Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Pour une nouvelle conférence de Durban

mardi 3 juin 2008

Par Mireille Mendès-France (*)

A un an de la prochaine conférence mondiale de l’Onu contre le racisme, les tentatives se multiplient pour en empêcher la tenue.

(Article paru dans Politis 1004 semaine du 29 mai au 4 juin)

En septembre 2001, à Durban, la conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance, avait eu lieu trois jours avant les attentats du 11 septembre. Elle s’était achevée sur une déclaration et un plan d’action contre le racisme, obtenus à l’arraché, après le retrait des délégations américaine et israélienne pour protester contre la mise en cause d’Israël.

En Juin 2009, vraisemblablement une fois encore en Afrique du Sud, doit se tenir la 4ème conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance.

Mais la difficulté de trouver un lieu et de financer une telle rencontre donne déjà un aperçu des réticences qui existent pour de nombreux pays. Il est vrai qu’en 2001, deux sujets avaient focalisé les débats de la conférence : la question de la Palestine et celle de l’esclavage. Ainsi, la déclaration finale approuvée par les 161 pays représentés, mentionnait la préoccupation des délégués sur "le sort du peuple palestinien vivant sous occupation étrangère" mais ne condamnait pas l’Etat d’Israël, à qui elle reconnaissait "le droit à la sécurité" dans la région. Les Etats auraient été bien inspirés de préciser que si le droit à la sécurité existe pour Israël, il ne peut être revendiqué que si cet Etat respecte son obligation de cesser tout crime de droit international, tout acte de terrorisme d’Etat, et de se retirer de manière inconditionnelle et immédiate de tous les territoires palestiniens occupés.

L’esclavage et la traite, autre thème conflictuel de la conférence, sont qualifiés de "crime contre l’humanité", sans que la déclaration appelle à des excuses ou à des réparations financières, ce que demandaient aussi bien les groupes africains qu’afro américains. Dans leur déclaration, les ONG, quant à elles, soulignaient que l’esclavage, le commerce des esclaves, le colonialisme et l’occupation étrangère ont créé des injustices dont les conséquences continuent de se faire sentir jusqu’à aujourd’hui. Elles reconnaissent le droit des victimes à une réparation sous toutes ses formes.

Il serait utile de revenir sur la question de l’esclavage, de la colonisation et des réparations éventuelles. Les questions d’hier sont toujours sans réponse aujourd’hui. L’esclavage est une atteinte manifeste au Droit de chacun sur sa propre personne. Qui peut réclamer réparation ? Les victimes ou leurs ayants droit, s’ils existent ? Qui doit payer ? Les agresseurs ou ceux qui détiennent les titres de propriété illégitimes ? Les individus sont ils responsables des actes commis par les hommes de l’État ?

Autour de ces questions s’est organisée la fronde contre cette conférence que certains pays occidentaux ont tentée de délégitimer et que certaines ONG ont essayé d’instrumentaliser. Fortes pressions sur d’autres. En définitive, les questions comme les migrations, le sort peuples indigènes ou le droit des peuples à l’autodétermination sont restées en suspens, prises en otage…

Le plan d’action décidée en 2001 prévoyait la tenue d’une conférence pour assurer le suivi. Or, l’organisation de cette 4ème conférence commence mal : les Etats-Unis persistent dans leur refus de participation, le Canada et Israël menacent de ne pas s’y rendre et la France fait pression sur l’Union européenne pour qu’aucun pays de l’Union n’y participe. Du côté des ONGs, certaines ne sont là que pour dénoncer l’attitude supposée « partiale » du Conseil des droits de l’homme et du Conseil de sécurité à l’égard de l’Etat d’Israël. Chaque intervention est bonne pour provoquer un clash qui mettrait fin au processus.

Il faut la conscience de nombreux pays du groupe africain pour déjouer les tentatives de ceux qui affirment à l’instar de Caroline Fourest que « l’illusion d’un consensus mondial autour de l’universalité des droits de l’homme est en passe de voler en éclats ». Pour Caroline Fourest, « l’inquiétante tournure prise par la Conférence contre le racisme organisée à Durban au début de septembre 2001 n’était qu’un symptôme. Depuis, le mal s’est considérablement aggravé ».

Mais, « l’universalité des droits » a-t-elle jamais existé ? La Charte des Nations Unies a tenté de surmonter ces contradictions en énonçant notamment le principe juridique du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, qui coexistait avec la consécration du système de tutelle sous le chapitre XII. La Charte ne remet cependant pas radicalement en cause la domination coloniale, le droit des peuples restait un principe sans contenu réel. Mais il ne sera réalité que lorsqu’il coïncidera avec les luttes des peuples contre la domination coloniale se concrétisant dans la souveraineté, c’est -à- dire, dans l’indépendance politique de l’Etat.

Dans le contexte de recomposition du monde imposée par les forces financières et militaires, délégitimer l’ONU est particulièrement grave. L’extension planétaire du modèle socio-économique néolibéral est concomitante à une violence structurelle : guerres d’agression contre les peuples, destruction de la protection des droits humains qui passe par la banalisation généralisée de la torture, des enlèvements, des exécutions sommaires, des assassinats et des massacres de civils ; banalisation des racismes dans les pays développés sous de nouvelles formes telles que les politiques répressives envers les migrants, l’institutionnalisation de la xénophobie d’état… et son cortège de lois liberticides, proprement racistes, comme cela est le cas dans de nombreux pays européens, avec en réaction le retour du repli identitaire ou religieux.

Devant de tels dégâts, et de telles menaces, la tenue de la 4ème conférence est essentielle. Elle doit impérativement avoir lieu, peu importe le lieu et la durée. Cette conférence doit être le signal affirmant que les dominés commencent à reconquérir leurs droits, à faire prévaloir d’autres valeurs telles la solidarité entre les peuples, la coopération, le partage des richesses, le droit au développement, etc.

Cette conférence faite pour les peuples doit montrer la capacité de réaction des dominés face aux coups de force des dominants.

Et leur refus de voir s’instaurer la délégitimation de l’Onu, de ses instruments et mécanismes comme le conseil des droits de l’homme.

Le mouvement altermondialiste doit s’investir dans la préparation de cette conférence. Notamment, lors des conférences régionales de préparation au Brésil en juin et au Nigéria en octobre afin que se fassent entendre la volonté des mouvements sociaux de refuser et de combattre les nouvelles formes de racisme, l’institutionnalisation de la xénophobie et les politiques liberticides et racistes mises en place par de nombreux Etats.

*Mireille Fanon-Mendès France est membre de l’UJFP, du Cedetim et de la Fondation Frantz Fanon et collaboratrice parlementaire de Patrick Braouezec, député de la Seine-Saint-Denis.

Information supplémentaire suite à la réunion -très courte- des Etats le 26 mai :

- La 4ème conférence contre le racisme, la xénophobie et la discrimination se tiendra à Genève du 20 au 24 avril 2009

- La réunion Amérique latine préparatoire régionale pour les ongs se tient la semaine prochaine au Brésil

- La réunion préparatoire régionale Afrique se tient en août au Nigéria

- Le prochain prep com des Etats se tiendra au mois d’octobre prochain dans les locaux de l’ONU à Genève.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 28 / 2300305