Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Intervention de Jocelyne (UJFP) lors du forum "Reprenons l’initiative - Contre les politiques de racialisation"

vendredi 15 mai 2015

Le forum s’est tenu le samedi 9 mai 2015 à Gennevilliers :

Il y a vingt-cinq ans, après l’effondrement de l’Union soviétique (l’occident perdait son ennemi, il fallait le remplacer pour continuer à faire tourner la machine) sortent les premières théories, clairement exposées en 1995 par l’Américain Samuel Huntington, selon lesquelles on allait inévitablement vers un choc des civilisations et, plus précisément, entre deux civilisations irréductibles, l’occident chrétien pas encore "judéo" mais fort de son histoire coloniale, et l’Islam qui voulait détruire cette civilisation soi-disant porteuse de valeurs démocratiques et universelles. Exit l’économique, le politique, le social, exit la violence coloniale et néocoloniale. Tout sera religieux et culturel. Au point nodal de ce choc : Israël et la Palestine. Israël, présenté par Théodore Herzl, le fondateur du sionisme, comme le rempart de la civilisation contre la barbarie, et la Palestine, qui résiste et refuse son démantèlement.

Le scénario a été consciencieusement mis en œuvre, construit pièce par pièce. Je ne les rappellerai pas toutes. Quelques pièces quand même.

Saddam, secrètement encouragé par les Américains, intervient au Koweit en 1990, et c’est la première intervention en Irak, et ce qui en a découlé, puis 2001, avec l’élection de George W. Bush et l’attentat du World Trade Center. La 2ème guerre en Irak, le refus de la victoire du Hamas aux élections démocratiques palestiniennes en 2006 puis le blocus de Gaza en 2007, toutes les guerres, les attentats (les alliés d’hier – les Ben Laden et consorts devenus alors les ennemis), la montée du djihadisme et les guerres impérialiste et néocoloniales d’aujourd’hui qui en ont découlé.

Et que nous a-t-on vendu ? Que nous vend-on ? Une population des Musulmans inassimilables car aux valeurs antagoniques de celles de la civilisation, avec des hommes terroristes et violents par essence qui oppriment leurs femmes soumises, les obligeant, entre autres, à se voiler. Femmes que les hommes occidentaux éclairés doivent absolument libérer – elles ne peuvent pas le faire elles-mêmes – au nom d’une civilisation devenue judéo-chrétienne. Car le pendant de l’islamophobie, c’est la mise en avant des Juifs, pourtant longtemps honnis par un occident bien chrétien et dont l’antisémitisme a de beaux restes, mais blanchis après un génocide perpétré par des Européens (dont on oublie/occulte qu’il a aussi concerné les Rroms) et assimilés à Israël.

Les Musulmans et les Juifs ont donc des rôles bien assignés. Les premiers sont le mal, les terroristes, ils sont dangereux, inassimilables, opposés aux valeurs de démocratie, d’égalité, de laïcité… Les seconds sont le bien, ils sont tous supposés soutenir inconditionnellement Israël, être sionistes. C’est soi-disant en leur nom que l’on expulse les Palestiniens de leur pays, que les massacres de Gaza ont été commis.

Deux essentialisations donc, qui visent à dresser deux catégories de la population l’une contre l’autre. On sait où cela peut conduire. Au Rwanda par exemple, où le colonialisme a dressé Hutus contre Tutsis.

Deux instrumentalisations : d’un côté le bouc émissaire, de l’autre, le bélier dont on se sert pour cogner le premier (un bélier qui se retrouve en première ligne), construits comme ennemis irréductibles l’un de l’autre. L’un à qui l’on accorde « protection », reconnaissance quand il est victime (faut bien, sinon il ne marcherait pas et s’allierait au bouc), et l’autre que l’on désigne comme étant l’ennemi, le nouvel antisémite (voir le discours de Manuel Valls après les manifestations de soutien à Gaza été 2014), oubliant au passage le bon vieil antisémitisme d’une partie non négligeable de la société française « de souche ». Avec un traitement différent des actes islamophobes et/des actes antisémites. Avec les couvertures islamophobes de certains journaux (Cet Islam sans gêne, Une du Point qui s’étalait dans le métro alors que la campagne d’affichage du CCIF « Nous sommes – aussi – la France » a été interdite), les propos de Zemmour etc.

Avec l’aide des Fourest, Taguieff, Finkielkraut, j’en passe et des meilleurs, qui ne sont jamais inquiétés pour leurs propos racistes.
Avec l’aide du Crif, qui assimile toute critique d’Israël et du sionisme à de l’antisémitisme et désigne les antisémites : tous ceux qui soutiennent les Palestiniens, et singulièrement, bien entendu, les Musulmans. Le Crif qui va, par la voix de son président Roger Cukierman, jusqu’à trouver Marine Le Pen irréprochable. Qui n’hésite pas à affirmer que la résistance palestinienne est alliée à Daesh, qui désigne les nouveaux antisémites : tous ceux qui soutiennent les Palestiniens et, singulièrement les jeunes des banlieues.

Et l’État français dans tout cela ? Ferme soutien d’Israël, bien dans ses bottes néocoloniales, il aligne lois et mesures islamophobes. Le gouvernement Hollande justifie qu’on fasse comparaître dans un commissariat des enfants de 8 ans, accepte que des jeunes filles soient exclues des lycées car leur jupe est trop longue ou leur bandana trop large (quand on les suppose Musulmanes), que des mères soient humiliées car, portant un foulard, elles sont exclues de l’accompagnement des sorties scolaires, tout cela devant leurs enfants, qui subissent ainsi une violence innommable.
Ferme soutien d’Israël, il interdit des manifestations pour Gaza, il accepte que des représentants de l’armée israélienne viennent recruter dans une synagogue des soldats soi-disant franco-israéliens (une nouvelle armée ?). Son délégué interministériel chargé de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme refuse le terme d’islamophobie, dénonce le communautarisme des antiracistes et assimile antisionisme et antisémitisme (une vraie fabrique de djihadistes).

Cette double essentialisation produit ses fruits. Au moins en partie. Dans les quartiers populaires, où vivent des Français juifs et musulmans, qui appartiennent aux classes défavorisées et prennent de plein fouet la crise économique, héritiers le plus souvent de l’Afrique post-coloniale, les tensions montent.
Des Juifs sont assassinés par des tueurs se réclamant de l’Islam, de Daesh, d’Al quaïda (CQFD). Les actes islamophobes se multiplient, essentiellement contre des femmes. Juifs et Musulmans ont peur.

Que faire face à ce racisme qui nous concerne de si près ? Dire et redire que le racisme, quelle que soit sa forme, islamophobie, antisémitisme, rromophobie, négrophobie, humilie, blesse, tue : des Juifs, des Musulmans (violences policières), des Rroms (expéditions punitives contre des camps)… Il a plusieurs formes mais un seul visage. Il nous faut dénoncer/démonter les amalgames, refuser de se faire instrumentaliser, nous méfier autant et dénoncer autant ceux qui nous détestent que ceux qui nous aiment un peu trop pour être honnêtes. Lutter ensemble pour le vivre-ensemble, ici et là-bas.

Et c’est bien l’objet de ce forum.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 2161 / 2400620