Version imprimable de cet article Version imprimable Enregistrer au format PDF


Michael Warschawski : Il s’agit « de punir les Palestiniens du seul fait qu’ils continuent à exister »

mardi 13 janvier 2009

Dans un pays plongé dans la bêtise guerrière et tout entier tendu vers la politique des bombes, Michael Warschawski fait figure de salutaire exception. Militant anti-sioniste de toujours, l’homme n’a de cesse de dénoncer l’horreur des bombardements sur Gaza et d’exiger qu’Israël laisse une chance à la paix. Une voix précieuse, qui a gentiment accepté de répondre à quelques questions. Entretien.

Depuis le début des bombardements, il se démène. Multiplie les articles, les interviews et les témoignages pour alerter, dire l’horreur et appeler à un sursaut. Pour montrer - aussi - qu’il existe encore des voix israéliennes pour dénoncer la politique des bombes et du massacre des civils. Il sauve l’honneur autant qu’il sauvegarde l’espoir, celui d’un avenir pas forcément cantonné au bruit du canon et au son des armes automatiques.

Cela fait quarante ans qu’il en est ainsi, que Michael Warschawski a choisi le camp des Justes.

En 1967, alors qu’il suivait des études talmudiques à Jérusalem, ce jeune homme né à Strasbourg a rejoint le mouvement trotskiste antisioniste Matzpen, alors le seul groupuscule israélien à s’opposer à l’occupation de la Cisjordanie. Après avoir participé en 1982 à la fondation de Yesh Gvul, un mouvement d’officiers de réserve et de soldats contre la guerre au Liban, il a créé deux ans plus tard le Centre d’information alternative (AIC), qui rassemble plusieurs mouvements pacifistes israéliens et organisations palestiniennes. Son ambition ? « Informer les Palestiniens sur ce qui se passe en Israël et les Israéliens sur ce qui se passe dans les Territoires palestiniens », explique t-il. Un engagement qu’il payera au prix fort :

"En 1988, après avoir co-organisé les premières manifestations israélo-palestiniennes en commémoration des massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila au Liban, Michael Warschawski est arrêté par le Shin Beth (services secrets israéliens). On accuse ce père de trois enfants d’avoir collaboré avec l’ennemi pour avoir publié une brochure qui expliquait aux Palestiniens comment résister à la torture et leur indiquait dans quels pièges ne pas tomber pendant leurs interrogatoires », résume François Xavier en un beau portrait.

"Durant les quatre ans du retentissant procès qui suivra, l’accusation ira jusqu’à le considérer comme un ’cerveau’ de l’Intifada. Sa condamnation - 30 mois de prison dont 10 avec sursis, réduits à un semestre ferme en appel - marquera son triomphe. Car entretemps le tabou de la question de l’auto-détermination palestinienne et de la reconnaissance de l’OLP aura été brisé avec la montée en puissance du mouvement Shalom Akshav (La paix maintenant)."

Si le mouvement pacifiste israélien n’est plus aujourd’hui que l’ombre de lui-même, effondré après l’échec de Camp David, Michael Warschawski n’a par contre rien perdu de sa combativité. Et l’auteur de Programmer le désastre, la politique israélienne à l’œuvre, livre paru aux éditions La Fabrique et dans lequel il se livre à un "démontage en règle des mystifications sur le Proche-Orient, fabriquées et / ou entretenues par les médias internationaux", clame depuis le début des bombardements sur Gaza son indignation et son horreur. Avec gentillesse, cette voix précieuse et juste a accepté de répondre à quelques questions pour Article11.


Vous êtes l’une des rares voix israéliennes à s’élever pour dénoncer la folie de cette guerre. Ces courageuses et salutaires prises de position vous exposent-elles à des rétorsions ?

Non. Les citoyens juifs d’Israël jouissent d’une liberté d’expression et de manifestation réelle, et ne subissent pas de répression policière pour leurs opinions, aussi radicales soient-elles. Cela n’a pas toujours été le cas, comme l’a montre l’affaire du Centre d’information alternative en 1987 et mon incarcération en 1990. Par contre, en temps de crise, ces libertés publiques n’existent plus pour les citoyens arabes d’Israël : la répression policière contre les manifestations arabes, ces deux dernières semaines, a été particulièrement sévère, alors que les Juifs ont, en règle générale pu manifester librement.

Israël a la puissance militaire, mais semble par contre avoir perdu la guerre de l’image. C’est votre sentiment ?

Tout à fait. Avec les nouveaux moyens de communication, la censure ne peut plus empêcher de montrer les horreurs provoquées par Israël, et dès lors qu’on peut les voir, la propagande israélienne n’a plus d’effet, sauf auprès de ceux qui sont de toute façon biaisés en faveur d’Israël.

La désapprobation quasi mondiale qui ne cesse de monter autour des bombardements israéliens peut-elle avoir une quelconque influence sur la poursuite de ces derniers ?

Israël reste extrêmement dépendante de l’opinion publique internationale et de l’impact qu’elle a sur la communauté internationale. Les grandes manifestations de solidarité avec le peuple palestinien dans le monde entier ont fait bouger les politiques et, même si les amis d’Israël, en particulier Sarkozy-Kouchner, lui ont permis de gagner du temps, les Etats, l’Europe et les Nations-Unis font maintenant peser des pressions qui vont obliger Israël a signer un cessez-le-feu.

Justement : êtes-vous déçu par l’impuissance européenne et par celle de l’ONU ?

Il ne s’agit pas d’impuissance, mais de manque de volonté politique, voire, dans une large mesure pour certains Etats, de collusion avec Israël, comme pour l’Egypte et la France.

Que vous inspirent les positions des pseudo-intellectuels français, ces Bernard-Henri Levy ou André Gluscksmann qui se poussent du coude pour soutenir les frappes ?

Des personnages comme Glucksman et BHL ne m’ont jamais inspiré. Il s’agit d’un phénomène très français, celui des producteurs médiatisés. Je dis producteurs et non « intellectuels », car s’ils produisent abondamment des mots, ils n’ont pas créé une seule idée nouvelle ou originale, copiant tout au plus et avec dix ans de retards les idéologues néo-conservateurs américains. De plus un intellectuel digne de ce nom - et il fut un temps où il y en avait de grands en France - est toujours un dissident et un combattant, pas un idéologue de l’ordre en place. Médiatises, car ce n’est pas dans le monde intellectuel ou universitaire qu’ils brillent mais dans les paillettes des talk-shows. Qui a entendu parler de BHL dans une université américaine ou asiatique ?

Ces chiens de garde de l’ordre n’ont jamais créé une seule idée intéressante et originale. Et face au carnage actuel, il ne font qu’aboyer avec les loups et chanter les partitions des fanfares militaires, avec moins de talents que les Oz et Yehoshua qui, chez nous, sont leurs modèles.

Comment réagit la société israélienne ? Y a t-il un mouvement pour dénoncer les frappes, une prise de conscience de l’horreur de la situation ?V

Il y a un soutien populaire large a la politique gouvernementale (85% de la population juive d’Israël). Le mouvement d’opposition a la politique de guerre du gouvernement est très minoritaire, mais son action et sa voix sont visibles, en particulier a travers les médias.

Comme Eric Hazan, vous défendiez l’idée d’un Etat unique où coexisteraient pacifiquement Israéliens et Palestiniens. Y croyez-vous encore, après ce déluge de feu ?

L’Etat démocratique ou bi-national n’est pas une solution politique a court terme, mais d’abord et avant tout une vision de ce de quoi l’avenir devrait être fait, basé sur une égalité complète au niveau individuel (citoyenneté) et au niveau des collectifs identitaires qui font la réalité sociale de la Palestine, prise comme entité géographique. A priori, il ne s’opposait pas a une solution politique dans le temps court qui serait fondée sur une partition entre deux Etats.

Ceci dit, si le compromis fait de deux Etats coexistant l’un à cote de l’autre ne se réalise pas dans ce temps court, soit d’ici une demi-douzaine d’années, cette option perdrait toute possibilité concrète d’advenir, et la seule option réaliste serait un seul Etat. Mais cela signifierait l’échec d’une solution dans le temps court, et la perspective d’une solution dans deux générations ou plus encore. La vraie question est donc celle du temps : solution à relativement court terme ou poursuite du conflit pour encore longtemps.

Comment ne pas baisser les bras quand on a lutté pendant 40 ans pour des idées sans cesse battues en brèche, et aujourd’hui littéralement pulvérisées ? Qu’est-ce qui vous donne la force de vous battre encore pour la paix et l’honneur ?

Mes petits enfants. Si nous laissons les brèches de la coexistence se refermer, ils n’ont aucun avenir dans cette région du monde. Ils seront a leur tour des réfugiés et je me sens devoir impérativement tout faire pour que cela n’arrive pas.

Comment croire qu’un Etat qui déshumanise ainsi un peuple qu’il s’est décidé à détruire puisse encore avoir un avenir ?

Comme je viens de le dire, il n’y aura pas d’avenir pour la communauté juive-israélienne si elle ne rompt pas avec le colonialisme, et comme mentalité et comme projet politique

Dans Politis le 8 janvier, Bernard Langlois replaçait ces bombardements israéliens dans la logique de l’après 11 septembre et de la doctrine néo-conservatrice, écrivant notamment : « Les zélotes d’Israël, là-bas ou ici, ne cessent de nous le rappeler : la vaillante armée de l’État hébreu ne se bat pas seulement pour sauver la patrie en danger, elle est aussi la première ligne de défense de l’Occident et de ses valeurs contre le terrorisme et la barbarie. » Est-ce selon vous la meilleure grille d’analyse pour expliquer la conduite d’Israël ?

Je suis entièrement d’accord avec analyse de Bernard Langlois : le cadre de la guerre israélienne est celui de la guerre globale contre les barbares (assimilés aujourd’hui a la civilisation musulmane) et son idéologie celle du choc des civilisations.

Puisque le Hamas n’est qu’un prétexte aux bombardements, quel est l’objectif réel de l’intervention ? Quelles issues et échéances voyez-vous à cette attaque ?

On a beau chercher dans les déclarations des dirigeants israéliens, on n’entend pas de réponse à la question : quel est l’objectif de la guerre ? En fait, il s’agit d’un mélange, fait de guerre punitive (vous avez choisi le Hamas, vous allez le payer), de volonté d’affaiblir au maximum le Hamas (tout en sachant que le succès sera limité), de tenter d’imposer le contrôle d’Abbas sur la Bande de Gaza (ce qui serait la fin définitive de ce qui lui reste de légitimité populaire) et du plus profond de l’inconscient, de punir l’ensemble des Palestiniens du seul fait qu’ils continuent à exister.

En 2005, vous avez expliqué « aimer Israël comme on aime l’enfant d’un viol ». En est-il toujours de même ?

Comme on aime son fils ou son frère qui est a la fois l’enfant d’un viol et un voyou brutal et extrêmement dangereux pour l’environnement et pour lui-même. Vient un moment ou il faut l’arrêter, le traduire devant les tribunaux et le punir.

lundi 12 janvier 2009, par JBB
Source : http://www.article11.info/spip/spip.php ?article256


Les seules publications de notre site qui engagent notre association sont notre charte et nos communiqués. Les autres articles publiés sur ce site sans nécessairement refléter exactement nos positions, nous ont paru intéressants à verser aux débats ou à porter à votre connaissance.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 63 / 1913880