Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Georges Ibrahim Abdallah et les quartiers

samedi 10 août 2013 par Soraya Chekkat

Il est une question qui me chagrine à chaque fois qu’on me la pose : c’est quoi le rapport entre les quartiers et Georges Abdallah ?
Quel est le lien qui unit nos luttes ?
Cette question me tue et à chaque fois j’ai comme l’impression que le sol se dérobe sous mes pieds tant je me rends compte des victoires d’un système qui a su cloisonner nos luttes au point de nous désunir totalement !
Le marasme dans lequel sont plongés l’ensemble des quartiers est bien dû à un traitement néo-colonial des populations qui les composent. Ces anciens indigènes et assimilés (t’habites dans un quartier, on te fout dans le même sac !) suivis de leur descendance subissent les conséquences d’un continuum colonial : discrimination à l’emploi, au logement, assignation à territoire, violence d’Etat en toute impunité, inégalité de traitement face à l’organe judiciaire, inégalité des droits ... le tout agrémenté des complicités du politique qui, quel que soit le bord, instrumentalise les luttes des quartiers et des immigrations pour s’assurer quelque victoire au hasard des échéances électorales ... Je ne parle pas de la cécité/surdité des journalistes qui prolongent l’hypocrisie des médias à la solde du pouvoir à la sauce « 90 minutes d’enquête » et autres piteuses bêtises médiatiques ! On n’est pas obligé de gober me direz-vous ? On a encore le pouvoir de la télécommande : zappons donc camarades !
A cela se rajoute la précarisation à outrance des populations des quartiers. Autre assignation : pauvreté, dépendance à l’aide sociale, absence de volonté politique d’autonomisation, pas de traitement efficace contre la délinquance ... Assignation au non-droit !
Des luttes aux entrées multiples, classe/race, qui peuvent se résumer ainsi : la lutte anticapitaliste et anti-impérialiste.
Ce sont là les combats que mène Georges Ibrahim Abdallah qui a vu son pays, le Liban, envahi, agressé, meurtri par la puissance coloniale israélienne comme nos parents ont vu la France venir agresser leur pays ...Qui a vu les massacres de Sabra et Chatila ? Qui sait la Syrie divisée du fait des volontés impérialistes de la France qui a créé le Liban en 1920 séparant un peuple au nom d intérêts purement économiques et politiques ? La France et l’art de la division. ... Qui a vu sous ses yeux la destruction de l’Etat palestinien et l’exode de millions de palestiniens ? Qui a vu les conditions de vie des Palestiniens dans les camps de réfugiés ? Qui a choisi de rentrer en lutte et d’accuser les puissances impérialistes d’user des colonies de peuplement pour asseoir leur soif de pouvoir et de richesse, d’user de leur force pour anéantir les espoirs de paix entre les peuples ? Qui a refusé l’attentisme et qui a pris les armes comme les bandits des Aurès ou ces fous de Moulin et Jaurès ? Qui a été arrêté avec la promesse d’être libéré suite à des tractations politiques et qui est resté enfermé (le politique ment, on devrait tous le savoir depuis le temps) ? Qui a été libéré par la justice française en 2013 ? Qui a été maintenu malgré tout en prison après l’intervention des USA et d’Israël dans son procès ?
Politique ! Tout est politique ! Le destin de Georges, le nôtre, le vôtre ... Nos emplois, nos factures , notre droit à pratiquer notre culte, notre liberté d’expression, notre droit à lutter contre les injustices et contre les inégalités, même l’heure où on se couche ... Tout est finance et politique !
Tout nous lie à Georges Ibrahim Abdallah. C’est le même système qui nous tue, nous enferme, nous discrimine, nous oublie ... Et tous ceux qui comme Georges ont dénoncé cela - quels que soient les moyens - seront comme lui taxés de criminels : l’arme déjà ancienne du système, c’est de criminaliser le peuple en lutte. Des émeutiers dans les quartiers ou des militants contre les violences policières à Georges, il y un point commun certain : pour eux, il y aura toujours de la place en prison malgré la surpopulation pénitentiaire, ce qui fait des voeux européens pour des prisons à visage humain une vaste fumisterie. Autre point commun : les quartiers, comme l’ immigration , comme les précaires, comme Georges, ont été oubliés des politiques de gauche ... sauf à échéance électorale bien entendu...
Quand on cessera la danse du ventre pour ce système en vue de servir des intérêts personnels et nos egos de merde on se souviendra peut-être de ce qui nous unit ... on sera plus fort ... et alors nos amis seront enfin libres !

Une pensée pour les prisonniers politiques de Villiers-le-Bel qui ont agi pour leur quartier et contre les violences policières pendant que d’autres continuent à danser ...

Soraya Chekkat


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 634 / 2036922