Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Israël-Palestine : le CSA juge impartial le travail du magazine “Un œil sur la planète”

mercredi 18 janvier 2012

Saisi par plusieurs organisations juives, le CSA a jugé “respectueux des règles déontologiques” l’enquête réalisée par le magazine de France 2 sur la création d’un Etat palestinien.

Télérama Le 17 janvier 2012

C’est un communiqué qui apportera peut-être un point final à « l’affaire » déclenchée en octobre dernier par le magazine Un Œil sur la Planète. Comme nous l’écrivions alors, la remarquable émission de France 2, intitulée « Un Etat palestinien est-il encore possible ? », avait déclenché une forte polémique sur sa supposée partialité pro-arabe. Des centaines de mails de protestation avaient été envoyés à la chaîne, le présentateur Etienne Leenhardt avait été menacé, l’ambassadeur d’Israël et le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) avaient même demandé à être reçus par la direction de France Télévisions – ce que cette dernière accepta, suscitant l’ire des syndicats de journalistes. Enfin, plusieurs organisations juives avaient annoncé avoir saisi le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.

Aujourd’hui, France 2 rend enfin public l’avis du CSA, prononcé le mois dernier après « un examen approfondi » du magazine de la rédaction de France 2. Que dit-il ? Que « les commentaires (de l’émission) font état de torts partagés dans l’enlisement de la situation et l’accroissement de la violence et de l’incompréhension » et que le « respect de la diversité des points de vue est assuré par la succession des interventions de Palestiniens et d’Israéliens avec la présentation, dans les deux cas, d’opinions diverses et souvent opposées ».

Le Conseil des sages n’estime donc pas que le propos soit entaché d’une quelconque partialité : « Le travail de l’équipe d’Un œil sur la Planète apparaît ainsi respectueux des règles déontologiques inscrites dans le cahier des charges de France Télévisions. Ce programme ne contrevient pas non plus à la recommandation du Conseil du 7 décembre 2004 concernant les risques de transposition des conflits internationaux sur le territoire national en exacerbant les tensions entre communautés. » Un jugement clair et sans appel.

Lucas Armati

Le 17 janvier 2012


NDLR : voir aussi à ce sujet :

- Alerte à la censure : le CRIF n’a pas à faire sa loi !
-  Lettre de Patrick Boitet, Rédacteur-en-chef d’ "Un Oeil sur la planète", France 2


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 85 / 2462484