Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Israël : Bruxelles s’inquiète des discriminations contre la minorité arabe

mercredi 18 janvier 2012

Dans un rapport l’Union européenne souligne les inégalités, notamment économiques, dont est victime la population arabe.

L’Union européenne s’inquiète de la multiplication de projets de loi visant à affaiblir le statut de la minorité arabe.

L’Union européenne s’inquiète des discriminations qui touchent la minorité arabe vivant en Israël dans un document de travail confidentiel des ambassadeurs européens en poste à Tel-Aviv, le premier rapport du genre sur ce sujet sensible. "Nous devons considérer la façon dont Israël traite ses minorités comme un problème central, et pas secondaire, par rapport au conflit israélo-palestinien", souligne ce document de 27 pages. L’UE n’avait jusqu’à présent pas rédigé de rapport spécifique sur la minorité arabe d’Israël (plus de 1,3 million de personnes), composée des descendants des 160 000 Palestiniens restés sur place en 1948, à l’issue de la guerre qui a accompagné la création de l’État d’Israël. L’UE publie en revanche régulièrement des rapports sur la situation des Palestiniens à Jérusalem-est et en Cisjordanie.

Les ambassadeurs européens soulignent qu’il est de l’intérêt même d’Israël, afin de lutter contre ceux qui tentent de le "délégitimer", d’honorer la mission assignée par ses fondateurs d’"un État pluraliste, tolérant et d’une démocratie ouverte, d’un État juif dans lequel les droits des non-Juifs sont respectés". Le rapport souligne que les Arabes israéliens, qui représentent aujourd’hui 20 % de la population israélienne, sont victimes d’inégalités, notamment dans le domaine économique. "La situation de la population arabe d’Israël est de façon quantifiable plus mauvaise que celle de sa majorité non arabe en termes de revenus, d’éducation, d’accès au logement et à la propriété", peut-on lire dans le rapport.

"La situation se détériore"

Reprenant les chiffres du Bureau central israélien des statistiques, le document souligne que "les indicateurs économiques récents montrent que la situation économique des Arabes israéliens est statique ou se détériore (...) Les revenus moyens dans la communauté arabe israélienne en 2008 ne représentaient que 61 % de ceux des foyers juifs, contre 69 % en 2003". Le document s’inquiète de possibles discriminations politiques, via la multiplication de projets de lois, soutenus par le gouvernement de droite de Benyamin Netanyahou, visant à affaiblir le statut de la minorité arabe. Les ambassadeurs soulignent cependant que "jusqu’à présent le système de contrôle assuré par les lectures successives à la Knesset et les recommandations du conseiller juridique du Parlement israélien ont permis de bloquer les projets les plus discriminatoires".

Le rapport ne limite pas ses critiques à Israël, dénonçant les "prises de position extrêmes" et systématiquement hostiles à l’État hébreu de certains responsables politiques et religieux arabes israéliens qui "nourrissent les accusations de manque de loyauté au sein de la population juive". Dans ses recommandations, l’UE propose notamment de "surveiller et faire pression contre des projets de loi discriminatoires" proposés à la Knesset. Selon le quotidien israélien Haaretz, citant des sources diplomatiques, les recommandations ont cependant été éliminées du document final, à la suite d’objections de plusieurs pays, notamment des Pays-Bas, de la République tchèque et de la Pologne. Il a aussi été qualifié de "document de réflexion".

"Ce rapport, dont l’élaboration a commencé il y a un an environ, a fait l’objet de plusieurs séances de discussion, chacun des 27 pays de l’Union ayant sa vision des choses", a déclaré Roelof Buffinga, numéro deux de l’ambassade des Pays-Bas à Tel-Aviv. Israël a refusé de se prononcer sur le contenu du document aussi longtemps qu’il n’a pas été porté officiellement à sa connaissance, mais un haut responsable, parlant sous le couvert de l’anonymat, s’est élevé contre une possible "ingérence européenne" dans les affaires de l’État hébreu.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 111 / 2351269