complicité de la communauté internationale et notamment à celle, active, du gouvernement français.

L’UJFP tient à affirmer son entière solidarité avec les membres de cette flottille pour la liberté et appelle, une fois encore, les femmes et les hommes de bonne volonté - ici et partout dans le monde- à unir leurs efforts pour imposer à l’Etat d’Israël, puissance occupante, qu’il respecte les obligations qui sont les siennes et qu’il mette fin au blocus illégal de Gaza.

Nous vous transmettons le communiqué de presse et le document ci-joints

Le Bureau national de l’UJFP, le 23-06-2015

NB : L’UJFP-Bretagne était présente lors du rassemblement de solidarité à Brest pour l’escale de la Marianne le 26 mai dernier

JPEG - 2.7 Mo
La Marianne à Brest le 26 mai 2015

22 juin 2015 Communiqué de presse

Les bateaux de la Flottille de la Liberté 2015 www.freedomflotilla.org ont quitté différents ports de Méditerranée afin de tenter de briser le blocus maritime de Gaza. C’est la troisième flottille à défier ce blocus illégal depuis 2008.

En 2015 la Flottille de la Liberté est composée de 2 navires transportant chacun une vingtaine de passagers, journalistes et équipage, plus 3 bateaux plus petits. En tout environ 70 personnes, venant d’ Afrique du Sud, Algérie, Allemagne, Canada, Espagne, Danemark, Etats-Unis, Finlande, France, Grèce, Israël, Italie, Indonésie, Jordanie, Maroc, Norvège, Nouvelle-Zélande, Palestine, Royaume-Uni, Russie, Suède, Tunisie.

Un des bateaux, la Marianne, a quitté la Suède en mai et a fait plusieurs escales dans des ports européens, comme en France, à Brest, afin de faire connaître la mission de la Flottille. https://shiptogaza.se/en

Moncef Marzouki, ancien président de Tunisie sera à bord de l’un des navires.
Basel Ghattas, membre du parlement israélien, participe à cette action pacifique, comme l’avait fait sa collègue Haneen Zoabi, victime de l’attaque israélienne contre le Mavi Marmara en 2010 https://www.youtube.com/watch?v=VsrHms0RhSc

Des députés des parlements algérien, espagnol, grec et jordanien également.

Les médias présents sont, à ce jour : Al Jazeera English, Al Jazeera Arabic, Euro News, Maori TV-New Zealand, Al Quds TV, Russia Today TV et Mayadeen TV de même que plusieurs journalistes indépendants.

En France, le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens ainsi que la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine soutiennent et accompagnent l’engagement solidaire de la Flottille de la Liberté. Ils demandent aux autorités françaises de faire les pressions nécessaires sur le gouvernement israélien pour assurer la sécurité des bateaux et des passagers et pour que la flottille puisse accéder librement à Gaza qu’elle devrait atteindre d’ici une semaine.


CONTRE LE BLOCUS ILLEGAL, EN ROUTE VERS GAZA

Flottille de la Liberté III

Rappel : Le blocus illégal de la bande de Gaza, mis en place par Israël en 2007 et renforcé par l’Egypte, au sud, depuis la prise du pouvoir par les militaires en 2014, emprisonne et étrangle 1.8 million de Palestiniens dans 380 km², dont une vaste superficie couverte des ruines dues aux attaques militaires récurrentes menées par l’armée israélienne, l’une des plus puissantes au monde. Les Gazaouis n’ont aucun contrôle sur leur espace terrestre, aérien et maritime.

La situation sanitaire et humanitaire de la bande de Gaza est dangereuse et inacceptable. La sécurité alimentaire de la population –qui vit à 80% de l’aide internationale- n’est pas assurée. Les infrastructures sont détruites, y compris des hôpitaux. La centrale électrique, maintes fois bombardée et privée de fuel, ne suffit pas à approvisionner villes, villages et camps de réfugiés, tandis que l’eau potable manque cruellement. La station d’épuration, régulièrement visée aussi, manque également de carburant, le système d’évacuation des eaux est en miettes, aussi les eaux usées se déversent dans les rues, le sol et la mer, créant un risque sanitaire majeur.

La reconstruction promise par les donateurs après les massacres et les dévastations de l’été 2014 et confiée aux Nations unies, au détriment de la société civile palestinienne, se fait attendre, l’argent n’arrive pas, les matériaux n’entrent pas. Des dizaines de milliers de personnes n’ont toujours pas de logement.
La circulation des personnes et des marchandises vers et hors de Gaza est quasi impossible, avec de graves répercussions sur la santé et l’éducation. L’industrie est en ruine, la pêche et l’agriculture lourdement entravées, sans compter les risques constants d’attaques et autres violences sur les fermiers et les pêcheurs.
Les droits élémentaires des Palestiniens de Gaza sont violés par le blocus qui est une punition collective de la population après l’élection –voulue et contrôlée par la « communauté internationale »- qui a porté le Hamas aux affaires en 2006.
Si de nombreuses déclarations internationales condamnent le blocus et en demandent la levée, aucune action n’a été menée à cet effet, assurant l’impunité d’Israël, aussi ce sont les peuples, des citoyens qui ont pris en charge l’exigence de la levée du blocus.

Les flottilles : Plusieurs flottilles ont été organisées depuis 2008. L’événement le plus marquant a été l’attaque sanglante contre la flottille 2010, attaquée de nuit en eaux internationales par des commandos aéroportés israéliens. Le Mavi Marmara, navire turc, a été particulièrement ciblé et l’attaque israélienne a fait 10 morts, tous civils bien sûr. Par cet acte de piraterie criminel, le message du gouvernement israélien était clair : pas de solidarité avec les Palestiniens de Gaza, le blocus demeurera (en 2011 la libération lors d’un échange de prisonniers du tankiste israélien détenu à Gaza, prétexte posé au blocus, n’y changea rien).

La détermination du mouvement international de soutien à Gaza n’a pas faibli devant la menace : en 2011 la Flottille de la Liberté II dont le mouvement de solidarité français était partie prenante active, a tenté d’atteindre Gaza. Attaqué en haute mer, le bateau français, le Dignité, a été arraisonné, volé, les personnes à bord kidnappées, amenées de force en Israël puis expulsées après une courte détention. D’autres initiatives ont suivi, bateau canadien, bateau « juif » dont les militants venus de différents pays, dont Israël, ont subi la violence de la soldatesque israélienne. Puis ce fut l’Estelle, navire suédois qui fit escale en France en 2012 et l’Arche de Gaza en 2013, projet innovant pour briser le blocus à partir de Gaza, opportunément détruit par un missile israélien en juillet 2014 !

Alors après toutes ces tentatives, contrées à chaque fois par un acte israélien criminel, on aurait pu renoncer. Mais l’important est de montrer à quel point ce blocus est mortifère et aussi immoral qu’illégal. De faire savoir au monde qu’Israël est un Etat qui viole constamment le droit international. Et bien sûr d’assurer les Palestiniens, de Gaza dans ce cas précis, que notre solidarité reste intacte, renforcée même par ces intimidations et ces crimes que nous voulons dénoncer et mettre au grand jour.

Protéger la flottille III : C’est pourquoi une troisième flottille est en route vers Gaza. Un bateau a quitté la Suède il y a quelques semaines et après plusieurs escales en France, Espagne, Portugal et Italie - qui ont été l’occasion de rassemblements militants, d’événements politiques et festifs, d’information aux médias, aux élus et au public- il va rejoindre 3 autres navires en Méditerranée pour voguer ensemble vers Gaza. A bord, outre les militants et les équipages, des personnalités comme l’ancien président tunisien Moncef Marzouki, un député israélien Basel Ghattas, des élus, des députés des parlements algérien, espagnol, grec et jordanien, des universitaires, des sportifs, une religieuse espagnole, Teresa Forcade, et des médias de différents pays [*].

Tous ces braves savent les risques que l’on court à s’opposer à la puissance coloniale agressive d’Israël mais pour eux l’impératif de solidarité et de justice, l’exigence du droit priment sur l’inquiétude inévitable.

A nous de les protéger en faisant savoir le plus largement possible que cette action est pacifique, qu’elle est citoyenne et internationaliste, qu’elle doit attirer l’adhésion de tous, notamment des Etats qui se réclament de ces valeurs de droit et de justice.
Alertons les médias, les politiques, nos élus, tous nos réseaux. Demandons à nos autorités de faire pression pour qu’Israël, qui a menacé d’empêcher les bateaux d’arriver à Gaza, port de la Palestine, ne fasse pas encore acte violent de piraterie en haute mer. La Flottille doit passer, le blocus doit tomber !

Liens : https://freedomflotilla.org/ et pour la Marianne : https://shiptogaza.se/en

Des infos en français : http://fr.globalvoicesonline.org/2015/06/15/186931/

Témoignage en anglais de Lovelace, chef amérindien du Canada et universitaire qui se joindra à la Flottille : http://fr.euronews.com/2015/06/15/une-nouvelle-flotille-en-route-pour-denoncer-le-blocus-de-gaza/

Témoignage en français d’un autre Canadien, québécois :
https://www.youtube.com/watch?v=csauXiOZcKs&feature=youtu.be

Photos du reporter de Euronews (les 40 premières de la série) :
https://www.flickr.com/photos/euronews/18641680678/in/photostream/

[*Les médias présents sont, à ce jour : Al Jazeera English, Al Jazeera Arabic, Euro News, Maori TV-New Zealand, Al Quds TV, Russia Today TV et Mayadeen TV de même que plusieurs journalistes indépendants


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1748 / 2352936