Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


ENSEMBLE DES VOIX JUIVES ET ARABES APPELLENT LA POPULATION FRANCAISE A BRISER L’ ETRANGLEMENT DE GAZA

mardi 15 janvier 2008

Un million et demi d’hommes de femmes et d’enfants qui y vivent sont punis, d’une part, en tant que Palestiniens qui ont porté au pouvoir le Hamas, lors d’ élections démocratiques et contrôlées par l’Union européenne, et d’autre part, parce qu’.après la rupture entre le Hamas et le Fatah, l’Etat d’Israël a décrété la bande de Gaza « entité hostile ».

Ils sont privés d’électricité, des produits de base indispensables à l’alimentation, aux soins. Leur vie est menacée. Leur droit à la vie, à la santé est soumis au diktat du gouvernement israélien qui décide de ce qui peut entrer. En plus de ces violations graves du droit humanitaire international, l’armée israélienne continue et les incursions au cours desquelles de nombreux citoyens palestiniens sont tués, et les attentats ciblés, malgré la rencontre d’Annapolis.

Aujourd’hui, le gouvernement israélien justifie la programmation prochaine d’une action militaire d’envergure sur l’ensemble de la Bande de Gaza, au prétexte que celle-ci a été déclarée « Entité Hostile » - expression ignoble qui vise à l’exclure -ainsi que ses habitants- de la géographie humaine et de toute terminologie internationale politique, sociologique.

Nous devons Refuser le déni du droit dont est victime l’ensemble du peuple palestinien. Nous devons refuser le sociocide de la société palestinienne dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie. Nous devons refuser et dénoncer les violations dont sont victimes les Palestiniens et nous devons exiger que les responsables israéliens des crimes de guerre ne bénéficient pas de l’impunité. Nous devons exiger que la communauté internationale respecte et fasse respecter les obligations des normes du droit international.

Le refuser ensemble juifs et arabes, avec tous les Français, tous les peuples, c’est affirmer qu’il n’y a pas de fatalité, pas de « camp du mal » contre le camp du bien qui sépareraient juifs et arabes. C’est affirmer que la ligne de fracture n’est pas celle que Bush veut imposer au monde, mais celle qui sépare le respect du droit du déni de droit, celle qui reconnaît qui est la victime et qui est le bourreau, celle qui dit que le conflit n’est ni religieux ni ethnique, mais politique, et qu’il a des solutions dans le respect du droit international.

Aider le peuple de Gaza à vivre, c’est donner un message d’espoir à l’ensemble du peuple palestinien ; c’est lui réaffirmer la solidarité des peuples du monde qui exigent avec lui que ses droits soient reconnus, respectés, et enfin appliqués ; c’est refuser toutes les formes de racisme qui cherchent aujourd’hui à diviser le monde. C’est, ensemble, dire que le peuple palestinien doit devenir un membre à part entière de la communauté internationale.

Pour affirmer cette solidarité, l’UJFP et l’ATMF organisent une collecte nationale pour aider le peuple palestinien pris en otage à Gaza. Les sommes recueillies seront verséesé au Centre palestinien des droits humains -PCHR- de Gaza.

Les contributions sont à adresser à l’ATMF : 10 rue Affre, Paris 75018
ou à l’UJFP : 21 ter rue Voltaire Paris 75011
à l’ordre de GAZA 2008.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 88 / 1917220