Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


PETITION CONTRE L’EXISTENCE D’UNE CLASSE GHETTO A SAINT-FONS

mercredi 30 janvier 2013 par RESF

c.l.a.s.s.e.s.

Collectif Lyonnais pour l’Accès à la Scolarisation Et le Soutien aux Enfants des Squats

PETITION CONTRE L’EXISTENCE D’UNE CLASSE GHETTO A SAINT-FONS Rhône

Des parents roumains, occupants sans droit ni titre d’un terrain à St Fons, dans l’agglomération lyonnaise, demandent en septembre 2012 la scolarisation de leurs enfants.

La mairie de Saint-Fons refuse, malgré son obligation légale, de scolariser ces enfants et de domicilier les familles en vue d’obtenir l’Aide Médicale d’Etat.

Des pressions conjointes s’exerçant, la mairie ouvre le 22 novembre 2012 une « classe » pour ces enfants rroms afin de satisfaire à son obligation de scolarisation, mais refuse l’accès au restaurant scolaire et la scolarisation des enfants de moins de 6 ans.

La mairie a mis à disposition un local au 2ème étage d’une école désaffectée où il n’y ni téléphone, ni point d’eau. Le seul sanitaire se trouve au rez-de-chaussée où la police municipale a ses bureaux.

25 enfants recensés sur le terrain, pour la grande majorité non-francophones et non-lecteurs, sont regroupés dans cette salle. Leur enseignante a été récemment recrutée par la Direction Académique avec un statut précaire de vacataire. Une 2ème enseignante vacataire en attente d’une autre affectation, l’a accompagnée jusqu’à début janvier. Depuis son départ, des enseignantes d’UPE2A (nouvelle dénomination des CLIN) viennent à tour de rôle la seconder. A partir de février ce sera le tour d’une étudiante stagiaire bénévole.

Nous dénonçons le caractère discriminatoire de l’ensemble des décisions qui ont été prises :

—  l’ouverture d’une classe ghetto pour 25 enfants rroms les excluant de fait de toute socialisation et intégration.
—  l’absence de cantine, alors que ces enfants ont particulièrement besoin de manger un repas chaud compte tenu de leurs conditions de vie.
—  les conditions matérielles inacceptables.
—  un fonctionnement ne respectant pas les textes de l’Education nationale.
—  une succession d’enseignants (4 en 2 mois et bientôt une nouvelle personne stagiaire), qui affaiblit la relation à construire avec chacun.
—  la précarité des situations des personnels enseignants (vacataires, stagiaire bénévole) confrontés à des situations extrêmement difficiles.

Nous exigeons :

—  l’inscription de ces 25 enfants dans des classes ordinaires de la commune de Saint-Fons comme le stipule la circulaire n° 2012-141 du 2-10-2012 afin de favoriser leur intégration sociale et les faire progresser en langue française.
—  la prise en charge de ces élèves dans un dispositif UPE2A avec leur enseignante actuelle dans une salle de classe d’une école de Saint-Fons.
—  l’affectation de moyens supplémentaires en personnel pour prendre en charge correctement tous les enfants, sans réduire pour autant les heures des enseignants des UPE2A des autres écoles.
—  l’inscription de ces enfants au restaurant scolaire.
la possibilité de scolariser les enfants à partir de 4 ans, comme c’est le cas pour les autres familles résidentes de la commune.

Cette pétition avec ses signatures sera remise le 18 février 2013 à :
Madame le Maire de Saint-Fons,
Madame l’Inspectrice de la circonscription de Saint-Fons.

Signer la pétition sur le site de RESF


RESF

Articles de cet auteur

Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 567 / 1931542