Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Message de solidarité de l’UJFP à Jean-Baptiste Eyraud, porte parole du DAL (Droit Au Logement)

jeudi 24 octobre 2013 par Jean-Guy Greilsamer, Pierre Stambul

Jean-Baptiste Eyraud a été agressé par les CRS le samedi 19 octobre. Vous trouverez ci-dessous la relation des faits par ATTAC France et le message de solidarité de l’UJFP.

Bonjour Jean-Baptiste,

L’Union Juive Française pour la Paix (UJFP) tient à te manifester sa solidarité suite à l’agression policière dont tu as été victime samedi dernier Place de la République à Paris, lors du rassemblement appelé par le DAL, dont tu es porte parole.
Ton dévouement, ta combativité et ta persévérance sont unanimement reconnus.

Nous apprécions particulièrement que le DAL refuse énergiquement tout racisme dans la politique du logement.
En cette période où Valls incarne la répression policière contre les exclus qui se révoltent, une solidarité active pour la justice, la dignité et l’égalité s’impose.

Ce sont ces idéaux qui guident l’UJFP, et c’est pour cela que nos chemins se rencontrent, aux côtés des victimes du racisme d’Etat qui se développe.

Nous te souhaitons un rapide rétablissement et t’adressons nos amitiés militantes,

Pour l’Union Juive Française pour la Paix,

Jean-Guy Greilsamer et Pierre Stambul,
coprésidents


Jean-Baptiste Eyraud passé à tabac par les CRS : deux côtes cassées, silence radio ?

Ce qui s’est passé samedi après-midi place de la République à Paris est à la fois banal et indigne. Banal parce que la répression contre les mouvements sociaux est devenue une routine quotidienne dans notre pays, sous Manuel Valls comme sous Brice Hortefeux, et en particulier contre les sans logis ou les sans emploi.

Indigne parce que les forces de l’ordre ont dispersé violemment et illégalement un rassemblement déclaré de façon parfaitement légale par le DAL place de la République. Plusieurs mères de famille ont été frappées. Jean-Baptiste Eyraud, le porte parole du DAL, a été roué de coups de pieds alors qu’il s’était assis par terre en attendant de pouvoir sortir de l’encerclement policier auquel les manifestants étaient soumis. Il a eu deux côtes cassées. Pas de dépêche des agences de presse, pas un mot dans la plupart des quotidiens, silence à la radio.

Les CRS et leur hiérarchie présente sur place ce samedi 17 octobre ne pouvaient ignorer qui est Jean-Baptiste Eyraud. Depuis vingt ans il lutte avec le DAL contre l’indifférence et le silence qui entoure le drame des sans logis et des mal logés. Par son activité inlassable et son énergie communicative, il a permis aux sans logis de disposer d’un outil et une voix écoutée et respectée. Il contribue sans trêve à mettre à nu les contradictions entre les discours et les actes des politiciens, prolixes en promesses mais avares en réalisations.

En frappant Jean-Baptiste Eyraud, les forces de l’ordre n’ont pas agi au hasard : cibler une de ces figures les plus connues vise à répandre la peur dans tout le mouvement social. Ce gouvernement est aussi dur avec les démunis qu’il est prévenant envers les grands patrons et banquiers. La Préfecture de Paris et Manuel Valls doivent cesser leurs agissements brutaux et illégaux. Le gouvernement doit appliquer la loi DALO, le droit à l’hébergement, les réquisitions de logement. En s’engageant dans une politique répressive indigne, le gouvernement saccage les principes de solidarité et de justice, seuls à même de faire barrage à la droite extrême.

Attac France,

Paris, le 22 octobre 2013

http://www.france.attac.org/articles/jean-baptiste-eyraud-passe-tabac-par-les-crs-deux-cotes-cassees-silence-radio


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 279 / 1982541