Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Etre un Mensch ou un collabo du plan Dalet ?

dimanche 31 août 2014

En Hommage à Hajo Meyer [1]

C’est un bien beau mot yiddish que Mensch !
Dans la communauté juive, il désigne un être humain de valeur, quelqu’un de bien, une personne d’honneur.
J’ai la chance d’en connaître plusieurs qui m’ont donné leur amitié.
Ils et elles ont toujours été antiracistes, se sont opposés à la dictature franquiste, ont soutenu les Vietnamiens, dénoncé le colonialisme belge, appuyé les luttes de libération d’Algérie, d’Afrique du Sud et d’Amérique latine, manifesté pour les Sahraouis, les Kurdes, les Roms, les Amérindiens, les réfugiés d’Afrique et d’Afghanistan... Bref, ils n’ont jamais cessé de défendre les droits des humains, ici et ailleurs.

Certains parmi les plus anciens vont régulièrement rencontrer les enfants dans les écoles pour témoigner de l’abjection du nazisme qui a conduit à l’indicible horreur d’Auschwitz.
Et tous, jeunes et vieux, manifestent aujourd’hui contre les crimes du régime de Netanyahu et s’opposent à ceux qui, dans ce pays, prétendent parler au nom de la communauté juive alors qu’ils ne sont que des propagandistes d’un régime criminel.

Le mot hébreu Dalet a, lui, une signification bien moins honorable.
Pour ceux et celles qui l’ignoreraient encore, le plan militaire appelé Dalet a été mis au point en 1947 par les leaders du mouvement sioniste et déclenché avant même la création de l’Etat d’Israël.
Son but était simple : "désarabiser" le futur pays !

Comme le déclarait alors Ben Gourion, le fondateur de l’Etat : "Le nettoyage de la Palestine demeure l’objectif premier du plan Dalet !" [2]

Au début, ce fut un réel succès : quelques 750.000 Palestiniens furent expulsés de leurs maisons ou prirent la fuite, on massacra ceux qui osaient résister – la tuerie de Deir Yassin est restée "célèbre" – et près de 400 villages furent rasés. [3]
Mais quand les bombardements cessèrent, Ben Gourion et ses acolytes durent bien constater que tous les Palestiniens n’avaient pas fui !
Il en restait 160.000 sur le territoire du nouvel Etat.
Ils constituent aujourd’hui plus de 20% de la population israélienne, considérés comme des citoyens de seconde zone et soumis aux lois d’apartheid du régime sioniste.

De plus, si le nouveau maître avait contraint une bonne partie des "indigènes" à l’exil au Liban, en Jordanie et en Syrie, il en restait encore beaucoup aux abords du territoire conquis.
Ceux de Cisjordanie se retrouveront plus tard derrière le fameux mur et les autres emprisonnés dans le lopin de terre de Gaza (± 480.000 réfugiés)... ou, comme les Bédouins, parqués dans les "townships" du Negev. [4]

L’ambition des colonisateurs, Européens pour la quasi totalité, de créer un état sioniste s’étendant, au minimum, du Golan au golfe d’Akaba et du Jourdain à la mer Méditerranée était donc loin d’être atteint. [5]
De plus, la reconnaissance du nouvel Etat par l’ONU, entraînait, paradoxalement, un problème pour le développement du plan.
En effet, aux yeux de la communauté internationale, Israël se devait d’avoir l’apparence d’une démocratie, de montrer un profil de régime respectable.
Plus question de continuer la "désarabisation" au grand jour.
Il fallait changer de stratégie.
C’est ainsi que depuis soixante ans, Israël applique l’expansion territoriale "par paliers".
Chaque annexion ou occupation de terres est justifiée par des nécessités de sécurité [6] ou l’exigence de riposte à une agression.

Une fois le territoire conquis, une campagne de propagande est lancée proclamant tous azimuts la volonté de paix d’Israël.
Des négociations sont ensuite organisées (Camp David, Oslo, Annapolis, Le Caire...)... et tirées en longueur jusqu’à la rupture sous un des prétextes habituels.
Israël est passé maître dans cette stratégie visant à "stabiliser" la conquête pendant d’interminables pourparlers, et rendre ainsi l’occupation irréversible : l’expansion des colonies en Cisjordanie pendant les négociations est un exemple éclairant.

L’Histoire est constellée de ces agissements démontrant que, loin d’aspirer à la paix, le régime sioniste n’a jamais cherché qu’à affaiblir les habitants de cette terre, à les humilier, les réprimer, les expulser... ou à les massacrer comme à Kafr Kassem en 1956. [7]
Blocus de Gaza depuis huit ans, érection d’un mur de plus de 700 kms, création de centaines de check-points en Cisjordanie, arrestations arbitraires, lois d’apartheid, emprisonnements d’élus politiques, destructions de maisons et de champs d’oliviers, torture d’enfants [8] , vol de l’eau... etc, etc.
Les preuves sont, hélas, innombrables.

Le dernier avatar de "Dalet" est "Barrière de Protection".
Le déclenchement de cette opération est essentiellement motivé par le danger que représente pour les colonisateurs la décision de réunification du Hamas et du Fatah... Mais, comme toujours, Israël a une bonne justification pour les medias.
Cette fois, c’est l’assassinat de trois jeunes colons et les roquettes lancées sur les colonies proches de Gaza... Ashdod, Ashkelon et Sderot notamment.
La plupart des medias "mainstream" passent bien entendu sous silence que ces roquettes répondent aux exactions de l’occupant (blocus humiliant, bombardements ciblés, agressions des pêcheurs, interdiction de cultiver, etc)...Et qu’elles sont, notamment, envoyées par les Palestiniens originaires de la région.
Chassés par les conquérants européens en 1948, ils se sont retrouvés – avec la clef de leur maison pour seul souvenir – dans les camps de refugiés de Jabalia ou Khan Younis. [9]
Ces villes et villages qu’ils bombardent aujourd’hui étaient les leurs !
Ils s’appelaient Asdud (Ashdod), Najd (Sderot), Asqalan (Ashkelon),... etc. [10]

Le plan Dalet était passé par là... sans parvenir à éradiquer la mémoire !

Parfois, le régime sioniste fait des "erreurs stratégiques" comme en 1987 quand, pour affaiblir le Fatah, il a soutenu la création du Hamas, ou en 2006 quand, en compagnie des USA, il collabora à la tentative de coup d’état menée par Mohammad Dahlan pour renverser la gouvernement de Gaza, légitimement élu. [11]

En 2014, le plan Dalet [12] est toujours opérationnel.
Il n’a, en réalité jamais cessé d’être au cœur de la politique israélienne.
Affirmer cela tient du fantasme ? C’est une vision simpliste ? Tendancieuse ?

Il suffit pourtant de regarder les cartes montrant les expansions territoriales année après année – celle de 2005 est déjà largement obsolète – pour constater que ce projet raciste n’a jamais été enterré.

Depuis plus de soixante ans, de conquête en conquête, d’annexion en occupation, de massacres organisés ou commandités (Sabra et Chatila), de meurtres ciblés (Naïm Khader... et tant d’autres), de propositions de paix truquées, de refus de respecter le droit international et les ordonnances de l’ONU ou du Tribunal de La Haye, au rejet de propositions de paix [13], les colonisateurs ont méthodiquement continué d’appliquer le plan de "désarabisation".

Cyniquement, avec le soutien des USA et la complicité de la plupart des pays européens, la plus grande puissance militaire du Moyen-Orient a aujourd’hui mis la main sur la quasi totalité de la "terre sainte" et mène en ce moment une action génocidaire contre le peuple palestinien de Gaza.
Ce qui ne l’empêche pas, pendant ce temps, de continuer à harceler les Palestiniens de Cisjordanie et de fermer les yeux sur les ratonnades fomentées, en Israël, par des milices sionistes fanatiques. [14]

Au moment où j’écris ces lignes, "Dalet" fait une pause et une fragile trêve s’est installée après la boucherie des dernières semaines. Ce moment de calme permettra au moins d’enterrer les quelques 2.140 morts Palestiniens (71% de civils, dont 555 enfants suivant le décompte de l’UNICEF !) et de soigner les milliers blessés laissés par "l’armée la plus morale du monde". [15]
Cette trêve permettra aussi de faire le deuil des 17 victimes (dont deux enfants) de Cisjordanie, abattues durant la même période dans les rues de Jérusalem ou d’Hébron par les "snipers" israéliens et de soigner les 2.139 blessés. [16]

Et Netanyahu continue de proclamer "Nous ne faisons que nous défendre !"
Il est vrai que pour le colonialiste, l’Histoire ne commence pas au moment où il envahit, massacre et expulse mais toujours au moment où l’opprimé se révolte et l’agresse, tout comme le violeur pour qui l’histoire ne commence pas au moment du viol mais quand sa victime le gifle.
C’est ainsi que les tartuffes sionistes font commencer l’horreur au moment où les roquettes s’abattent sur leurs villes et villages... Pas au début du crime de colonisation.

La Cisjordanie est pratiquement annexée, les habitants n’ont plus que des frondes pour se défendre.
Seule la bande de Gaza se bat encore les armes à la main.
Encore un effort, messieurs les colonialistes, l’apothéose du plan Dalet approche.

Encore quelques massacres pour atteindre votre objectif : l’éradication d’un peuple et l’asservissement des survivants !
... Et l’extrême-droite sioniste des pays occidentaux pourra jubiler !

Alors, les "Menschs" que je connais hausseront les épaules.
Ils savent depuis longtemps que ces compatriotes qui prétendent parler en leur nom, sont des manipulateurs au service d’une idéologie fasciste ! [17]
Ces "Menschs" dénoncent journellement ces agents de la "Hasbara" [18] qui avancent masqués et font croire à des citoyens crédules que des hordes de manifestants islamistes envahissent nos rues en hurlant "Mort aux Juifs" et que des pogroms (émeute avec pillage et meurtres !) ont même été fomentés à Bruxelles et à Paris durant l’opération "Barrière de Protection". [19]

Les "Menschs" sont insensibles au bourrage de crâne politique et ne font pas d’amalgame entre leur appartenance à la communauté juive et le régime de Netanyahu.
Ainsi, ils n’acceptent pas qu’un général israélien vienne, avec la collaboration de rabbins, faire du recrutement dans les synagogues. Ils se demandent d’ailleurs pourquoi le gouvernement ferme les yeux sur cette tentative d’embrigadement, alors qu’il met en prison ceux qui recrutent pour d’autres causes.
Ils ne sont pas les ennemis d’Israël, non !
Ils sont seulement pour un Israël "désionisé" dans lequel un citoyen est égal à un autre citoyen et ils refusent un régime dans lequel les Palestiniens sont considérés comme "des bêtes qui marchent sur deux jambes." [20]

Hajo Meyer qui vient de nous quitter affirmait : “Les Israéliens essayent de déshumaniser les Palestiniens, exactement comme les Nazis ont tenté de me déshumaniser. Personne ne devrait déshumaniser l’autre et ceux qui essayent de déshumaniser l’autre ne sont pas humains" [21]
Il fait partie de ces "Menschs" qui sont l’honneur de leur communauté.

Mais, pas d’angélisme ! Ils ne sont pas plus "pro-Hamas" que "pro-Fatah" et conservent leur esprit critique devant les dérives politiciennes de certains responsables.
Ils agissent seulement pour que justice soit rendue aux Palestiniens, pour que le Droit international soit appliqué et que les criminels de guerre soient jugés.

Ils refusent aussi de se faire manipuler par les medias qui parlent d’un conflit entre deux forces alors qu’il s’agit de la résistance d’un peuple contre une armée d’envahisseurs, ces medias qui omettent généralement de citer la "Résolution 37/43" de l’ONU qui "Réaffirme la légitimité de la lutte des peuples pour leur indépendance, leur intégrité territoriale et leur unité nationale et pour se libérer de la domination coloniale et étrangère et de l’occupation étrangère par tous les moyens à leur disposition, y compris la lutte armée."
Pour les "Menschs", cette résolution est un préalable à toute analyse des événements, à Gaza, Cisjordanie et en Israël même.

Parfois, certains d’entre eux s’énervent un peu contre ce qu’ils appellent les progressistes "mous" qui militent pour qu’Israéliens et Palestiniens vivent en paix, parlent de "concessions indispensables" mais restent évasifs sur la justice. Ils critiquent le régime sioniste mais ne s’opposent pas clairement à lui, fermant souvent les yeux sur son orientation fascisante et continuant de propager le mythe du "lien ethnique avec cette terre".

Les "Menschs" pensent surtout qu’il est plus qu’urgent de juger les crimes contre l’humanité perpétrés par les Netanyahu, Lieberman et autres fanatiques d’extrême droite... Et espèrent que de plus en plus de membres de leur communauté viendront grossir leurs rangs, derrière la bannière "Pas en notre nom !"

Alors, concitoyens de culture ou de religion juive, Mensch ou collabos silencieux du plan Dalet ?

Rudi Barnet

(28/8/2014)

[1Mensch survivant d’Auschwitz, anti-colonialiste et anti-sioniste, décédé en août 2014 (Info-Palestine)

[2Journal de Ben Gourion, repris par Ilan Pappe dans "Le Nettoyage Ethnique de la Palestine, P.174)

[3"Le Nettoyage Ethnique de la Palestine" de Ilan Pappe (Fayard, 2006)

[5Walid Khalidi, "Plan Dalet : The Zionist Master Plan for the conquest of Palestine"

[6Le "Mur de Séparation" de plus de 700 km annexe 9,4% de la Cisjordanie selon l’ONU (OCHA)

[7Sur ce massacre, voir "Kafr Kassem" le film de Borhane Alaouié (1073)

[8Rapport 2012 "Children in Military Custody" du Foreign & Commonwealth Office

[9Consulter le site web de l’UNWRA, l’organisme d’aide aux réfugiés de l’ONU (www.unrwa.org)

[10Fadwa Nassar :" Faire déguerpir les colons et vider les colonies" (Assawra du 22/8/2014)

[11Plan d’action initié par Me Condoleeza Rice, représentante des USA. Dahlan (alors chef des services de sécurité du Fatah, exclu de l’organisation depuis) assura, en Egypte, la formation de 4700 hommes qui échouèrent dans la tentative de prendre le pouvoir à Gaza.

[13En 2002, la Ligue des Etats arabes a proposé la paix au nom des 22 pays arabes et la création de deux Etats sur base de la frontière de 1967... Pas de réaction d’Israël à cette proposition.

[14Pour mémoire : Mohammad Abou Khdeir, 16 ans, enlevé et "incendié"à Jérusalem début juillet 2014

[15Voir les chiffres de Ziad Medoukh dans "La Feuille de Chou" (http://la-feuille-de-chou.fr/archives/70690)

[16Chiffres publiés par Haaretz et diffusés par "EuroPalestine"(www.europalestine.com/spip.php?article9831)

[17Dénonciation de Albert Einstein et Hanna Arendt dans le “New York Times“ du 2/12/1948

[18Ministère de la Propagande d’Israël

[19Déclaration (12/8/2014) de Mr Bruno Wajskop à la RTBF (www.rtbf.be/info/belgique/detail_conflit-a-gaza-a-bruxelles-des-juifs-ont-peur?id=8329020)

[20Menahem Begin, premier ministre, dans un discours à la Knesset en 1982

[21Déclaration de Hajo Meyer comme témoin au tribunal de Edimbourg en 2010


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 444 / 1934587