Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Notre camarade Michel Bilis : un homme debout

mardi 25 mars 2014 par le Bureau national de l’UJFP

Récemment, le CRIF affirmait bruyamment fêter son 70e anniversaire, se parant d’une filiation malhonnête avec les résistants juifs qui, en 1943, aux heures les plus sombres de la collaboration et du nazisme, créèrent le CRIF. Cette structure avait alors pour seule vocation de représenter et de défendre les droits et les intérêts physiques et moraux des Juifs qui survivraient à la tragédie en cours.

Ces femmes et ces hommes clairvoyants étaient d’authentiques résistants qui participaient activement aux combats contre les Nazis, contre Vichy, contre les collabos.

Ils combattaient la presse assassine telle « Je suis partout », « Gringoire », « Au Pilori », ses « journalistes » Drieu la Rochelle, Brasillach, Rebatet et tant d’autres voyous, pourvoyeurs de Drancy, des convois de déportation et coauteurs - par délégation - des assassinats des patriotes et des résistants effectués par la Milice et les agents français de la Gestapo.

Les temps ont changé certes.

Mais qui aurait pu imaginer que ce serait aujourd’hui des Juifs qui reproduiraient les méthodes et les pratiques des Drieu la Rochelle, des Brasillach, des Rebatet, qui déverseraient leur haine à l’encontre d’hommes et de femmes - Juifs, progressistes, anticolonialistes - soucieux de justice et de paix, soucieux du respect du droit international ; solidaires de fait de la résistance du peuple palestinien, victime de crimes commis par un État prétendant représenter les Juifs du monde entier, agir en leurs noms ?

Qui aurait pu imaginer que nous verrions des journalistes ou des gens s’affirmant tels, juifs de surcroît [*] , reproduire les pratiques criminelles des Brasillach et Drieu de la Rochelle à l’encontre d’hommes comme notre camarade Michel Bilis, le désignant à la vindicte d’hommes et de femmes trompés par l’ idéologie sioniste du gouvernement israélien propagée à longueur d’année par le CRIF et ses officines ?

Qui aurait pu imaginer qu’une organisation raciste, d’extrême droite, interdite aux États-Unis comme en Israël : la Ligue de Défense Juive – LDJ – continuerait à sévir en France, aurait pignon sur toile, organiserait des campagnes haineuses et de diffamation comme celle qui vise notre camarade Michel Bilis, candidat aux Municipales dans un arrondissement de Paris au prétexte que Michel est le traducteur de l’essayiste israélien Shlomo Sand ?

Nous ne pouvons taire qu’en réalité, la prose de cette organisation raciste et d’extrême droite utilisée contre Michel reproduit - mots pour mots- les articles de journalistes juifs accointés à l’ensemble de la presse sioniste française, parus ces derniers temps sur la toile.

On observe là, ce que nous ne cessons de dénoncer depuis des années : cette porosité politique préoccupante et assumée entretenue entre les différentes composantes du CRIF et cette officine d’extrême droite.

Face à ce déferlement de haine, à ces menaces à peine voilées, nous tenons à exprimer à notre cher camarade Michel Bilis notre entière solidarité, notre soutien absolu.

Honte à ces gens, propagateurs de la haine et du racisme en France !

Le BN de l’UJFP le 22 mars 2014

[*Lire par exemple sur le site JSSNews.com un premier article de Serge Salfati suivi d’un autre ou celui de Hélène Keller-Lind sur juif.org


Document(s) joint(s)

Communiqué de l’UJFP : Michel Bilis, un homme debout le 22-03-2014

24 mars 2014
info document : PDF
221.2 ko

Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 813 / 2401972