Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Un appel à la raison bien déraisonnable

mardi 4 mai 2010 par Rudolf Bkouche

Un appel doit être publié sous le titre JCall qui se veut un appel à la raison sur la question Israël-Palestine. Cet appel lancé par des Juifs d’Europe veut être l’analogue du JStreet des Etats-Unis. Mais si JStreet se présente comme un autre lobby juif (il faut entendre le terme lobby au sens anglo-saxon, un groupe de pression) pour contrer le pro-israélisme d’AIPAC, JCall apparaît essentiellement comme un appel à sauver Israël d’une politique israélienne qui le conduit, selon les auteurs du texte, au naufrage. Mais JCall oublie que la politique israélienne du gouvernement actuel à l’encontre des Palestiniens s’inscrit dans la continuité et que cette politique, avant que d’être la politique de tel ou tel parti est inspirée par une idéologie, le sionisme, C’est le sionisme qui est en cause et les geignardises de "partisans de la paix" n’y peuvent rien. Se contenter de condamner la politique israélienne actuelle n’est qu’un leurre. Que les auteurs de ce texte soient sincères ou non importe peu.

Plutôt que de reprendre point par point les quatre principes de l’appel, nous nous proposons démontrer en quoi ce texte n’ouvre aucune perspective, se contentant de ressasser le discours du sionisme de gauche.

Le point essentiel de l’appel est le renvoi à l’Etat juif et démocratique, leit-motiv du discours sioniste de gauche. Quand bien même la solution : "deux peuples, deux Etats" serait encore possible, on ne peut que rappeler que 20% de la population de l’Etat d’Israël dans ses frontières de 1949 définies par ce que l’on appelle la ligne verte est palestinienne et n’a aucune raison de devenir juive si on donne à ce terme la définition nationale de la doctrine sioniste. Dans ces conditions, demander que l’Etat d’Israël soit un Etat juif et démocratique revient à refuser la citoyenneté à une partie de sa population conduisant à une politique de discrimination, sauf à réaliser l’expulsion de la partie non juive de la population, ce que certains appelle pudiquement le transfert. En soutenant le principe d’un Etat juif et démocratique l’appel se situe dans un sionisme intransigeant oubliant que l’Etat d’Israël s’est construit au détriment des habitants de la terre sur laquelle il s’est constitué.

Il est vrai que l’appel répond à ce qu’il considère comme un danger, la démographie. Des lorsqu’il a décidé de construire l’Etat juif en Palestine, le sionisme a rencontré le problème démographique. Il s’est alors donné pour objectif de renverser la démographie de la Palestine en renforçant l’immigration juive, politique facilitée par le refus des Etats européens de recevoir les Juifs qui fuyaient les persécutions nazies. Après la décision de partage par l’ONU et la guerre de 1948, l’Etat d’Israël se retrouvait avec 78% du territoire palestinien, situation qu’il acceptait en attendant mieux. Le mieux est arrivé en 1967 avec l’achèvement de la conquête de la Palestine. Mais le gouvernement israélien de l’époque ne pouvait annexer les territoires conquis, ce qui lui aurait apporté un surplus de population indésirable. Si, pour des raisons d’ordre symbolique l’Etat d’Israël annexait Jérusalem promis à devenir la "capitale éternelle" de l’Etat d’Israël, les gouvernements israéliens, à commencer par les gouvernements de gauche au pouvoir en 1967, ont pratiqué une politique d’annexion rampante sous la forme d’implantations, appelés communément en français "colonies". Ces annexions de fait rendent impossible la mise en place d’un Etat palestinien viable. Au mieux un tel Etat ne serait qu’une dépendance de l’Etat d’Israël.

Tout cela l’appel ne le dit pas en laissant entendre que la solution réside dans le principe "deux peuples, deux Etats". Rappelons que cette solution a été proposée par Yasser Arafat en 1988 et renouvelé en 1993 avant la signature des Accords d’Oslo, proposition que l’Etat d’Israël n’a jamais voulu entendre. Et pourtant la proposition d’Arafat acceptait que l’Etat d’Israël occupe 78% de la Palestine, l’Etat de Palestine se contentant des 22% restant ; "la paix contre les territoires" pourrait-on dire.

Alors que signifie aujourd’hui cet appel au principe "deux peuples, deux Etats". Pour le comprendre il faut revenir à une fiction entretenue par les sionistes de gauche. On dénonce la guerre de 1967 et les implantations dans les territoires occupées mais on oublie 1948. Ainsi on se dispense de parler du sionisme et de la conquête de la Palestine. On peut alors attaquer les gouvernements de droite en oubliant que les gouvernements de gauche ont pratiqué la même politique et dénoncer les "méchants colons" qui dénaturent le sionisme et mettent l’Etat d’Israël en danger. Effectivement il y a, pour les sionistes de gauche, un double danger, le danger démographique dont nous avons parlé ci-dessus, la dégradation de la belle image d’Israël, ce petit pays entouré d’ennemis qui a su reconstituer l’antique nation d’Israël et faire fleurir le désert. Aujourd’hui l’Etat d’Israël apparaît comme un pays guerrier, celui de l’agression contre Gaza, agression qui comprend à la fois les bombardements contre les civils de l’hiver 2008-2009 et le blocus qui empêche la population de Gaza de vivre normalement, celui aussi de l’occupation de la Cisjordanie dont on prend conscience de la brutalité, celui enfin de la discrimination à l’encontre de la population non juive de l’Etat d’Israël.

C’est cela qui fait la trame de JCall : sauver Israël.

Cet appel à la raison qui se veut un appel pour la paix n’est en fait qu’un appel à venir au secours d’Israël. Les Palestiniens ne comptent pas, sauf pour dire qu’ils représentent un danger démographique pour Israël. Il faut donc organiser un divorce à l’amiable pour permette à Israël de trouver la paix en tant qu’Etat juif et démocratique.

Il suffit de lire les commentaires de certains signataires pour comprendre combien ils sont contradictoires entre eux mais aussi contradictoires à l’appel. Apparaissant comme un appel à la paix, JCall a été entendu comme tel par nombre de signataires ; on comprend alors qu’ils l’aient signé même s’ils émettent des réserves sur les termes de cet appel. Cela s’appelle, de la part des auteurs du texte, de la manipulation. On se présente à peu de frais comme des partisans de la paix, et en ce qui concerne la France comme une autre voix juive qui s’oppose à un CRIF qui apparaît de plus en plus comme la voix du gouvernement israélien.

En cela JCall relève de la malhonnêteté intellectuelle.

Rudolf Bkouche
ujfp (Union Juive Française pour la Paix)
ijan (International Jewish AntiZionist Network)


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 40 / 2035536