Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Ignominie et vol israéliens Michel Warshawski

jeudi 21 août 2008

mercredi 13 août 2008 - 06h:47
Michel Warschawski

Chaque jour qui passe réduit la dette financière d’Israël à l’égard des survivants de l’Holocauste.
Une fois encore, la juge Dorner, présidente de la commission d’enquête nationale sur la question de l’aide aux rescapés de l’Holocauste et le Premier ministre israélien se retrouvent opposés sur la question de la morale. Alors que la commission Dorner a conclu qu’il fallait fixer les allocations attribuées aux rescapés à 75% de l’indemnité versée par l’Allemagne à Israël pour chaque survivant, et alors que cette recommandation devait être immédiatement appliquée, le Premier ministre tente encore une fois de gagner du temps. Le différend sur le temps est beaucoup plus important que celui sur le montant car le temps joue contre les survivants, la quasi-totalité d’entre eux étant arrivés à un âge avancé.

Chaque jour qui passe réduit la dette financière d’Israël à l’égard des survivants du génocide des Juifs d’Europe. La décision du gouvernement de reporter à 2009 le débat sur les recommandations de la commission signifie que leur application va être repoussée d’un an et qu’à nouveau, des milliers de survivants supplémentaires vont être privés de ce qui leur revient de droit, alors que déjà, aujourd’hui, le nombre de rescapés ne cesse de se réduire. Il ne s’agit pas seulement d’un vol manifeste, mais aussi d’une profanation choquante de la mémoire du génocide ainsi que des rescapés. Sans le génocide, il est vraisemblable que l’Etat d’Israël n’aurait pas vu le jour, et cela pour deux raisons : d’abord, il est vraisemblable que sans le génocide et les centaines de milliers de rescapés dont aucun Etat ne voulait, il n’est pas du tout sûr que la communauté internationale aurait apporté son soutien à la création d’Israël à une époque où le monde entamait un processus de décolonisation. Ensuite, l’essentiel des compensations financières versées par l’Allemagne l’a été à l’Etat d’Israël et non aux survivants et aux familles des victimes. Sous la pression du Congrès Juif Mondial et du congrès Sioniste Mondial, l’Allemagne a décidé d’indemniser les juifs collectivement, en passant par l’Etat d’Israël qui se présentait lui-même, sans absolument aucune justification, comme l’organisme représentatif du peuple juif à travers les âges ! L’infrastructure des débuts d’Israël a été montée avec les centaines de millions de dollars versés par l’Allemagne de l’Ouest en compensation de génocide des Juifs d’Europe.
Il faut noter que faire de l’Etat d’Israël le représentant des communautés juives anéanties était de fort mauvais goût, c’est le moins que l’on puisse dire. Comme l’on sait, la direction sioniste ne s’est pas surmenée pour tenter de sauver les Juifs d’Europe, ni avant ni pendant la guerre même s’il faut, il est vrai, noter que ses capacités étaient limitées. En ce qui concerne le degré d’empathie à l’égard des victimes et des rescapés, Israël ne reçoit pas non plus une bonne note - et là encore, c’est le moins que l’on puisse dire. Le Septième Million de Tom Segev nous livre des témoignages interminables sur le manque de sensibilité de la direction sioniste envers les victimes de l’Holocauste.
Voilà pour l’histoire. Pour autant, le comportement de l’époque parait bien fade comparé à celui des dirigeants actuels. Leur atermoiement à répondre aux recommandations de la Commission Dorner fait de ces dirigeants de véritables voleurs, c’est aussi simple que cela. Ils volent les plus miséreux, à la vue de tous et sans absolument aucun scrupule. A défaut d’empathie et de respect, qu’au moins alors la dette d’Israël aux survivants de l’Holocauste l’oblige, et oblige ses dirigeants, à leur garantir une vieillesse respectable et aisée. Pourtant, tel n’est pas le cas ! En Israël, des milliers de survivants subsistent au seuil de la faim et endurent des conditions de vies difficiles à décrire.
Il est aisé d’imaginer ce qui se produirait si un autre Etat dans le monde traitait les survivants du génocide avec ne serait-ce que le dixième du cynisme dont fait preuve Israël à leur égard : Israël et ses porte-parole dans la presse occidentale lanceraient une immense campagne internationale contre l’Etat antisémite qui profane les victimes de l’Holocauste. Seulement voilà, ce qui est interdit aux Pays-Bas, à la France et bien sûr à l’Allemagne, est permis à l’Etat des juifs. Et si c’est ainsi que les dirigeants de l’Etat agissent à l’égard de leurs parents qui ont survécu, de la chair de leur chair, de ce qui reste des communautés juives d’Europe, alors comment s’attendre à ce qu’ils fassent preuve d’empathie et de justice à l’égard de la population palestinienne locale ?
La violation des droits palestiniens est naturellement consécutive à l’entreprise sioniste. La façon dont celle-ci traite quelques milliers de survivants juifs très âgés jette une autre lumière sur sa cruauté envers les Palestiniens : les dirigeants sionistes sont tout simplement mauvais, glacés et insensibles.
Juste une note personnelle : il y a deux décennies, la juge Dorner faisait partie du tribunal d’assises qui m’a condamné à la prison, et elle avait même suggéré d’augmenter la peine que les autres juges m’infligeaient. A la lumière du saint travail qu’elle a fourni pour les droits des survivants de l’Holocauste, et de sa position résolue contre le gouvernement pour son vol qui est grave, je lui pardonne du fond du cœur.


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 40 / 2125290